mardi

Quand la psychanalyse se mêle de nos amours ! Schémas parentaux et modèles.



Mais qui suis-je vraiment ?
La grande question que se pose, un jour ou l'autre, tout être humain normalement constitué !
Se connaître semble le grand défi de toute personne en recherche d'évolution.
Car se connaître c'est - S'ACCEPTER - la perfection étant une illusion très anxiogène.
Bien sûr d'autres paramètres co-existent dans la construction psy d'un individu -hérédité, génétique, biologie etc.


Qui suis je ?
 Fille de ma mère, fille de mon père, lequel des deux "modela" le plus ma perception de la vie, ce que je suis,  définissant ce qui me guide vers l'autre ?
Le type de relation que j'établis avec mon partenaire.
 découle t-il des images parentales ? De leur modèle de couple ?

 Du moins de l'idée que je m'en fais enfant, ce qui ne correspond pas toujours à la réalité de ce que sont les parents !
L'image que l'on a de l'autre découle de notre propre sensibilité, de nos besoins affectifs, qui différent selon les enfants.
Nous constatons que dans une fratrie, deux enfants ont des comportements, réactions et besoins différents. 


Quelle influence ce modèle parental a t-il dans la construction de nos propres histoires ?
Une énorme influence, car on reproduit ou rejette le schéma familial, l'image du père et/ou de la mère.
 C'est dans le domaine affectif que s'exprime tout l'inconscient, l'image intériorisée de nos parents se manifeste dans le rapport à l'autre.


Je vous présente l'approche psychanalytique jungienne, puisque je suis de cette école.
Ce psychiatre et psychanalyste contemporain de Freud, se détacha de certaines théories freudiennes pour "agrandir" le champ de la psychanalyse.

Quand la psychanalyse Jungienne se mêle de nos amours...décryptage 

Détour par la psychanalyse ! 
Jung, nomma Anima, la part féminine de l'homme, et Animus la part masculine de la femme, ces pôles inconscients régissent les comportements et les attirances, la capacité d'action etc...
En clair l’Animus de la femme, dépend de l’image primordiale du Père, du ressenti de la fillette sur celui-ci, image positive ou négative.
 Le premier homme perçu : c’est le Père et la relation qu'il a, aura avec sa fille.



Alors pourquoi celui-ci et pas celui-là ?


Voici quelques informations pour comprendre ce que vous recherchez dans l'autre et ce qu’il faut fuir selon votre propre personnalité !


Avertissement : d'autres facteurs inconscients interviennent, mais comme toujours dans l'écriture, j'aborde les thèmes dans leur généralité.

Si votre père est un dominant.
Vous le prendrez pour modèle, pour ne pas comme votre mère jouer la soumise avec le risque de vous méfier de l'homme, de le ressentir comme dangereux s'il est très dominant, autoritaire.
Or ce rejet de la soumission maternelle, vous poussera vers des hommes dominants, comme papa ou trop faibles que vous dominerez, ce qui vous lassera avec le temps.
Dans les 2 cas de figures, la relation sera difficile.
Conseil : soyez attentive à l'attitude de l'homme rencontré, s'il impose très vite ses choix, sans tenir compte des vôtres. Dominant en vu !
S'il vous le découvrez trop timoré, ne vous contredisant jamais...sur la durée accepterez-vous de tout "porter" ???
Prudence dans vos emballements amoureux !

Si votre mère domine la relation
 C’est une femme dans le contrôle, autoritaire ayant véhiculé une image négative de l'homme.
Soit vous êtes sa fille chérie, soit elle cherche à vous façonner..les deux peut être, soit elle vous écrase : tu es bien la fille de ton père !
Vos sentiments envers le père seront mitigés et variables, oscillant entre amour et colère.
 J'entends souvent de mes patientes : mon père ? Un gentil, un mou comme absent,c'est ma mère qui dirigeait tout.. Bref, le père, ne prit pas sa place.
Une certitude, cet homme "faible" vous laissera l'amère sensation de ne pas assumer son rôle. Écrasé par sa femme, il ne vous rassure pas aussi doux soit-il.


