lundi

7 conseils pour booster l'estime en soi ! 2 profils à découvrir



 "Je n'ai  pas confiance en moi !"
                       "Je manque d'estime en moi-même !"
Ah, ah que celui ou celle qui n'exprime pas ce sentiment à un moment quelconque de sa vie le dise.


A t'elle oui ou non confiance en elle ?

Toutefois, pour certaine personne il s'agit d'un état quasi permanent de doute en tout sur tout.
Mais selon la personnalité, le caractère, la manifestation de  ce manque de confiance- estime en soi-même sera très différente.

Le stress accompagne souvent ce sentiment de ne pas être à la hauteur, pas assez ceci ou cela, bref jamais tout à fait comme il faut l'être !

Dédramatisez !
Tout individu normalement constitué éprouve à un moment des doutes sur le bien fondé
de ce qu'il fait ou doit faire, la peur de se tromper.

Pour l'anxieux cela devient une catastrophe tant il dramatise tout et pense que la normalité est de ne jamais douter, jamais ressentir une appréhension, que les autres sont sûrs d'eux...Douce illusion très perturbante pour ceux s'ancrant dans cette croyance.

Cet article concerne l’homme comme la femme.

Quelle différence entre confiance en soi et estime en soi-même ?

Mince en fait, si ce n'est qu'une bonne estime en soi-même indique une capacité à poser des standards réalistes en fonction de ses capacités physiques, psychologiques.
La confiance en soi-même permet d'oser, de ne pas reculer tout en étant conscient
de la situation.


Le manque d'estime en soi-même se décline en divers comportements selon le 
caractère.

Si booster confiance & estime en soi-même demande quelques ajustements,
 le résultat mérite vraiment d'y consacrer du temps !

Humour pour se  moquer de soi-même, un bon outil
pour dédramatiser
                             
                                       Découvrons deux profils     
Martyr ou tyran
parfois les 2 en alternance !

7 conseils à mettre en pratique.


Je présente deux types de profils - martyr ou tyran- ayant  ce "même  manque d'estime & confiance en soi. Mais, l'exprimant différemment !

Un peu caricatural pensez-vous ? Martyr ou tyran
Oui, car un profil type décrit l'est dans l'exagération, sans nuance, ce qui est rarement le cas.
                                     
Informations : les conseils sont généraux et ne peuvent se substituer à une consultation avec un professionnel.

Cas A)Martyr ou victime
Croire toute personne en manque de confiance, timide, introvertie, silencieuse, soumise, attentionnée etc...
 Ce comportement n'est pas commun à toute personne (f.h) en manque d'estime car ce manque là se traduit pas des comportements différents selon la personnalité
Ce profil  "Martyr" c’est la femme ou l’homme qui n’ose pas, toujours en retrait, qui ne se donne pas le droit de...Passivité psy ? 
Qui estime ne pas mériter, qui accepte beaucoup psychologiquement, de l’autre, des autres. Celui ou celle donnant sans compter !

Le martyr représente l'abnégation, l'oubli de soi, c'est la victime réelle ou imaginaire, le plus souvent imaginaire qui cache, derrière des attitudes de soumission, un désir de puissance et de contrôle de l'autre en cela il rejoint "Le Tyran" mais d'une manière plus "enrobée" et culpabilisante.

Prudence l’apparence dissimule parfois des comportements bien plus ambigus.

Cas B)Tyran
Le manque de confiance & d'estime se traduit, aussi, par des comportements excessifs...explosifs.
Axés, essentiellement, vers le, la partenaire qui en général est d’une infinie patiente…jusqu'au point de rupture.
 *Colère parfois violente
 *Agressivité
 *Dévalorisation
 *Besoin d'avoir raison,
 *Besoin de contrôle
 *Dépendance affective
 *Besoin de plaire
 *Susceptibilité etc…
Pourquoi ?
Le manque de contrôle de soi-même induit un besoin viscéral de contrôler les autres, les situations et d’être le centre de « tout » ! Ou presque.
Si, le ou la partenaire se lasse des crises et débordements émotionnels, menace de rompre, notre anxieux
perd pied et devient soumis, du moins un temps et basculera vers le profil "Martyr"
Le mécontentement de soi-même est "projeté" sur l’autre, porteur de tous les défauts mais qui se doit rassurant
et serein...

Pour les Deux cas.
Un anxieux doute de lui et des autres, car le manque de confiance et estime en soi-même dénote l’anxiété...et oui !
Entretenant avec celle, lui-même un dialogue dysfonctionnel très négatif l’anxieux se dévalorise !
" Je ne m'aime pas, je me trouve moche, je n'y arriverai pas etc..."
« Personne ne s’intéresse à moi »
« Je donne beaucoup, mais je suis toujours déçu(e) »
Info psy : Ah, donner pour donner ou donner pour être aimé(e), accepté(e) ?
Cas B)
Mais, le besoin de reconnaissance est tel, qu’il peut conduire à un comportement hautain vis-à-vis des autres, à refuser l’autorité,
à ne pas prendre en compte leur besoin.
Ce comportement  est caractéristique de l' enfant « Roi », auquel on céda tout,  ne supportant pas la frustration...Vous avez un travail à faire pour l'accepter.

