samedi

6 conseils pour oser dire "NON"

Dire non, exprimer une demande ?
C est si facile pour certains, un vrai défi pour d'autres !
6 conseils ou étapes pour y parvenir
Dire non, demander un défi libérateur

Entre en scène le cortège des émotions perturbantes et si stressantes...
Les anxieux connaissent bien ces scénarios dramatiques.

Frustration, frustration, colère intériorisée, colère projetée sur l'autre, rumination, manque d'estime de soi

Comment "Oser" sans se liquéfier dans l'angoisse dire "je ne suis pas d'accord, je n'ai pas le temps...etc...etc...?"

Et pourquoi n'osez-vous pas exprimer ce qui vous dérange ?

Réponses non exhaustives :
- peur de déplaire
- peur de la sanction !
- peur de vous mettre en avant
- peur de ne pas, plus être aimé(e) etc...
- demander s'apparente à de la faiblesse
- peur du conflit

La suite de cet article ouvre quelques pistes vers la désinhibition et le "OUI", j'ose m'exprimer sans crainte !
Je prends le risque de déplaire....
Sachez que le danger de perdre...est plus imaginaire que reflet de la réalité.
Celui ou celle n'acceptant pas le non manque de souplesse, est trop susceptible.
Et vous fonctionnez peut- être  ainsi.


Etape 1)

Attitude "Décision"
Aujourd'hui je "DÉCIDE"
"dire non"
"prendre une décision" et si tenir.

Pourquoi "Décider" ?
Pour sortir de conditionnement de comportements devenus des automatismes, ceci vaut pour aborder toute "modification" ou "atténuation" de comportement.
Atténuer "les peurs de" progressivement booste la confiance en soi-même
Soyez lucide, toute divergence d opinion ne dégénère ni en combat, ni en rupture.


Etape 2)
 Je m'occupe de mon moral.
Attitue " Protection"
Fuyez, tant que faire se peut, les individus négatifs, plus soucieux d'eux-mêmes que de vous.
Alors ce bon copain ou cette amie chère, osez lui dire que vous aimeriez un autre sujet de discussion que ses problèmes, en y mettant des gants et de l'humour, osez ne pas voir cette personne si elle renforce votre manque d'estime... OSEZ le NON !
Utilisez votre droit de veto à l'abus d'autorité.

Etape 3)
J'opte pour l'action.
Attitude "Agir. Et se donner le droit

Celui ou celle qui n'acceptera pas votre affirmation peut-il (elle) de qualifier d'ami(e) ?Que vaut cette relation ?

Dites "NON", sans laisser la culpabilité vous envahir.
Materner à outrance, « paterner »  "accepter l'inacceptable" au delà du raisonnable, maintient l'autre
dans sa prison mentale et renforce le tyran dans ses complexes de domination.
Et si le rapport s'écrit sur le mode dominant, tyrannique, dire "Non" n'aura jamais de conséquences si dramatiques que celles envisagées dans votre pire scénario.
Exemple :
C'est votre supérieur, votre patron, votre partenaire de vie ?
Combien d'années endurerez-vous le mépris,combien de nuits blanches à ruminer sur ce que vous auriez dû exprimer sans peur de..., cet emploi ou cette relation valent elles autant de souffrance ? Ou, ce "non" qui vous hante, se bloque dans votre gorge, après tout une fois dit vous libérera et vous donnera confiance en vous.

Décider pour votre équilibre mental, pour doper l'estime en soi et surtout comprendre qu'en vous donnant le droit du "non" et celui de " demander" vous ne vous mettez pas en danger.
Plus vous vous taisez, plus la situation devient un cercle infernal, d'où nul ne sortira indemne. Surtout pas vous !


Etape 4
Je laisse l'autre s'occuper de moi ! 
Attitude "Confiance" et demande

 Nous avons tous le droit et le devoir, de laisser le monde tourner sans nous quelques minutes ou heures, pour repartir au top 
Alors demandez du temps, de l'attention, une augmentation, vous en avez le droit.