 Votre inconscient vous guidera vers un homme faible comme le père, un évitant, absent ou vous chercherez un homme plus fort que cette image paternelle "absente".


Et là, risque de conflits.


 Autorité masculine ?  Insupportable ! Comme pour la femme ayant eu un père dominant.


Le positif, l'affrontement au masculin vous aidera à redorer l'image de l'homme et du couple, sensé fonctionner sur un mode égalitaire.
Un désir inconscient de revanche… sur l’homme ?
Demandez-vous pourquoi.
Revisiter votre position vis-à-vis des sentiments.
 Les rapports de force sources de tensions conduisent à l’échec, à moins d'aimer le combat permanent !


femme dominante ou femme amoureuse ?
Conseil pour toutes les femmes.
Pour vous émanciper, gagner en autonomie, le détachement d’un modèle, afin de créer le sien est primordial.
Toute femme clamant « surtout pas comme ma mère » reproduit le même schéma.
 Vous êtes un peu de votre mère et beaucoup de vous.
 Acceptez-le, ne pas l’admettre vous « fixe » à l’image !
Ne pas dépasser l’exemple de cette mère dominante entretient un complexe vous bloquant au stade de fille de …
Apprenez à être" vous", peut être moins forte ou plus solide, plus fragile, plus femme, tout simplement différente. Osez exprimez ce que vous êtes au risque de déplaire.




Si vos parents étaient des êtres froids.
 Peu démonstratifs entres eux, avec vous.
La carence affective vous pousse vers l'homme attentionné ou au contraire vers un distant, peu communiquant comme papa... Que ne faisiez vous pour attirer l'attention ? Le pitre, petite fille modèle, rébellion à l'adolescence ? 
Comment manifestez-vous vos émotions ? Et savez-vous les reconnaître ?
La froideur affective des parents provoque de l'inhibition émotionnelle ? Un peu, beaucoup ?
Une difficulté à vous situer, trouver votre place perturbe vos relations
La recherche de l'affection à « tout prix » comme thérapie est décevante, frustrante.
 Apprenez à cultiver l'estime de vous même, avant de la trouver dans le regard de l'autre et si vous ne concevez l’amour que sur ce mode là, soyez en consciente.
 Osez communiquer vos ressentis, car le risque c'est l'explosion inappropriée à force de ne rien dire !

La lucidité tempère les petits travers.
Toute situation est « vivable » à condition de ne pas se leurrer sur la relation et ceci vaut pour toutes les histoires.



Une mère "victime"
Elle engendre chez l'enfant un énorme sentiment de responsabilité, qui se doit d'être sage, puisque cette mère souffre tant et de tout.
Qui est qui ?
 La fillette culpabilise vite, aidée en cela par la mère et c'est vraiment un cercle infernal pour une fillette (idem pour un garçon) de se sentir la seule et unique détentrice du bien être d'une mère.
Et le père ? Soit il subit, soit il évite, dans tous les cas cet homme n'est pas équilibré.L'enfant le perçoit comme un père en souffrance ou comme un salaud..
La présence du Père peut, toutefois, temporiser en aidant l'enfant à déculpabiliser, encore faut il une réelle implication de celui-ci dans l’éducation.
L’instinct d’un enfant le pousse à protéger le parent ressenti le plus fragile, ce n'est pas son rôle.
Il restera à cette enfant une notion sacrificielle de la relation à l'autre. si le père subit, si le père est évitant, fuit le foyer l'enfant prend fait et cause pour la mère.
 Une telle mère provoque toujours des dégâts chez un enfant.
Conséquence :Une enfance volée, une maturité précoce, un sentiment d'insécurité.
Votre vie amoureuse ? Vous sentir coupable de tout, ne sachant pas vraiment aimer autrement que sur le registre douloureux, en doute, avec un zeste de dépendance ou une incapacité à aimer.
Une attirance pour les hommes en souffrance pour les "aider" à aller mieux...Avec le risque de pas vous épanouir dans une telle aventure Un homme sachant vous redonnez confiance en vous vous apportera plus que tout autre la notion du "Soi"