Il y a distorsion entre le comportement social et la réalité intérieure ce qui sape un peu plus l'estime en soi !

Que le manque de confiance s’inscrive sur une personnalité réservée ou explosive le
résultat reste identique dans le ressenti.
.

Alors comment booster l'estime en soi -même ?
Psy, nous préférons utiliser "estime de soi" que confiance qui semble un grand fourre-tout confus.

L'estime de soi commence par la valorisation de vos atouts ou compétences.

1. Le journal de bord des actes réussis ou comment se libérer des schémas cognitifs
Un petit carnet sur lequel noter vos défis relevés avec brio...du concours réussis à la situation récente où vous avez cloué le bec à un collègue ou voisin "difficile".
La façon magistrale dont vous avez gérer le conflit avec votre collégue. etc...
Rafraîchissez  votre mémoire, souvenez vous des petits actes courants et positifs de la vie.
Ne bloquez pas que sur le négatif, le mauvais moment, le grincheux..
Tenir ce carnet de bord un mois.

2.Vous pensez que les autres, tous les autres sont  et font mieux que vous ?
Parlez à un(e) ami(e),  celui, celle que vous pensez parfait(e), réussissant tout, tout ! 
 Expliquez- lui vos doutes et appréhensions, vos difficultés à être.
Vous serez étonné(e) par ses réponses.
Mais faites-vous ce qu’il faut pour vivre agir, penser autrement ?
 Vous oscillez, peut-être entre soumission/domination avec le, la partenaire.
Info psy : la clé consiste à s’ouvrir aux autres, à entendre et ne plus se comparer aux autres, aux diktats de la société

Notre société survalorise la confiance en soi, qui pour celui ou celle en manquant, semble être un état permanent d'assurance en tout domaine...
Voici une idée fausse et dangereuse qui conduit un anxieux à penser que "confiance en soi" = "tout est facile, je ne crains plus rien" 

3.Auto-félicitation ou comment se valoriser
"Je suis une fille bien", "Je suis un garçon bien"
« Je mérite d’être heureux (se) »
Félicitez-vous d'avoir réussi telle ou telle action (même bénine)
Modifier votre attitude au quotidien
Lancez-vous un défi journalier.
 Exemple :
"J'ai dit bonjour à une personne  que je croise en l'ignorant. J'ai parlé à une voisine ou voisin en m'intéressant à elle ou lui."
Et oui, nouer un dialogue simple au lieu de, juste "croiser"  les gens  donne de l'énergie car le retour positif vous donne la sensation d'appartenance à l'inverse d'un schéma de dévalorisation.

4.Cesser d'accuser les autres.
Se positionner en victime n'arrange rien niveau estime de soi.
Rendre l'autre responsable de tout, trouver de faux prétextes pour ne pas faire est un comportement immature renforçant le manque d'estime.
Utiliser la communication pour comprendre que vous n'êtes pas transparent(e) et que le monde n'est pas si dangereux que vous l'imaginez et que personne ne vous juge !

Cas A) Vous pensez qu'un collègue de travail vous critique, que le voisin  ne vous aime pas etc.. Parlez et/ou intéressez-vous à lui ou elle, posez des questions sur sa famille etc.. au lieu de pensez qu’il, elle ne vous apprécie pas qui accentue votre schéma d'incompétence et de méfiance
Pour le Cas B), accuser les autres montre surtout votre difficulté à vous remettre en question, à accepter l'imperfection.
Travailler votre objectivité.
Un article  sur le stress, facile à mettre en pratique

5. Casser le cercle reproches/agression
Avec vous même parce que rien de pire que le censeur intérieur pour douter de soi, aujourd'hui la seule personne pour vous interdire d'être bien c'est vous.
Avec les autres car vous les poussez dans un mécanisme de défense/attaque dont rien ne sort de constructif.
Remplacer le "tu" par le "je".
Exemple : "je pense que nous devrions parler de ceci. Je suis vraiment triste que..." au lieu de : "tu fais n'importe quoi, tu ranges pas ceci, cela" 
Valable pour cas A et B
Rien de tel que les reproches pour saborder l'ambiance familiale.
Comment réagissez-vous à un reproche ?
La réponse vous indique les conséquences du reproche.
Conseil également valable avec le partenaire.