Etape 5)
J'apprends à "avoir du recul".
 Attitude Réflexion et clarté
Acceptez votre émotion peur à l idée de demander.
Réfléchissez à ce que vous désirez, votre besoin et lancez vous en canalisant votre émotion


Pour faire une demande, formuler la clairement, en acceptant les points de vue l'autre, insister en persistant sur le non.

Etape 6 )
Donner, trouver un sens à ce que vous faites. 
Attitude"'Objectivité"
Commencez par des situations simples du quotidien.
Appréciez chaque défi relevé, osé quel qu'en soit le résultat.
Mémorisez bien chaque réussite pour "casser" vos vieux schémas et dépasser les peurs.





Vous êtes dans le Golfe de St Tropez, je reçois  à Gassin la Foux
www.psychotherapie-laurence-rigody.fr

 consultation par téléphone/Skype 
Les informations ici :
http://www.attitude-coach.com/p/me-contacter.html

mardi

Hypersensibilité & "besoin de reconnaissance" ?

Qu'est le besoin de reconnaissance ?
A-t'il un lien avec l'hypersensibilité ?

Hypersensibilité & besoin de reconnaissance.
Découverte !
L'univers émotionnel !


Info.
Je  l'écris encore une fois : un article est généraliste et parfois un peu caricatural car il décrit un profil type, sans nuance, ce qui dans la réalité  n'existe pas.
Du "normal au pathologique" découvrons ce que cache, parfois certains mots !

Hypersensibilité...c'est devenue à la mode,  faut bien "inventer" pour vendre !
Vous pensez que je suis dans le faux ? Peut-être ?
Besoin de reconnaissance... les deux se marient parfaitement si nous parlons du besoin quasi viscéral de reconnaissance.
 Derrière le "besoin" se cache la "peur" de...manquer, pas être à la hauteur, pas reconnu etc...

Tout ce que j'ai lu sur l'hypersensibilité me semble si vague et général pouvant concerner tout le monde.
Dans ce grand bric à brac des "symptômes n'importe qui va tilter en se disant "ah, oui, moi aussi je me reconnais là dedans !"

Pour moi rien de nouveau à ce sujet, si ce n'est d'autres mots sur ce que nous connaissons depuis longtemps : anxiété !
Ici comme ailleurs, l'anxiété touche des personnalités très diverses, certaines très sensibles  et d'autres non.

D'évidence l'anxiété, le stress fragilise psychologiquement créant un état de vigilance et une hyper-réactivité aux émotions, car l'émotion est toujours le facteur problématique, entraînant des comportements particuliers dont cette fameuse peur d'avoir peur, que les phobiques connaissent bien, 
 assortie "du besoin de reconnaissance" :

  • de plaire,
  • d'être aimé(e) avec 
  • une tendance à perdre pied si
  •  la contrariété montre le bout de son nez, contrariété générant
  •  une susceptibilité.
  • le repli sur soi-même si...

Le débordement émotionnel que vit le Bi-Polaire de Type I et II ou  le Border-line.
Deux personnalités immergées dans des émotions dévastatrices car si excessives qu'elles coupent de la réalité.
Un petit rien de rejet,  refus interprété comme une non-reconnaissance les envoie dans un univers émotionnel inhibant tout le reste.
Hypersensible ces deux profils ? Oui et oui
Le besoin de reconnaissance ? Oui et oui


Hypersensibilité & besoin de reconnaissance
pour certains oui, il y a fusion de ces sensations
pour d'autres non !

Alors "Besoin de reconnaissance & hypersensibilité",
 une histoire d'amour ou une relation empoisonnée ?
Ces contradictions inhérentes à l'humain en les acceptant
vous en tirerez de un équilibre.

Je résume cela par :
 oui, l'anxiété s'assortie, très généralement, 
du "besoin de reconnaissance" à divers degrés.

Créer votre échelle de valeur de 0 à 10 sur ce thème.

Les anxieux ne sont pas tous des hypersensibles dans le sens de la tendance actuelle, mais ils sont en certaines situations stressantes débordés par leurs émotions.

