mercredi

Gérer les conflits & l'agressivité

Comment gérer les conflits & l'agressivité, le dernier livre de Jérôme Palazzolo

un lien pour découvrir son dernier ouvrage et d'autres encore.


Présentation
COMMENT FAIRE FACE AUX DIFFÉRENTS
CONFLITS AUXQUELS NOUS SOMMES CONFRONTÉS
DANS LA VIE COURANTE ?
Que ce soit dans le domaine professionnel ou dans la rue,
l’agressivité peut vite nous submerger. Comment gérer ses émotions
quand la violence verbale nous fait face ? La solution réside dans
des outils tirés de la psychologie, des TCC, de la communication et
des techniques de gestion des émotions. Cela permet d’éviter de
dégrader une situation tendue, de mieux réagir face à des personnes
au caractère difficile, etc.
Quand la violence devient physique, quelques simples techniques de
self-défense – un ou deux gestes « qui marchent » – permettent alors
de se sortir d’un mauvais pas.
Les deux auteurs, référents internationaux, proposent
des techniques psychologiques faciles à appréhender et
des exercices de self-défense illustrés «prêts à l’emploi»
pour répondre à l’agressivité, qu’elle soit verbale ou physique.
Médecin psychiatre libéral à Nice, JÉRÔME PALAZZOLO est professeur
de psychologie clinique et médicale au département Santé de l’université
internationale Senghor (Alexandrie, en Égypte), chercheur associé au
LAPCOS (Laboratoire d’anthropologie et de psychologie cognitives et
sociales) de Nice, et chargé de cours à l’université Côte d’Azur (Diplôme
universitaire de thérapies comportementales et cognitives). Auteur de
nombreux ouvrages, il est pratiquant de karaté depuis plus de 40 ans,
instructeur de survival fighting, de krav maga, de nunchaku de combat,
1er yu de kendo et ceinture marron de judo.
AXEL SOLA est champion de France de boxe thaï 2016, champion d’Europe
de MMA 2018 et deux fois vice-champion du monde de MMA 2017 et 2018.
www.editions-tredaniel.com
978-2-84319-431-3 XX,xx €
au quotidien


Me consulter en cabinet 
 Me consulter par téléphone/Skype ou mail, les infos sont ici : 

Psychothérapeute Comportementale ou TCC -Golfe de Saint-Tropez

Psychothérapeute cognitivo-comportementale ou TCC,
  dans le Golfe de Saint-Tropez 
et TCC de la 3éme vague

Voir loin en regardant au fond de soi-même


Qu'est la psychothérapie ?
Elle "soigne"le mental par diverses techniques

 Qu'est La thérapie Cognitivo-Comportementale ?
La cognition est une idée, pensée, le système cognitif c'est votre propre système de pensée
Un comportement c'est une : 
situation, une pensée et de l'émotion

La TCC de la 3éme vague, la nouvelle génération !

Il s'agit donc de "travailler" sur le comportement en utilisant ces 3 dimensions
Ici&Maintenant

Psychothérapie positive ? (non il s'agit pas de la pensée positive)

*Oui, la notion du moment présent importe plus que tout et spécifiquement en TCC dernière génération

Le passé ne peut se détricoter, 
votre personnalité est ce qu'elle est,
 inutile de faire des efforts pour se corriger, cela ne marche pas.
Pourquoi ?
Se forcer à signifie "s'interdire un comportement en se forçant à être autrement.
C'est une utopie, douce mais irréaliste.

* Donner un sens à ce qui est fait, s'accepter sans vouloir être un autre "Moi" sera plus positif.

La TCC c'est aussi la pratique de la Pleine Conscience.
Mélange de yoga et de certains préceptes du bouddhisme, tels que l''Attention Parfaite

La Pleine conscience ouvre des horizons autres en ayant un autre rapport à soi-même, à des symptômes.

* Faire de soi l'élément stable en s'observant en toute amitié
 donc sans  jugement"je suis nu(le), bon(ne) à rien, je rate tout " etc...

