mardi

Quand le besoin de contrôle s'oppose à la liberté

Quand le désir de contrôle s’oppose à la liberté intérieure !
Qu'ai-je oublié ? Stress et fatigue !

« Je contrôle tout, mon poids, mes enfants, ma carrière, mon partenaire, je planifie tout, je suis une organisatrice etc… » Se décline également au masculin.
Si vous vous reconnaissez dans cette phrase, le besoin de contrôle domine votre existence au prix d’une tension permanente.
Pourquoi ?
Le contrôle de tout cache la peur de l’insécurité et celle de perdre ses moyens face à l’imprévu.
Le schéma d’hyper-vigilance omniprésent guide votre vie en divers domaines.

« Il ou elle m’agace prodigieusement lorsqu’il ou elle ne fait pas comme moi »
« Je suis vraiment mal à l’aise si mon organisation prévue rencontre un bémol »
« Les gens qui s’apitoient sur eux m’énervent »
« Moi, me laisser aller ? Jamais, je dois tout réussir, être parfait(e) »
« Je ne supporte pas la remise en question »

Autres types de propos plus pernicieux.
« Chéri(e)pour la soirée chez les X, je t’ai préparé ta tenue »
« Je fais tout pour toi et tu n’apprécies pas »
« La banque, les papiers, je préfère m’en occuper ainsi tu peux faire autre chose »

Voici quelques exemples de prise de pouvoir sur l’autre le spoliant d’initiative.
Il y a la manière forte avec un schéma de perfection pour soi-même et l’autre.
La manière douce avec le même schéma, mais plus long à détecter !

Derrière ces comportements rôde l’angoisse de l’imperfection, la peur du rejet.

Questions :
Rejouez-vous une histoire d’enfance sous signe de l’exigence extrême ?
Période de vie dans laquelle vous n’aviez que peu de droits, celui de vous exprimer, de montrer une faiblesse ?
Montrer une émotion déclenchait une riposte immédiate et négative ?
Étiez-vous un enfant roi, entouré d’admiration, enfant auquel tout était permis ?

Les opposés éducatifs produisent les mêmes effets. Le « TROP » étant toujours source de déséquilibre.

Le besoin de contrôle dénote une méfiance envers ses propres émotions, qui paradoxalement, à force de retenue explosent parfois, en un feu d’artifice de colère, de rage et de culpabilité après coup !

Ce moment là doit alerter sur son état psychique.
Pourquoi pensez-vous ?
« Le n’importe quoi ou petit prétexte » créant l’explosion traduit un état de stress intense, une fatigue psychique.
Non, vous ne perdez pas le contrôle de vous-même, il s’agit de signaux envoyés par votre cerveau indiquant le déséquilibre intérieur.
Non, l’autre n’a rien à voir dans ce débordement émotionnel qui vous indique que vous vivez sur une part de vous-même faite de peur et d’angoisse.
Ce besoin de contrôle apparait chez certaine personne dans des situations spécifiques.
Le tyrannique par exemple, n’osant s’affirmer au travail ou en société, le sera dans la vie familiale ou envers des personnes jugées inférieures.

Le comportement des personnalités en contrôle est stéréotypé, rigide, opposé à la liberté intérieure d’être parfois imparfait.

La liberté intérieure dit :
« tu as le droit de ne pas tout réussir, accepte l’échec, il te fera rebondir et grandir »
« ne t’impose plus de rôles trop grands pour toi ou trop petits »
« apprécie ce moment de tranquillité sans culpabiliser »

Le besoin de contrôle dénote une méconnaissance de soi-même, de ses limites, une difficulté à poser des standards réalistes.

Quand le besoin de contrôle s’oppose à la liberté intérieure vous vivez en marge, plus spectateur de votre existence que vous ne l’imaginez.

Sans oubliez le danger de ces angoisses inconscientes, de ce stress qui peuvent conduire à des épisodes dépressifs…Vous méritez mieux !
Pensez au plaisir à faire plus qu'à l'obligation de faire.
A ce sujet, méfiez vous d'une tendance employer le "il faut que" !


Les outils que nous avons aujourd’hui en psychothérapie sont efficaces pour apprendre à vivre en fonction de soi et non d’un moi idéalisé.

A lire : Imparfait, libre et heureux de Christophe André

Sur le blog, rendez-vous sur le libellés "détente" pour le "comment" vivre en phase avec soi-même et la pratique de quelques exercices simples de détentes...cognitifs et physique, l'un ne va jamais sans l'autre puisque le grand ordinateur c'est le cerveau.

Suivez moi  sur facebook

INFO : cet article est informatif, généraliste, il ne décrit pas la totalité des comportements et ne peut se substituer à une consultation avec un professionnel.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de ne pas employer de propos racistes, orduriers, ni le style sms ou texto. Merci également de vérifier l'orthographe ! Les commentaires sont modérés (contrôlés), ils n'apparaissent pas de suite.Les commentaires doivent décrire une expérience de vie, votre comportement, vos ressentis pouvant servir aux lecteurs et lectrices de ce blog.

Pas de publicité personnelle ! Merci de me contacter via mail si vous désirez une parution