Voici un dialogue, entre Alia et Bony, éclairant tout ceci :


  • A  "Je trouve ce commerçant très agréable et maîtrisant bien son sujet"
  • B  " Tu parles de la reconnaissance professionnel !Cette reconnaissance là est positive et normale."
  • A "Il y a donc une reconnaissance anormale ?"
  • B "Le voir ainsi semble réducteur,  rien n est jamais noir ou blanc, enfin pour certaines personnes la vie est perçue, bon, pas bon, tout noir ou blanc...le reste n existe pas puisque elles aiment ou détestent."
  • A "Quand je reconnais mon voisin, ma mémoire restitue le personnage, je sais qui il est"
  • B -"Ici, tu est hors sujet"
  • A "Ok, mais je sais que ce monsieur m'aime bien et c'est important"
  • B "Pourquoi l'est-ce ?"
  • A "Imagine qu'il m'ignore, je vais me demander ce que j'ai fais de mal et risque de gâcher ma journée"
  • B  "Relativise un peu et cherche à comprendre au lieu de te sentir responsable" !
  • A "Tu me demandes de relativiser mais comment faire, par exemple Pierre, mon ami se moque de ma robe alors que je la trouve super. J'ai pleuré toute la nuit car je ne comprends pas sa réaction et même s'il vient s'excuser, je l'envoie promener"
  • B "Ah, le noir ou le blanc...Je sais qu'un rien te vexe et que tu le vis dans tes tripes, mais prends du recul.
  • -Le voisin est peut-être préoccupé par un problème...
  • -Ton ami est moqueur, accepter ses excuses au lieu de le et te punir semble plus sensé ...
  • A "Bony, je devais dire "non" à mon boss de plus en plus exigeant, donc je fais, je râle, rumine et Pierre me sert de déversoir quand je rentre. Je stresse sans cesse, je crie etc. en 1 je ne veux pas déplaire à mon patron et 2 je culpabilise envers Pierre en 3, je sens que je vais craquer"
  • B " tu confonds sûrement reconnaissance professionnelle et personnelle, dire "non" je ne peux pas ou je m'en occupe demain, ton boss le comprendra et à priori ne t'en appréciera pas moins.Parfois, mieux vaut accepter ses émotions, se les interdire les amplifient, elles reflueront doucement; tu risque de craquer si tu laisses tout en l'état...agir au lieu de réagir.
  • A " que de confusion et je le sais, mais embarquée je ne gère plus rien, enfin pas grand chose. Je devrais peut-être consulter ?
  • B " excellente idée Aria, s'accepter reste un grand défi bien qu'essentiel pour se connaitre, assumer etc."
Aria et Bony "à bas le stress et l'anxiété et vive la VIe .
Estimons nous sans nous dévaloriser si souvent, sans rejeter ce que nous n'aimons pas de nous- même, acceptons nos fragilités qui nous font humains"

Se décline également au masculin ou féminin/ masculin puisque Bony est,  peut-être, un homme ! 

Je vous laisse faire la part des choses dans ce dialogue entre:
 reconnaissance et hypersensibilité !

Histoire d'amour ou relation empoisonnée, l'anxiété produit des effets complémentaires et contradictoires.
Vivre avec permet d'exister et d'assumer ce que nous sommes.

Cette non reconnaissance de soi-même produit des dégâts souvent dommageable.
La suite dans un prochain article.

L'hypersensibilité & le besoin de reconnaissance quand pensez-vous ?





Me consulter en cabinet 
Me consulter par téléphone/Skype ou mail, les infos sont ici 

Quand le besoin de contrôle s'oppose à la liberté

Quand le désir de contrôle s’oppose à la liberté intérieure !
Qu'ai-je oublié ? Stress et fatigue !

« Je contrôle tout, mon poids, mes enfants, ma carrière, mon partenaire, je planifie tout, je suis une organisatrice etc… » Se décline également au masculin.
Si vous vous reconnaissez dans cette phrase, le besoin de contrôle domine votre existence au prix d’une tension permanente.
Pourquoi ?
Le contrôle de tout cache la peur de l’insécurité et celle de perdre ses moyens face à l’imprévu.
Le schéma d’hyper-vigilance omniprésent guide votre vie en divers domaines.