*Donner un sens en allant vers ses propres valeurs, en les éclaircissants

*S'intérioriser dans un ressenti, des pensées (bonnes ou mauvaises) sans s'y arrêter, en acceptant ce qui est sans vouloir le rectifier à tout prix.

*Acceptation, autre regard sans jugement ni appréhension

*Distanciation cognitive pour appréhender ses pensées pour ce qu'elles sont : 
un épisode psychologique sans réalité.

De quoi s'occupe la TCC ?
Tout ou presque :
Addiction
stress, anxiété
T.O.C
Sommeil
Phobies
Manque estime et confiance en soi-même
Épisode dépressif
Le comportement en général
 Le couple en TCC du couple etc.

sur rendez-vous uniquement

Je propose des entretiens par téléphone ou Skype si vous êtes loin du GOlfe de Saint-Tropez
La terre, les hommes & le ciel

je suis également Psychanalyste Jungienne
et praticienne en MBTC (pleine conscience)



Prenez soin de vous pour vivre mieux

mardi

"J'ai peur de l'échec" Comment dépasser ses appréhensions

"J'ai peur de ne pas y arriver !"
"C'est trop compliqué pour moi, vais-je y parvenir ?"

Bonjour à tous les lecteurs de ce blog !
L'objectif : atteindre le sommet. L'important ; le chemin à faire pour y parvenir.


Abordons aujourd'hui ce que chacun de vous ressent, parfois, face à certaines situations, l'appréhension de ne pas réussir.


Comment vaincre ses appréhensions ?
La thérapie comportementale & cognitive ou TCC fournit quelques solutions !

Est-ce grave de penser ainsi ?
Non.
Un doute permet de rester lucide et c'est positif, ne pas dramatiser cette émotion en une certitude d'échec.
Voici déjà un premier point à travailler.

Deux options s'offrent alors à vous :
1) Essayer de faire ce qui vous paraît difficile 
2) Renoncer par peur de l'échec.

Pourquoi cette peur de l'échec devient inhibant ?

Pour tenter quelque chose d'inhabituel, accepter une promotion, il est préférable de se dégager de certains schémas :
La performance
La Perfection
ces deux schémas cachent un manque de confiance en soi, se réactivent lorsque l'éducation,
l'environnement ont mis l'accent sur :

  • l'obligation de réussite en tout,
  • la nécessité d'être toujours le premier, 
  • le pointage de la seule et unique mauvaise note scolaire,
  • quand un frère, une soeur trop brillant réussit sans effort,
  • par comparaison personnelle faite par les parents,
  • quand l'enfant lui-même se lance le défi d'égaler, voir dépasser l'autre,
  • ou lorsqu'il cherche la reconnaissance des parents.


Quel comportement apporte une plus grande estime en soi et permet d'oser sans trop de stress ?
C'est l'approche détendue qui sera la plus bénéfique car elle donne un sentiment de confiance en restant
conscient de vos capacités et de vos limites.
La confiance c'est aussi l'acceptation de ne pas y arriver "parfaitement" du premier coup.
L'estime en soi-même est d'accepter le doute sans qu'il devienne inhibant dans l'action.

Si vous êtes anxieux(se) , très stressé(e) par anticipation, une partie de vos moyens s'évaporent  ainsi que votre concentration.

La perfection est une illusion car trop subjective avec le risque de se comparer, désavantageusement, à celui ou celle qui, par exemple, pratique un sport depuis longtemps. 
Si vous rejouez un vieux schéma d'enfance, prenez en conscience en vous recentrant sur l'instant, ce que vous faîtes maintenant. 

L'insatisfaction récurrente de ses actes signe le désir de perfection jamais atteint.
Faire au mieux en étant conscient du résultat obtenu avec une juste appréciation, ne pas hésiter à demander un avis ce que souvent le schéma de Performance Interdit.

Comprendre que l'échec n'est pas de ne pas y arriver du premier coup mais de renoncer.

Le défi est de faire mieux à chaque fois en acceptant que certains sont plus doués que d'autres dans des domaines spécifiques.
Mettre la barre trop haut en fonction de vos capacités peut conduire à l'échec.

