jeudi

Infidélité ! Pardonner ou non ?



Infidélité ! Pardonner ou non ?

Quand le narcissisme et l'Ego prennent le pas sur les sentiments, le mental pousse à rompre, réflexe premier de le manifestation d'un "Moi je" blessé ! 

 L'infidélité bouscule, pervertie l'image que l'on a de soi-même.
 Des questions récurrentes et communes à tout le monde jaillissent, polluent le mental :
qu'à t'elle ou il de plus que moi ? Pourquoi cela m'arrive ? Qu'ai je fais ? Comment oses tu ? 

Le pardon est-il possible ?
Non, peut être, oui !
Le doute !
Question :
De quelle infidélité parlons nous ? De celle impliquant une double vie, ou de celle type dérapage d'une nuit ?
Autres facteurs à prendre en compte : la durée et le type de relation. 
Qui trompe : homme ou femme ?

Le réflexe premier, tant la blessure narcissique est puissante, est la colère, la haine, l'effondrement.
Adultère rime souvent avec mensonge, ceci complique encore plus cela, comme nous le savons toutes, les femmes détestent le mensonge, ceci ne signifiant nullement que nous en soyons incapables.
"Trahison, je  suis trahi(e) "


La trahison !

Impossible pardon :
Vous en restez là, sur ce sentiment de gâchis, de trahison, ne chercherez pas à comprendre, à vous remettre en question ? Le jugement sera sans appel. 
C'est la rupture ferme et définitive.
Il ou elle va voir ailleurs, pourquoi ?
L'adultère est souvent l'arbre cachant la forêt, à savoir la faillite du couple, le vide, le manque en tout, symbole d'une relation "morte".
La vengeance !
Qu'importe l'histoire du couple, ce qu'il a construit, crée et partagé de joie et de galère, le nombre d'enfants, la cause de l'infidélité : passagère ou durable, la rupture est irrémédiable !

Le faux pardon :
 Le pardon de façade !
Plus objectivement de faux prétextes incitent à ne pas rompre : la peur de la solitude, le jugement des autres, sauver les apparences, des raisons matérielles etc..
Et celui, ô combien revanchard : "je te garde" mais, tu me le paieras jusqu'à la fin de ta vie (n'est pas verbalisé si clairement) ! Quand la rancune domine ce type de "faux pardon" le tribu pour le règlement de la dette"adultère" pèse lourd pour le (la) pardonné(e) !


Hypothétique pardon :
Une infinie tristesse !
    Vous l'aimez, le désir de pardon vous tente, MAIS comment relancer le couple, retrouver la confiance en l'autre, ne plus vivre dans le doute et la méfiance ?
La fêlure n'est pas encore cassure.






    Vous envisagez un break, un espace pour faire le point le temps de "digérer" votre souffrance, tester votre capacité à comprendre pour pardonner vraiment. Le futur se conjugue en un énorme ?
    L'attitude de" l'infidèle" sera déterminante dans votre décision.

 Soit il (elle) dialogue, comprend votre peur du lendemain, n'élude pas vos questions, prouve son amour..

 Soit il (elle) se réfugie dans un déni, une minimisation de son acte "ce n'est pas si grave que ça" ou vous culpabilise "si tu étais plus ceci et moins cela" etc...


Sincère pardon :
   Cette infidélité, si elle blesse, perturbe n'aboutit pas à la destruction du  couple.
Elle est le révélateur d'un mal être, de non-dit, un avertissement d'une perte de regard sur l'autre, d'une lassitude  et du besoin de redécouvrir le plaisir de la séduction.
Homme et femme sont égaux dans ce désir de plaire.
  Celui pardonnant l'adultère dépasse l'Ego, provoque une remise en question positive du couple, qui s'appuyant sur cette faille, tricotera une nouvelle relation plus ouverte, épanouissante.


Peut être !
L'infidélité comme booster de couple ?
 Oui, car c'est une prise de conscience que rien n'est acquis, ni l'amour, ni l'autre.
Une histoire d'amour, une relation pour ne pas s'étioler, exigent des protagonistes une attention à l'autre.








