jeudi

La dépendance affective vue par le Père Noël !

Cher Père Noël offre moi un kit pour ne plus souffrir en amour !
Voici une demande rarissime.
La dépendance affective vue par le Père Noël.


Le bonhomme Noël pourra t'il y répondre et qu'est donc ce "Kit" pour éviter la souffrance amoureuse ?

 Il répondra à votre lettre en vous posant quelques questions telles que : qu'entendez-vous par ne plus souffrir ? ce qui sous-tend l'idée que pour vous "Aimer rime avec Souffrance ?"
Un kit ? Un prêt à l'emploi ou l'on vous expliquera que faire..."je ne pense pas que cela existe ?"
Mais de quoi souffrez-vous exactement ?
Votre compagne ou compagnon est désagréable ou violent, indifférent, ressentez-vous un manque de sentiment de sa part ?
Si votre réponse est oui, pourquoi ne pas le ou la quitter ?

Cher Père Noël, non, c'est moi qui ne supporte pas l'absence, que mes demandes de réconfort ne soient pas immédiatement satisfaite.
*Dès que son intérêt se détourne de moi, je souffre, si je n'ai pas de nouvelles dans la journée, je rumine : que fait-il ou elle, qu'ai-je fait, il, elle ne m'aime plus, il, elle me trompe etc.
*Quand un ou une ex le contacte ou un(e) collègue de travail je m'interroge et le harcèle pour savoir qui est cette personne, le lien entretenu, n'est-ce pas autre chose que de la camaraderie ?
*Je vis l'enfer Père Noël, toute action de sa part sème le doute dans mon esprit, je suis jaloux(e) de toutes les personnes l'entourant.
*Il, elle regarde son téléphone j'imagine une discussion secrète....une nouvelle rencontre, un mensonge car il, elle ne pourra que me trahir.
*Je lui fais des scènes terribles, harcèle...
*Je n'ai aucune confiance, alors je veux tout savoir, en deviens obsessionnel(le), tout est contrariété.
*Je veux que mes besoins soient satisfait dans l'instant, que l'autre ne pense qu'à moi !
Et pourtant je sais que ce, cette partenaire m'aime, m'écoute.
Mais, je demande toujours plus encore et encore, je ne suis jamais rassuré(e)

Voilà cher Père Noël pourquoi je souffre sans cesse en amour.
Plus je suis amoureux(se) et plus j'ai peur d'être quitté(e), abandonné(e).
J'angoisse sans cesse, en suis odieux(se), méchant(e) parfois, je menace et quand l'autre s'énerve et n'en peux plus de devoir me rassurer sans cesse, de mes crises, je pleure, quémande...

Oho, vous êtes fort difficile à vivre.
Mon assistante déclare que vous souffrez de dépendance affective.
En lisant votre message, quelques questions me viennent à l'esprit.

  • Quel âge avez-vous ?
  • Vous me faites penser à un enfant, capricieux, de 5 ans auquel on dit "non" tu n'auras pas ce bonbon.
  • Mais vous êtes un adulte censé se prendre en charge, avoir appris à vous sécuriser par vous-même.
  • Pourquoi ne supportez-vous pas la moindre frustration ou du moins vous interprétez ainsi un refus ?
  • Le, la partenaire, si je suis votre raisonnement, n'a pas le droit d'exister, respirer, vivre en dehors de vous ?
  • Il, elle se doit de répondre à toutes vos exigences, à jouer le père, la mère, le tuteur à être d'une bienveillance sans faille et à tout accepter, encaisser sans jamais se rebeller.
  • Vous vous donnez le droit d'exiger tout de lui ou elle, sans assez tenir compte de ses propres états d'âme, de ses besoins puisque les vôtres priment.
  • Vous souffrez, non d'un manque d'amour du partenaire, mais d'un cruel manque d'estime de vous-même.
  • Vous naviguez sur votre propre chemin balisé de vos désirs, sans vous interrogez sur ce que l'autre donne, apporte dans votre relation.
  • Vous le rabaissez, oubliant sa propre personnalité pour faire de la vôtre le centre de la relation.

Tant que votre anxiété, donc vos peurs mèneront le bal de vos amours, effectivement il seront vécus sur un mode "souffrance" puisque
le "Nous" se résume à "Je".
Que le couple se décline, non dans un véritable partage et dans la non acceptation de l'autre en lui donnant  pas le droit d'être imparfait.

Il s'agit bien de cela.

  • Canalisez vos émotions, acceptez la frustration, oui c'est possible, réfléchissez avant d'agir ou de parler à travers le prisme de vos angoisses, déformant la réalité et toutes les interprétations des mots.
  • Ne soyez pas en compétition permanente avec les autres vécus comme des rivales ou rivaux, la jalousie se modère en restant réaliste, dans une surenchère de preuves d'amour que l'autre ne pourra jamais combler.
  • Il vous appartient de les combler vous-même.
  • Le rôle d'un partenaire n'est pas de réparer vos blessures d'enfance et/ou d'être ce parent trop bienveillant peut-être laxiste dans l'éducation.
  • L'autre peut douter de vos sentiment, comment se sentir aimer lorsque la  relation se teinte de crises récurrentes, que le la lumière de l'amour grisaille.
  • Aimez-vous chaque jour un peu plus, écoutez le discours de l'autre ce partenaire toujours PRÉSENT malgré le mal que vous pensez de lui ou d'elle.
  • Faites vous aider par un professionnel et détendez vous !
Je ne sais pas si j'ai répondu à votre demande, je vous souhaite pour l'année à venir d'aimer dans le bonheur et la sérénité.

                                                       
Le Père Noël vous souhaite de JOYEUSES FÊTES



Me consulter en cabinet
Me consulter par téléphone/Skype ou mail, les infos sont ici :

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci de ne pas employer de propos racistes, orduriers, ni le style sms ou texto. Merci également de vérifier l'orthographe ! Les commentaires sont modérés (contrôlés), ils n'apparaissent pas de suite.Les commentaires doivent décrire une expérience de vie, votre comportement, vos ressentis pouvant servir aux lecteurs et lectrices de ce blog.

Pas de publicité personnelle ! Merci de me contacter via mail si vous désirez une parution