Apprenez à réduire le stress, toujours négatif, pour oser plus facilement.
Acceptez de stresser parfois, intériorisez vous, vos ressentis, vos idées, acceptez les sans jugement et laissez les glisser en passant lentement à autre chose.
La relaxation, la respiration sont des outils de détente à utiliser sans modération

Solutions.

  • Posez réellement la situation.
  • Réfléchissez à cette notion d'échec.
  • Vous faites, par exemple, cette activité en l'abordant comme un loisir devant rimer avec plaisir ou comme une compétition ?
  • Quel objectif visez-vous ?
  • Qui vous critique aujourd'hui ?
  • Pourquoi ces idées/certitudes ?
  • Quels sont les risques concrets ?
  • Ces risques sont-ils réels ou mentaux, fruits de vieux schémas ?
  • Êtes-vous certains à 100% de vos idées négatives ?
  • Si la réponses est NON, il n'y a pas de danger.


Deux exemples.
Les loisirs.
Soyez neutre au lieu de saper le positif par des phrases assassines.
L'auto-flagellation interdit le dépassement de soi-même.
 Posez la situation objectivement.
* Pourquoi faites vous ceci ? Par plaisir ou pour vous punir de ...
* Est-il censé de réussir sans un minimum d'effort ?
* Pensez que parvenir à l'excellence demande de l'entrainement.
* Que tirerez-vous de cette expérience nouvelle ?
* Quelle avantage pour vous de tenter telle ou telle situation (sport, voyage, rencontre etc.)?

Une promotion professionnelle
 Soit vous sauter de joie, cette promotion attendue confirme que vous travail est reconnu.
 Soit vous stressez, ruminez obsédez par cette peur de ne pas être à la hauteur etc...

Pourquoi avez-vous accepté cette promo si elle provoque autant de peur ?
Voyez les avantages et non que les inconvénients et encore une fois, acceptez d'avoir une appréhension ce qui est légitime.

Méfiez vous du "MAIS" qui grisaille le positif et met en état d'angoisse.

Être conscient d'une difficulté est une chose, l'envisager comme une montagne impossible à escalader décourage avant même de tenter, en est une autre.

Voyez non l'ensemble de la tâche à accomplir (la montagne) abordez là progressivement (les marches), par étape et chronologiquement

Lancez-vous un petit défi en vous exposant, vous le réussissez alors félicitez-vous !

Le sentiment d'échec arrive si:
 vous mettez la barre trop haut,
 soit vous voulez atteindre la perfection, la performance sans réellement mesurer le sens, le pourquoi de de ce que vous faites...et que la notion de plaisir est absent.


Pensez à ce que vous avez réussi, bien qu'envisagé comme impossible.
Réfléchissez, prenez le temps.
Que désirez-vous vraiment ? Avancer ou entretenir cette mésestime de vous-même ?
Booster l'estime de soi implique de se lancer des défis atteignables.

Pour une semaine sous le signe du bien être 
commencez à OSER et à faire
 tant en action, que psychologiquement ce que vous appréhendez
 pour comprendre que 
OUI vous en êtes capable sans stresser à outrance et que vous éprouverez du plaisir.


Cet article vous plait ?
Merci de le partager sur vos réseaux sociaux



 Me consulter en cabinet
 Me consulter par téléphone/Skype ou mail, les infos sont ici  
 Me suivre sur FB 

***Cet article est informatif et ne peut en aucun cas se substituer à une consultation avec un professionnel !





Pâques, Notre Dame de Paris...Mort et renaissance !


Ces fêtes de Pâques en cette semaine pascale s'annoncent en fanfare avec un évènement fort désolant.
Pâques, Notre Dame de Paris  !


Notre Dame vue de la Seine

Comment ne pas faire le lien entre cette superbe cathédrale défiant les siècles et cette fête religieuse.
Même non croyants nous ne pouvons rester indifférents à ce moment s'enflammant.

Pâques symbolise la renaissance donc la fin de...pour renaitre.
Sortir de l'oeuf, ou sortir de sa zone de confort pour exister !


La société étouffe, bien moins que par les siècles passés, mais exigence et désir de vivre "autrement" agitent le monde.