Quelques chiffres :
8 à 10 % de femmes sont infidèles.
Infidélité au masculin en image !
20 à 25 % des hommes le sont également.


Pourquoi les hommes le sont-ils plus que les femmes ? 
Histoire de gène, de culture.
L'homme différencie le sexe de l'amour.
L'homme identifie sa virilité à sa sexualité.
  Le débat est ouvert.


Question :
L'être humain est-il réellement fait pour la monogamie ? 
Quel est le poids de l'éducation judeo-chrétienne, des normes sociales dans l'appréciation que nous avons de l'infidélité ?


Pourquoi certains êtres sont-ils plus infidèles que d'autres ?
 La recherche de l'amour et/ou d'un(e) partenaire idéal incite à multiplier les relations dans une quête sans fin de : "la relation idéale".
 Un homme ayant quelques problèmes sexuels ou une femme n'ayant pas de plaisir sont dans la même thématique que ceux indiqués ci-dessus.
Un vide intérieur, le manque d'estime de soi, la carence affective sont des facteurs d'infidélité et bien d'autres encore.


Conclusion.
Le pardon, dépend de la nature de l'infidélité, du degré d'amour des 2 partenaires, de leur équilibre personnel, de leur maturité, etc..
Le pardon est plus aisé lorsqu'il ne s'agit que d'une aventure passagère.
Une relation adultère sur la durée, cache une un vrai problème de couple.
Le manque de désir de l'autre indique une lassitude, ou un rejet si l'un est dans le reproche permanent,
celui ou celle ne se sentant pas "reconnu" cherchera ailleurs.
Certains couples vivent dans un consensus, l'infidélité admise comme moyen de pérenniser une relation dans laquelle le désir n'est plus, alors que l'amour existe encore. Je parle des vieux couples, certains le sont au bout de 5 ans !
L'infidélité à répétition ?
 Alors là, je vous laisse le choix de la suite.
Le pardon !

Je vous livre ce que j'entends en consultations sur ce thème de l'infidélité.
La précipitation dans la rupture, suite à une blessure narcissique conduit certaines femmes à regretter leur décision.
Les hommes quittés pour adultère vivent dans le regret, ceux-là aimaient leur femme, le sexe c'était pour le fun !
Les couples ayant survécus à l'adultère en sortent grandis, plus forts et complices.

Le vrai "pardon" c'est l'acceptation, sans rumination et reproche à la moindre chose, un couple ne peut se construire qu'à ces conditions là.
Toute situation est envisageable, à condition de bien la vivre.




Sans parler d'infidélité, un couple ne survit pas longtemps dans le conflit, le reproche. L'amour s'y éteint peu à peu.



Vos avis sur le sujet sont les bienvenus.
Des commentaires anonymes sont possibles, alors n'hésitez pas !
  


   Besoin de soutien, d'un conseil ou d'un suivi
 Une psy en ligne.*
www.attitude-coach.com


Paiement sécurisé via Paypal avec ou sans compte.









2 commentaires:

  1. Laissez des commentaires anonymement est possible.
    Je vérifie tous les commentaires avant de les publier.
    Merci
    Laurence

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Michel Zurawski10/10/2012 13:16

      Bonjour,

      merci pour votre texte.

      Nous pourrions aussi élargir la place du pardon et de l'infidélité dans toutes les formes de relations, qu'elles soient sociales, familiales, en couple ... L'infidélité n'est pas seulement sexuelle, nous pouvons être infidéles à nous-mêmes, à nos idées, nos pensées, nos actes, nos décisions etc ... Les blessures, avant de retrouver une unité saine et dynamique sont nombreuses.

      Oui, merci pour vos mots. Bonne continuation !

      Supprimer

Merci de ne pas employer de propos racistes, orduriers, ni le style sms ou texto. Merci également de vérifier l'orthographe ! Les commentaires sont modérés (contrôlés), ils n'apparaissent pas de suite.Les commentaires doivent décrire une expérience de vie, votre comportement, vos ressentis pouvant servir aux lecteurs et lectrices de ce blog.

Pas de publicité personnelle ! Merci de me contacter via mail si vous désirez une parution