« Il ou elle m’agace prodigieusement lorsqu’il ou elle ne fait pas comme moi »
« Je suis vraiment mal à l’aise si mon organisation prévue rencontre un bémol »
« Les gens qui s’apitoient sur eux m’énervent »
« Moi, me laisser aller ? Jamais, je dois tout réussir, être parfait(e) »
« Je ne supporte pas la remise en question »

Autres types de propos plus pernicieux.
« Chéri(e)pour la soirée chez les X, je t’ai préparé ta tenue »
« Je fais tout pour toi et tu n’apprécies pas »
« La banque, les papiers, je préfère m’en occuper ainsi tu peux faire autre chose »

Voici quelques exemples de prise de pouvoir sur l’autre le spoliant d’initiative.
Il y a la manière forte avec un schéma de perfection pour soi-même et l’autre.
La manière douce avec le même schéma, mais plus long à détecter !

Derrière ces comportements rôde l’angoisse de l’imperfection, la peur du rejet.

Questions :
Rejouez-vous une histoire d’enfance sous signe de l’exigence extrême ?
Période de vie dans laquelle vous n’aviez que peu de droits, celui de vous exprimer, de montrer une faiblesse ?
Montrer une émotion déclenchait une riposte immédiate et négative ?
Étiez-vous un enfant roi, entouré d’admiration, enfant auquel tout était permis ?

Les opposés éducatifs produisent les mêmes effets. Le « TROP » étant toujours source de déséquilibre.

Le besoin de contrôle dénote une méfiance envers ses propres émotions, qui paradoxalement, à force de retenue explosent parfois, en un feu d’artifice de colère, de rage et de culpabilité après coup !

Ce moment là doit alerter sur son état psychique.
Pourquoi pensez-vous ?
« Le n’importe quoi ou petit prétexte » créant l’explosion traduit un état de stress intense, une fatigue psychique.
Non, vous ne perdez pas le contrôle de vous-même, il s’agit de signaux envoyés par votre cerveau indiquant le déséquilibre intérieur.
Non, l’autre n’a rien à voir dans ce débordement émotionnel qui vous indique que vous vivez sur une part de vous-même faite de peur et d’angoisse.
Ce besoin de contrôle apparait chez certaine personne dans des situations spécifiques.
Le tyrannique par exemple, n’osant s’affirmer au travail ou en société, le sera dans la vie familiale ou envers des personnes jugées inférieures.

Le comportement des personnalités en contrôle est stéréotypé, rigide, opposé à la liberté intérieure d’être parfois imparfait.

La liberté intérieure dit :
« tu as le droit de ne pas tout réussir, accepte l’échec, il te fera rebondir et grandir »
« ne t’impose plus de rôles trop grands pour toi ou trop petits »
« apprécie ce moment de tranquillité sans culpabiliser »

Le besoin de contrôle dénote une méconnaissance de soi-même, de ses limites, une difficulté à poser des standards réalistes.

Quand le besoin de contrôle s’oppose à la liberté intérieure vous vivez en marge, plus spectateur de votre existence que vous ne l’imaginez.

Sans oubliez le danger de ces angoisses inconscientes, de ce stress qui peuvent conduire à des épisodes dépressifs…Vous méritez mieux !
Pensez au plaisir à faire plus qu'à l'obligation de faire.
A ce sujet, méfiez vous d'une tendance employer le "il faut que" !


Les outils que nous avons aujourd’hui en psychothérapie sont efficaces pour apprendre à vivre en fonction de soi et non d’un moi idéalisé.

A lire : Imparfait, libre et heureux de Christophe André

Sur le blog, rendez-vous sur le libellés "détente" pour le "comment" vivre en phase avec soi-même et la pratique de quelques exercices simples de détentes...cognitifs et physique, l'un ne va jamais sans l'autre puisque le grand ordinateur c'est le cerveau.

Suivez moi  sur facebook

INFO : cet article est informatif, généraliste, il ne décrit pas la totalité des comportements et ne peut se substituer à une consultation avec un professionnel.





Comment reconnaître les comportements inconscients ? Traduction de ceux-ci.