Des parents permissifs, sans limites imposées.
cette éducation donnera la sensation que tout est possible permis ! En amour comme en tout.
Enfant "princesse"  de papa, vous idolâtrant, hyper valorisant, pardonnant tout.
 Maman c'est votre copine, très cool !
Vous ? complexe de grandir en  prenant conscience que la vie ne ressemble pas à ce chemin semé d'amour, de compréhension et de pardon, que les autres n'ont pas la bienveillance des parents.
Femme tout simplement
Les conséquences :  vous recherchez soit l'homme solide mettant un cadre (limite) à vos comportements si vous "ressentez" vite que l'éducation reçue, géniale et si libre, ne reflète pas la vie, ne vous a pas préparée à affronter les difficultés.  Votre défi : acceptez d'avoir tort, de ne pas être aimée de tout le monde...
Si vous refusez la confrontation à la réalité ; l'amoureux transi acceptant tout, pardonnant tous les excès à l’amour inconditionnel comme celui de papa et maman vous ira parfaitement. 
Une quête de l'amour parfait pousse vers histoires décevantes et récurrentes. 


 En résumé, vous fuyez ce que vous ne contrôler pas ou vous vous imposez sans respect des autres, en amour comme dans les autres domaines, en toute inconscience on vous le concède !
 Le risque, une mise à l'écart car perçue comme "madame je sais tout, j'admets pas les critiques"




 Ces quelques aspects sont une toile de fond sur laquelle se tisseront d’autres composantes pour faire de vous un être à part entière.


 Alors comment nous construisons-nous ?
Et dire que tout se joue là !
Outre l'éducation, les schémas parentaux, la relation avec les autres enfants et ados, l'essence de ce que vous êtes, votre tempérament, vos expériences sont des facteurs déterminants dans la rencontre et dans ce qu'elle deviendra.




Conseils : 
Qui « est » vraiment ce personnage vous faisant "craquer" ? Que représente t-il de vous-même ? 
Que recherchez vous dans une relation : la sécurité, la protection, l'indépendance, la liberté, la parité, quelle importance a la sexualité, quel est votre seuil de tolérance aux mauvais aspects de l'autre (nous en avons tous et toutes)  etc..
Quel homme vous convient vraiment ? Pour le savoir, il faut se connaître !
Penchez- vous vers votre moi intérieur, vos ressentis plus que vers l'autre.


Trop de femmes veulent "le" changer, souvent sans rien dire,"il va comprendre que... !"
 Utopique et casse figure, on ne change jamais quelqu'un et sans dialogue aucune prise de conscience possible.
 Renoncer vite à ce désir là qui n’apportera que frustrations. 

Les autres articles sur la psychanalyse jungienne et sur la construction identitaire.


Avertissement : cet article est informatif et généraliste, il ne peut se substituer à une consultation avec un professionnel, ce que je vous conseille si vos relations à l'homme sont trop conflictuelles, si le poids de l'éducation inhibe votre personnalité.





Pensez à lire les messages précédents ;



 Pour me consulter par Skype ou téléphone, rendez-vous ici 

Me consulter si vous habitez dans le Golfe de St Tropez :
retrouvez moi sur FB:
www.facebook.com/laurence.rigody



2 commentaires:

  1. Je comprends mieux ma réticence envers les hommes, pourquoi je ne supporte pas l'autorité...Merci attitude-coach pour ces éclaircissements.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de participer à ce blog.
      Si ce message vous apporte une compréhension à vos comportements, j'en suis ravie. A très bientôt.

      Supprimer

Merci de ne pas employer de propos racistes, orduriers, ni le style sms ou texto. Merci également de vérifier l'orthographe ! Les commentaires sont modérés (contrôlés), ils n'apparaissent pas de suite.Les commentaires doivent décrire une expérience de vie, votre comportement, vos ressentis pouvant servir aux lecteurs et lectrices de ce blog.

Pas de publicité personnelle ! Merci de me contacter via mail si vous désirez une parution