La technologie avance à la vitesse de la lumière mais l'être humain n'évolue pas si rapidement.
la société stagne...dépassée.

Hasard de la vie, coïncidence ce symbole de puissance qu'est Notre Dame de Paris s'enflamme à un moment précis.
Que faut-il en comprendre pour en tirer un leçon ?

Je ne suis pas croyante, mais comment ne pas penser à ces êtres de passion ayant bâtis les cathédrales au prix du sang et de la sueur.
Outre la religion, ces monuments représentent l'élan de vie défiant les siècles que des hommes acharnés nous léguèrent en mémoire du feu les animant.

Pâques c'est l'histoire en psychanalyse Jungienne des désirs contrariés et du besoin de mourir pour renaitre.

Parions que Notre Dame de Paris, renaitra pour le plaisir de nos yeux et pour honorer les bâtisseurs 

Je vous souhaite de merveilleuses fêtes de Pâques couleur chocolat !



Me consulter en cabinet
Me consulter par téléphone/Skype ou mail, les infos sont ici :
 http://www.attitude-coach.com/p/comment-ca-marche.html

Comment l'image du couple parental dessine votre vie amoureuse !

Quel lien y a t-il entre l'image que vous avez de vos parents et votre vie amoureuse ?
Comment l'image du couple parental peut-il influencer notre vie affective ?
Comment les enfant "voient-ils" le couple parental

N'oublions pas que nous sommes sous l'influence de l'ambiance qui domine le foyer, du rapport qu'ont les parents entres eux et de l'environnement durant des années...
de la naissance à l'adolescence et même au delà !
Ces premières longues années sont déterminantes  au niveau de la personnalité et de l'image intériorisée des parents et de la façon dont ils vivent leur propre amour.

Aujourd'hui nous nous intéressons aux parents, au lien les unissant, à leur entente, à ce qu'ils montrent d'eux, bref à tout ce qui constitue le sentiment amoureux.

Véhicule au combien marquant pour définir le genre de couple que nous souhaitons créer.

Inconsciemment et dès le  début, une image se dessine dans notre esprit :
Qui fait quoi ?
Qui se soumet le plus rapidement ?
Qui est le plus calme, le plus stressé, le plus tolérant ?
Comment communiquent-ils ?
Qui écoute le plus l'autre ?
Semblent-ils et sont-ils heureux, bien ensemble ?
Privilégient-ils des moments rien que pour eux ?
Se disputent-ils, un peu, beaucoup, pas du tout ou passionnément ?
Et à quelle cadence ?
Les pensez-vous amoureux l'un de l'autre et le montrent-ils ?
Voyez-vous l'un ou l'autre peu épanoui ?
Ce couple est dysfonctionnel ou pas ?
Etc.Etc.

Le coupe formé par les parents, la nature de leur relation distillera le désir de reproduire ou de fuir cette image initiale

Voici quelques exemples de couple à affiner selon votre expérience !

Un couple uni sur la durée, à l'écoute l'un de l'autre véhiculera une image forte et solide de la relation.
Le désir sera de reproduire le même schéma avec parfois l'appréhension de ne pas y arriver.
Ce qui est logique puisque ni vous, ni votre partenaire n'êtes papa et maman.
Vos personnalités diffèrent de celles des parents, donc 
votre relation ne sera pas un copié/collé de l'image parentale.
Si vous l'acceptez, votre relation peut parfaitement fonctionner.

Info psy : ne recherchez pas à faire comme eux, votre bonheur vous appartient en propre, centrez vous sur vos besoins personnels !

Un couple dysfonctionnel, dans le conflit récurrent distillera aux enfants une image de tension, de mal être insécurisant.
Votre désir sera de ne surtout pas revivre ce même schéma de couple dans lequel l'équilibre ne règne pas, l'entente semble toujours éphémère.
Des parents vivant dans le conflit permanent, dans les reproches font peur à un enfant, qui ne se sent pas en sécurité. 
Le risque ; en voulant impérativement ne pas vivre comme eux, s'orienter vers une personne ne vous correspondant pas du tout.
Vous n'êtes pas eux, ne l'oubliez jamais,
ici aussi acceptez ce couple parental sans l'associer à vous, n'ayez pas peur de l'échec, ne vous brimez pas, soyez souple avec vous-même.