On dit que nous sommes régit par notre inconscient !

Et c'est vrai.
Mais, certains comportements révèlent cet inconscient, alors comment "repérer tous ces petits et grands actes inconscients ?
Explication ici !

 Dialogue avec son inconscient

La psychanalyse Jungienne nous apprend comment mettre à jour, donc comprendre ce qui nous fait agir, réagir, aimer, détester.
Etre plus attentif au "pourquoi" de nos attitudes, désirs permet de lever le voile de nos peurs et incertitudes, certaines venant du tréfonds de nous-même !

Le dialogue entre le "Moi et l'inconscient" est source de lâcher prise, d'une ouverture de la  personnalité.
Quand le comportement révèle l'inconscient une porte s'ouvre, autant l'ouvrir totalement pour comprendre le sens de nos attitudes parfois incompréhensibles.
Des tas d'actes paraissant incompréhensibles décrivent l'inconscient.
En voici la traduction.

Nous  nous adaptons sans cesse aux situations pour être ou paraître sociables, plaire.
Toutefois cette adaptation poussée à l'extrême fait vivre à côté de son "SOI" en brimant l'individuation en générant un stress quasi permanent.
Quelques troubles anxieux trouvent leurs origines dans cette espèce de scission de la personnalité.
Certains vivent masqués derrière un Idéal d'eux mêmes, toujours en représentation, mais jamais totalement en cohérence avec ce qu'ils sont.
Dans certains traits de personnalité la bio-chimie, les neurotransmetteurs ont leurs rôles...mais prudence avec ceci, tout dépend de la problématique.



Mettre à jour ce qui nous pousse à faire, à fuir à être comme ceci ou cela aide à mieux cerner sa propre personnalité

Dans cet article sur "l'ombre" vous comprendrez comment l'inconscient se manifeste à travers certains comportements permettant de traduire celui-ci.

Les émotions jouent un rôle essentiel dans cet inconscient et sa traduction.


Quand le comportement révèle l'inconscient, le dialogue s'installe !
Enfin théoriquement !
Un petit effort et de concentration sur soi-même ouvre le dialogue avec soi et son inconscient

Voici quelques informations pour  le débusquer !

Certaines personnes déclarent parfois 
" Je ne me reconnais pas en agissant ainsi"
ou
 "Cela ne me ressemble pas de dire ou faire ceci ou cela..."

Ne vous en déplaise, un aspect de votre personnalité enfouie s'exprime.

Ce peut-être une agressivité inhibée pour X raisons qui s'exprime par des propos ou un acte justement agressif.
Info
Demandez-vous ce qui sur le fond vous agace réellement, quelle colère s'exprime ?
Les émotions inhibées, dont l'agressivité, provoque des gestes brusques en jetant, par exemple, un objet ou en rejetant la main se posant sur un bras.


Autres exemple de dialogue

1) La psycho-somatisation doit alerter toutes personnes, traduction le plus souvent d'un stress intensif, d'angoisse à prendre au sérieux.
 Cette manifestation de l'inconscient semble la plus visible car ressentie fortement.
Les problèmes de peau sont des indicateurs.

2)Le complexe d'infériorité ou manque de confiance en soi-même
   Paradoxalement ceci conduit certains individus à la vantardise, à jouer un rôle toujours "le, la meilleure".
Info
Vous seul(e) pouvez prendre conscience de ce trait de caractère en vous demandant pourquoi ce besoin de reconnaissance  s'exprime ainsi et que vous apporte t'il réellement ? 
Quelles angoissent vous incitent à surjouer un rôle qui in fine peut devenir un piège ? 
Le mensonge rentre dans ce cadre lorsqu'il signe une auto-valorisation...encore faut-il ne jamais se trahir.
   Donner, donner en anticipant le besoin des autres qui n'exigent, ne demande rien !
Alerte, que désirez-vous de l'autre ? Quel vide remplissez-vous ainsi ?
Vous êtes déçu d'un non retour de votre générosité ?
Info
Cet aspect doit réellement vous interpeller car il ne s'agit donc pas d'altruisme, mais ici aussi d'un besoin de reconnaissance, d'amour...
Si vous vous posez en victime facilement, dites vous que votre générosité n'est qu'un moyen d'avoir ce que vous ne savez pas vous donner.