6. soumission ou tyrannie domestique.
Cas A) A la maison, vous assumez toutes les tâches ménagères et vous n'en pouvez plus.
Pour un homme : votre partenaire hyper exigeante est toujours insatisfaite
Cas B) Ou vous « exigez » que l’autre ne laisse pas un grain de poussière sur la table et vous le, la harcelez ainsi que les enfants
Le conseil :
Cas A) Responsabiliser les enfants et le, la partenaire  en assignant une tâche à chacun
Cela ne marche pas : faites la grève pour que la famille prenne conscience que sans vous le fonctionnement de la maison devient boiteuse.
Pour un homme : ne fuyez pas le dialogue ni un éventuel conflit...dites "Stop"
Objectif : prendre du temps pour vous
Cas B) Accepteriez-vous la tyrannie de l’autre ? Quelle est votre priorité, le bien être familiale ou votre obsession du contrôle ?
Objectif : comprendre que le  besoin de contrôle est anxiogène comme l'hyper-performance.

6.Sortir de la culpabilité
Ah, cette émotion là si commune et courantes à nos contemporains pourrie la vie au delà du raisonnable.
A moins d'être un menteur pathologique, de blesser autrui à plaisir, d'utiliser la colère, la tyrannie comme arme fatale pour dominer votre monde, pourquoi et de quoi culpabilisez-vous ?
Cas A) Soyez objectif(ve) : avez-vous tort de ne pas agir qu'en fonction des autres ?
Faire taire la petite fille sage et soumise ou le petit garçon trop timide : vous êtes un(e) adulte responsable et sensé(e) et vous avez le droit d'exister.
Cas B) Soyez objectif(ve) : Vous culpabilisez de n’être pas comme vous le désirez entretenant la frustration envers vous-même et vos colères renforcent ce sentiment.
Faire taire la petite fille ou le petit garçon capricieux(se) obtenant tout ce qu’ il,elle désirait, cultivez la dérision envers vous-même.


7. Travaillez votre autonomie.
L'autonomie c'est la capacité à agir seul(e) sans le soutien permanent des autres, à exprimer ses besoins, ses sentiments et ses opinions.
Etre autonome indique un sens de la maîtrise de soi comme la confiance en son environnement et de ne pas se sentir vulnérable.
Pour booster l'estime en vous-même, apprenez à donner votre avis en écoutant l'autre si son opinion diverge.
L'évitement de ce qui dérange amplifie le manque d'estime de soi !
Comment s'apprécier, ne pas se juger négativement lorsque surnage la sensation de ne pas faire ce qu'il faut ?
Info psy :
L'estime en soi-même, contrairement à  à la croyance,  dénote une capacité  à  l'acceptation de la contradiction en la vivant comme un enrichissement et non comme un conflit 
"Plutôt mourir que d'avoir tort" semble le crédo de nombreux anxieux en manque d'estime en eux-mêmes.


La note positive : manque d'estime ou de confiance en soi-même ne sont pas des freins à la réussite et à l'épanouissement, d'autres facteurs identitaires composent une personnalité.


Info psy : particularité
La perte d'estime en soi-même peut concerner une personne traversant des difficultés importantes - perte d'une personne proche - cessation d'une activité - gros conflits familiaux - maladie...Cet état passager  pris en charge s'atténue rapidement.

Consultez un professionnel vous aidera à regagner cette estime ou confiance en soi-même indispensable pour évoluer sereinement

En suivant les liens de cet article vous trouverez d'autres informations et conseils sur ce thème.

Cet article est informatif et généraliste, ne peut se substituer une consultation avec un professionnel.



En thérapie comportementale & cognitive
 nous travaillons sur le stress en apprenant à l'évacuer, à casser ces automatismes et à reformuler les idées/certitudes source d'angoisse.
Les outils :
La Pleine Conscience
L'Affirmation
Vivre le stress autrement

A lire :
dédramatiser une situation
canaliser le stress
agir pour vivre mieux
et
la méditation active

Apprendre à vivre l'instant pour vivre mieux
et booster l'estime en soi - même.
Comment ? 
En thérapie individuelle ou en journée continue d'initiation.
 Les renseignements sont ici.

Je reçois en cabinet sur Gassin
Retrouvez moi sur FB

                                                      

Avertissement Le contenu de ce site n'est proposé qu'à des fins rigoureusement informatives et dans le but de donner matière à une ouverture vers un professionnel.
Prenez toujours l'avis d'un professionnel, psychologue, psychothérapeute ou psychiatre. Les conseils, articles ne peuvent, en aucun cas, se substituer à une psychothérapie avec un professionnel qualifié dans le domaine psy.


Laurence de Attitude-coach.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de ne pas employer de propos racistes, orduriers, ni le style sms ou texto. Merci également de vérifier l'orthographe ! Les commentaires sont modérés (contrôlés), ils n'apparaissent pas de suite.Les commentaires doivent décrire une expérience de vie, votre comportement, vos ressentis pouvant servir aux lecteurs et lectrices de ce blog.

Pas de publicité personnelle ! Merci de me contacter via mail si vous désirez une parution