jeudi

Les codes dans le couple : faire rimer amour et liberté !

L'amour peut-il rimer avec liberté ?
Est-il possible de vivre une relation harmonieuse non fusionnelle ?
 Oui !
Idée à définir ainsi que le mot "liberté" et son sens dans le cadre d'une relation.

On s'aime, on se déchire ou on se tait, on rumine sur l'autre qui fait, est ceci ou cela jamais comme il le faut....Voici un exemple de codes inconscients du couple sur lesquels il s'est construit mais qui à force deviennent un poison pour la relation. 
Voici le lot de nombreuses relations.


Quand les codes (inconscients) du couple deviennent des blocages pour l'un, l'autre ou les deux, la relation se lézarde.
L'amour peut-il rimer avec liberté ?
Oui,
 pour que chacun garde cette part d'autonomie, cette richesse intérieure, cette individualité que le, la fit aimer !

Le quotidien, les petites ou grandes contrariétés jalonnent la vie et le couple navigue
parfois au radar, pris entres la relation à l'autre, le travail, les enfants, la famille.
Garder l'équilibre et un regard toujours lumineux sur l'autre demandent quelques prises de conscience pour ne pas sombrer dans la co-habitation indifférente, l'ennui...

Modifier, casser certains automatismes de vie, d'attitude, oxygène la relation, encore faut-il être deux à la vouloir...
Le danger est que l'un le souhaite et l'autre non, ceci peut mettre le couple en péril, voir aboutir à une rupture.

Modifier les codes implique une relation déjà construite.
Petite précision,
quand j'écris "liberté", je n'exprime pas la liberté sexuelle, ceci étant vraiment d'un autre ordre, et qui pratiquée entre adulte consentant reste du domaine de l'intime ni de celle trop permissive consistant à tout permettre par peur de perdre l'autre, il s'agit alors de dépendance et de soumission


Peut-on aimer sans être, ne serait-ce qu'un tout petit  peu  "dépendant(e)" à l'autre ?
 Non, dans le sens d'aimer partager des moments, le contact, le sourire, ce sentiment n'entrave pas le quotidien de questions irrationnelles, de peurs, encore moins de souffrance.
L'amour signifiant attachement, difficile de ne pas ressentir un picotement face à certaines situations.
Mais, 
entre picotement et effondrement, il y a un gouffre.
Lorsque l'autre semble un peu "ailleurs, l'âme  peut s'emballer légèrement avec une question:
" Nous aime-t-il  (elle) encore ? " Ceci effleure simplement la pensée pour repartir vers une idée "normale"
 "Il, elle est préoccupé(e), fatigué(e), a besoin d'un moment de détente." 
Tout est question d'interprétation, celle-ci dépendant justement de la dose d'estime de soi-même, de confiance en la relation, en la capacité de savoir ou est votre place, l'importance de votre rôle dans le couple.
Bonne, il n'y a pas de doute, ni de remise en question
Mauvaise, l'interprétation est personnalisé, culpabilisante ou colérique.


Aimer c'est le respect de l'autre, de ce qu'il est, c'est accepter qu'il fasse ce qui lui plait, dans la limite  du respect de nous mêmes, sans  en ressentir de frustration.
Exemple :
Vous aimez le théâtre, lui ou elle non.
Vous aimez le sport, l'autre non.
Vous avez le besoin de vous retrouvez un soir entres copines ou copains, sans l'autre.
Vous envie d'être seul(e) un moment, histoire de vous ressourcer etc...


Deux possibilités : 
*le couple fonctionne sur le mode respect de l'autre, compréhension, aucun des deux n'est dépendant affectif ou enfermé dans un jeu de pouvoir. .
Les codes de ce couple intègrent bien la notion de liberté, du respect des besoins de l'autre.
Les 2 individus ont confiance en eux et en l'autre, sachant que rien n'est acquis !


*Le couple s'inscrit sur le mode frustration, l'un veut et l'autre pas, soit par la jalousie de l'un, par le désir de domination ou par dépendance
Les codes sont faussés dés le début de la relation, souvent par non-dit, un manque de vraie communication.
L'un des deux impose sans se soucier de l'autre par peur de perdre le contrôle, de l'abandon et autres craintes.