3) L'acte manqué
Je devrais écrire les actes manqués car ils sont légions.
De l'oubli du foulard chez l'ami(e), au numéro de téléphone perdu, au rendez-vous professionnel raté, ils traduisent un désir, une peur et une énorme difficulté à s'affirmer en communiquant.
Info
  Le foulard oublié indique le désir de revoir l'autre
  Le numéro perdu lui signifie bien qu'il n'a aucune utilité
  Le RDV manqué dessine une angoisse de réussite, de se mettre en lumière
  Perdre un objet important quant à lui dit que vous  n'en voulez plus et s'il symbolise une possibilité d'évolution professionnelle, il renvoie à la peur d'un refus, de n'être pas à la hauteur.
 Le SMS envoyé par "erreur" à la femme ou au mari traduit un besoin de "dévoiler à l'autre" une relation cachée.
  Idem pour le téléphone connecté au numéro de téléphone du partenaire, une façon
de dire à l'autre que oui vous avez une maîtresse, un amant.
Ces deux aspects dénotent la lâcheté, la culpabilité avec l'incapacité de parler.

A vous de noter vos actes manqués et de les traduire !

4)Rencontre amoureuse et personnalité
Que de facteurs se télescopent dans ce domaine,  l'amour c'est le lieu de toutes les peurs et désirs les plus inconscients !
L'autre notre double, ami(e) ou ennemi(e), celui ou celle qui sauvera ou engloutira notre âme...STOP !
Info
Cette phrase dessine l'inconscient par des projections d'états plutôt négatifs car dénote une  mauvaise estime de soi même,  un manque d'évaluation de ses capacités.
Remettre sa vie entre les mains d'un tiers porteur de bonheur et de malheur indique que le rapport au partenaire se teinte d'attentes utopiques.
L'âme soeur n'est que la copie de soi-même, la rencontrer signe plus que tout autre,
le besoin de se re-connaître, de vivre à travers et par l'autre des choses de la vie qui sont interdites, autrement dit révèlent souvent un blocage "un pas oser faire" !
Ceci dit, cette rencontre peut-être porteuse d'une belle évolution personnelle si vous savez vous inspirer de l'autre
Par exemple, la relation n'est pas extraordinairement fiable mais vous désirez un engagement.
 Vous n'entendrez des propos de l'autre que ce que vous souhaitez et non ce qu'il ou elle dit vraiment, ceci n étant que la projection de votre propre désir.

Je vous conseille de lire ces 2 articles :
Animus de la femme ou comment s'exprime son pôle masculin
Anima de l'homme ou comment s'exprime son pôle féminin

5) Autres manifestations de l'inconscient
la frustration se traduit le plus souvent par un énervement envers le, la partenaire, les très proches.
Ceux et celles n'osant pas dire au travail, au voisin ce qu'ils n'apprécient pas ou acceptent trop de choses retournent leur colère ainsi.
Ou ils chaparderont un objet à l'autre, une façon de se venger...ici encore la frustration agit.
La culpabilité incitera à être trop gentil(le), à chercher la bagarre, surtout si cette culpabilité n'est pas acceptée.
La haine s'unit souvent avec la rancune, la vengeance poussant à des actes de harcèlement féroces, des dévalorisations et de la violence.
Si vous rencontrez ce type de comportement chez une personne, fuyez car cette personne utilise les autres pour expulser une haine de soi-même.
L'angoisse d'abandon se traduit le plus souvent par une adaptation à l'autre au delà du raisonnable, se fondre dans le désir de l'autre exprime bien cela.
La peur de ne pas y arriver quand à elle se traduit par le doute, donc à rester en deçà de ses propres capacités et à se mettre en échec (lire ce qui est écrit plus haut)

Plus l'inconscient est fort et plus les comportements s'exacerbent et provoquent des dégâts relationnelles et personnelles. 
La remontée de l'inconscient vers le conscient ouvre un espace de liberté et de cohérence, les actes sont en accords avec la pensée évitant de se fourvoyer dans des situations complexes ou de vivre à côté de soi-même.