Info psy : apprenez à vous affirmer sans éclat, si vous êtes anxieux, stressé ce qui est malheureusement la conséquence de l'insécurité ressentie dans l'enfance faites un travail sur vous.

Le couple dominant/dominé, vous aurez sûrement l'image d'un parent malheureux, subissant le caractère de l'autre.
Si c'est la mère qui se soumet et que vous êtes une fille, vous pouvez rejeter l'image de la mère, donc de la femme, tout en détestant le père.
Sur le fond vous vous sentez proche de votre maman.
Si vous êtes un garçon, l'image sera plus dualitaire, vous en voulez au père, mais n'acceptez pas la souffrance de la mère.
Si c'est le père qui se soumet, la fille le plaindra mais le critiquera plus tard et son crédo sera "jamais je n'aimerai un tel homme"
Pour le garçon, il rejette l'image d'un père auquel il ne peut s'identifier, trop mou, lâche. Vis à vis de sa mère elle peut devenir le modèle de femme forte...
Vous l'avez compris ce couple parental sèmera le doute avec la tentation de reproduire ou de fuir.
Tout dépend de votre personnalité, de votre capacité à prendre la hauteur vis à vis de l'image.

Info psy : apprenez à développer la tolérance à l'autre, en l'acceptant. Pour éviter la soumission travaillez l'estime de vous-même

Le couple passionnel, ils s'aiment nul ne peut en douter, ils se déchirent pour mieux se retrouver. Une image volcanique symbolise ce couple.
Cris et chuchotements, tendresse et colère se succèdent.
Sont-ils pareils avec leurs enfants ?
Peut-être. 
En général l'image  de cette relation parentale sera belle.
Mais peut apeurer un enfant en soufflant le chaud et le froid surtout si la relation passe avant les besoins de l'enfant...mais rien ne peut certifier cet aspect.
Si tel est le cas, un enfant doutera, en manque de confiance et comment faut-il aimer pour l'être ?
Quelle image aura t-il de sa vie amoureuse, comment peut-il concevoir la relation affective ?
Le même schéma sera au rendez-vous ou bien la recherche d'une histoire "posée" titillera l'enfant devenu adulte.
Aimer oui, mais dans le calme.
Question de personnalité et de l'ensemble de l'éducation, dont le rapport avec chaque parent joue un rôle primordial.

Info psy : trouvez un équilibre dans un juste milieu et surtout apprenez à vous rassurer.Le risque est la dépendance affective, la peu de s'attacher et de souffrir.

Le couple "coincé", il en existe de nombreux. Ils sont discrets, en retenue permanente, "faut pas montrer ses sentiments en public", pas de geste tendre, ni de démonstration affective face aux enfants.
Ils ne se disputent pas, du moins, si ils le font c'est dans l'intimité ce qui est plutôt positif.
Quelle image teintera l'esprit de l'enfant devant tant de "froideur", car il retiendra cet aspect avec un questionnement : "s'aiment-ils vraiment ?"
Inconsciemment, ce tempérament trop réservé des parents sèmera de la confusion. 
Est-cela l'amour ?
Le problème est que de tels parents sont très souvent peu affectueux avec les enfants, les câlins, les bisous trop rares.
L'enfant se sentira aimé, mais il lui manquera "ce petit quelque chose" qui se manifestera chez l'adulte par une difficulté à montrer, exprimer son affection par des gestes tendres.

Info psy : Apprenez à cultiver votre vulnérabilité, donnez vous le droit d'oser afin de dépasser vos blocages.

Je vous conseille de consulter ces articles  de psychanalyse Jungienne pour en savoir plus sur notre construction identitaire :



Cet article est informatif, généraliste, il dépeint de profils types, la réalité est toujours plus complexe.



Me consulter en cabinet
Me consulter par téléphone/Skype ou mail, les infos sont ici :