Aimer c'est donc laisser à l'autre le choix  d'un moment de plaisir personnel ? Oui !
Sinon c'est de l'amour "prison" sous contrôle.


Quels sont les ingrédients pour vivre cette indépendance réciproque sans en éprouver de la colère, du dépit etc..?
*Avoir confiance en soi même est la condition sine qua none pour ne pas dramatiser un acte anodin.
*Le dialogue, la communication sont présents dans ce couple. Ecouter, entendre comprendre.
*C'est l'affirmation de ses propres désirs, idées etc..
*La souplesse mentale est indispensable chez les deux partenaires.
*Ne pas vivre dans la méfiance, le doute et la suspicion.
*Savoir profiter d'un moment sans l'autre pour s'occuper de soi, ne rien faire, prendre le temps d''être bien.
*Apprécier que l'autre passe un moment agréable.
*C'est comprendre qu'aimer vraiment implique le respect de l'autre
*L'expression de soi, la maturité passe par la capacité à se donner le droit de faire en l'accordant à l'autre.
*Un adulte est censé connaître ses limites, vous les vôtres, l'autre les siennes.
*Ces espaces personnels de liberté nourrissent une relation, la pimente.
*Ces petites choses banales alimentent l'amour, le renforce le plus souvent.


L'amour n'est ni une béquille, ni une thérapie, l'équilibre personnel ne peut dépendre d'une autre personne.

Vous pouvez modifier ces codes en en parlant franchement, sans agressivité ni sur le mode reproche


Une aspect m'interpelle, car je reçois en cabinet des femmes et hommes dépendants affectifs qui guettent les actes, propos de l'autre, doutent de l'amour.
Comment peut-on aimer quelqu'un que l'on soupçonne des pires mensonges, que l'on ne croit pas, que l'on accuse de ne jamais faire assez ?
 Un ou une autre harcelé(e) de coups de fils, devant répondre présent à tout, un ou une autre dont l'on ne se soucie peu, du moins de son bien être psychique ?

Cette vision déformée de l'amour, de la relation s'apparente plus à de l'esclavage à une prise de pouvoir, en faisant "supporter" à l'autre, aussi indulgent(e), compréhensif(ve) et rassurant(e) soit-il(elle) sa propre difficulté à vivre l'absence.

La liberté d'aimer, ne rime pas avec indifférence,
 c'est la reconnaissance des désirs de l'autre, même s'ils ne sont pas toujours partagés


L'amour, comme l'eau, le vent me semble infini, fragile, envahissant,  si peu "cernable"
il coule, glisse sur nous, rien ne l'attache, il vient, repart un jour...ou reste pour la vie.
Vouloir le rationaliser, l'attacher le tue lentement mais sûrement.
Question de personnalité ? Peut-être !
L'amour partage est  lumineux,
il embellit les instants, se vit dans la souplesse, celle d'accepter l'autre.

Amour, liberté, respect de l'autre sont les ingrédients du bien être dans un couple.


Sur quel mode fonctionne votre couple, quels sont les codes le régissant ?
Accepteriez-vous que le, la partenaire casse certains codes ?
Quelles sont vos facultés d'adaptations ?

Découvrir d'autres articles sur le couple


Pour un suivi par téléphone/Skype ou mail n'hésitez pas à me contacter...

Si vous êtes dans le golfe de St Tropez je reçois à mon cabinet.

Avant que le couple s'enlise, n'hésitez pas à consulter un professionnel qui vous aidera à modifier ces codes.
La thérapie comportementale et cognitive est très efficace.

Suivez moi sur facebook













Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de ne pas employer de propos racistes, orduriers, ni le style sms ou texto. Merci également de vérifier l'orthographe ! Les commentaires sont modérés (contrôlés), ils n'apparaissent pas de suite.Les commentaires doivent décrire une expérience de vie, votre comportement, vos ressentis pouvant servir aux lecteurs et lectrices de ce blog.

Pas de publicité personnelle ! Merci de me contacter via mail si vous désirez une parution