Avertissement : un être conscient devient responsable de lui-même s il prend réellement en compte ce qu'il a découvert et agit en fonction, s il ne le fait, et cela arrive, les faux prétextes, la déresponsabilisation  de ses actes aggraveront son état psychique.
Chacun est libre, la psychothérapie accompagne mais le choix de se libérer appartient au patient !

La thérapie analytique et la psychanalyse jungienne permettent d'avancer vers ce chemin de conscience.


Me consulter en cabinet 
www.psychotherapie-laurence-rigody.fr
Me consulter par téléphone/Skype ou mail, les infos sont ici : 
http://www.attitude-coach.com/p/comment-ca-marche.html

mercredi

Comment réussir des vacances en famille ? Les erreurs à ne pas faire.

Les valises sont prêtes, un dernier coup d oeil pour vérifier que tout est en place.
Les enfants parés  pour le trajet.
L'heure du départ approche pour des vacances espérées depuis un long moment.
Celles-ci, cette année s'annonce peu ordinaires.
Coucher de soleil, vue mer...paradisiaque !
Point de rassemblement de toute la famille : la maison louée dans le sud.
Tout ce monde part avec un objectif :
Réussir les vacances en évitant les erreurs pour que ces retrouvailles marquent les esprits des petits et des grands.

Enthousiasme, euphorie rien qu'en pensant à ce séjour pas comme les autres.
Cette années les vacances sont l occasion de réunir les membres épars de la grande famille : les frères et soeurs plus les partenaires, plus les enfants, plus oncles et tantes...bref une vingtaine de personnes sous le même toit dont certaines quasiment pas vues depuis quelques années

Céline est l initiatrice et organisatrice du rassemblement.
Tout le monde lui fait confiance pour organiser un séjour inoubliable, du choix de la maison en passant par l'intendance elle fera tout merveilleusement bien !


Grâce à elle les vacances en famille seront une réussite.
Céline c'est madame perfection, attentive au moindre détail !

"Nous sommes une grande famille et on ne se voit jamais, pourquoi ne pas se retrouver pour les vacances ? louons une belle maison et profitons "

Idée lancée, attrapée et mise en action
Mails, coup de fils, des "super"s et des"on sait pas"
Bilan une vingtaine de preneurs.

La maison ? Céline se charge de trouver la perle rare, envoi de photos...maison cautionnée par tout le monde. Céline ne peut faire le mauvais choix.

Patty, Charlie, les deux enfants entament le bitume avec une bonne humeur communicative. Interrogation légitime : qui sera avec qui ? Quelle tête à tonton Yves après tant d'années ?
Certitude : grandes tablées, rigolades et repos programmés.
Espoirs : une maison conforme aux photos et des retrouvailles au top


Arrivée dans le sud 

tient pas si grande que sur les photos cette maison !

Surprise : tonton Yves à changé de femme et nous ne le savions pas, remarque comme il vit en Australie et nous ne l avons pas vu depuis 10 ans...
Et Jacky, la soeur arrive avec son nouveau copain et ses deux enfants.
Combien serons-nous dans cette maison ? 22 ou 23 !
Combien de chambres ? 7
Un peu juste pour loger tout le monde.
Mais non, les enfants (de 3 à 16 ans) se partageront deux chambres et les salons.
Ah ! 6 couples, deux célibataires et 8 enfants et 3 salles de bain.

L ambiance se ternie brusquement, surgissent quelques questions de logistique.
Mais tout le monde relativise...vacances = liberté et repos.

Toute la smala est là, trouver un endroit où installer les enfants devient un casse tête.
Bagarre pour décider qui dort avec qui et où
Cahin-caha chacun trouve sa place
Le salon ressemble à un camp scout !
Mais l'humeur reste au beau fixe.

Visite de la maison, jardin et piscine.
Passent quelques heures à discuter, jouer avec les souvenirs d'enfance, de fac etc..

Une voix tente de se faire entendre : "On s'organise comment pour les repas ?"
"Moi, je ne déjeune pas et la cuisine durant les vacances, non merci"
"Et le soir ?"
"On fera des grillades"
Une ado :
"Moi, j'aime pas la viande"
Le tonton d'Australie :
"Je propose le  restaurant"
"Super tonton, tu invites tout le monde ?"
"Faut pas en demander trop"
"Avec les petits impossible d'aller au resto "
Céline :
" Eh, la famille l'heure de l'apéro approche, les placards sont vides, qui vient faire les courses avec moi ?"
Pas d'écho !
"ohoh je ne m'y colle pas toute seule, allez les frangines  et frangins on bouge de son transat"
"Faut penser au dîner, qui mange là et que voulez-vous manger ?"
  J'arrête là, la suite se dessine déjà, on chuchote que Céline, sur ce coup là n'assure pas....étant l'instigatrice du projet, la conceptrice elle serait la réalisatrice !
Mauvaise compréhension et communication...Tout le monde à pensé que...sans jamais en parler.

Les conséquences si rien ne bouge : 2 ou 3 se sacrifient, toujours ceux ayant le moins confiance en eux, ceux qui n'osent pas dire "non".
Les autres sous des prétextes vaseux en feront le moins possible !


Est-ce jouable ? 
Non, car la frustration pointe le bout de son nez, l'aigreur risque de gâcher cette jolie idée de réunion.


Pourquoi ce séjour sur lequel repose tant d'espoir risque de virer au cauchemar ? Rien n'est prévu, organisé, en dehors de la location de la maison,

Or pour réussir des vacances en famille, surtout une aussi grande famille, l'intendance semble essentielle !

Il n'est pas trop tard pour établir un programme, à priori chacun y trouvera son compte.

Plan d'attaque & action :
  • Réunir les adultes et ados pour clarifier le rôle de chacun.
  • Qui fera quoi, avec qui ! quel jour etc.
  • Décider de la marche à suivre pour le petit déjeuner, du déjeuner, dîner

Soit chacun pour soi, après tout se sont les vacances et inutile de s'infliger des obligations du moins le matin et pour le déjeuner...
Soit déjeuner plage pour les uns, ou autour de la piscine pour d'autres, ou autour de la table...
Visite du secteur, balade bateau etc...
Laisser s'exprimer la spontanéité, écouter ce que désire les autres, enfin certains.
Eviter de créer des contraintes la détente ne se décline pas à l'identique selon les personnalités

Le soir :
  • S'occuper des petits en premier, penser à trouver une, deux baby sitter.
  • Faire dîner à part les plus grands, une table séparée leur permet de s'amuser.
  • Les ados, ils restent avec les adultes., enfin ceux le voulant bien.


Préparation des repas :
  • Chacun à tour de rôle et plusieurs personnes y participe
  • Ceux préférant parfois le restaurant sont libres de le faire
  • Eviter, tant que faire se peut, les contraintes.


Entretient de la maison :

  • prévoir une personne pour s'en occuper et chacun range ses affaires.


Argent :

  • Un pot commun pour les dépenses courantes


Dans une grande maison, un salon télévision est normalement installé, ceux qui veulent la regarder ne doivent pas déranger les autres.

Etablir dès le début quelques règles évitent les tensions.
Vacances devant rimer avec farniente et détente, fêtes et convivialité sont au programme
Si une personne se sent obligée de faire pour les autres, risque de rancoeur in fine !
Chacun doit se sentir libre tout en respectant le désir des autres.
Se retrouver le soir autour d'une belle table doit se faire dans la bonne humeur et la participation.


Ne pas perdre de vue l'idée de départ : réunir une grande famille, l'occasion de profiter et mieux connaitre des uns et des autres.
Ceci implique la disponibilité, le sourire, de prendre son temps pour apprécier les retrouvailles.

Pensez "Zen Attitude" pour remplir agréablement ce séjour qui se doit d'être sous le signe de la détente, du plaisir et du lâcher-prise.



Me consulter en cabinet 
www.psychotherapie-laurence-rigody.fr 
Me consulter par téléphone/Skype ou mail, les infos sont ici : http://www.attitude-coach.com/p/comment-ca-marche.html