vendredi

" Comment se libérer de la dépendance amoureuse ?"

Attente, doute et peur !
Comment se libérer de la dépendance amoureuse
et de l'anxiété qu'elle active ?

Vous avez lu les messages sur la dépendance affective et les autres sur l'anxiété et le stress
 dans lesquels vous vous serez reconnus(es).
Cet article concerne l'homme et la femme.

Vous l'avez bien compris, des tas de facteurs interviennent dans la dépendance amoureuse et affective, que je différencie un peu, cette dernière se croise chez certaines personnes totalement "accaparantes" en amitié ...tout en sachant garder une autonomie face à l'autre.
Ce que psy, nous appelons les "dépendants" ou suceurs d'amour, ils s'accrochent à vous jusqu'à vous étouffer de leurs demandes d'attention.
La dépendance est une addiction, presque, comme une autre, un besoin viscéral de rassurance.
Comment se libérer de la dépendance amoureuse, de cette addiction à l'autre source de
souffrance ?

Je précise encore une fois aborder ici, la dépendance pathologique et son cortège de jalousie, possessivité, celle qui rend l'autre fou et le, la pousse parfois, voire souvent à fuir cette prison qu'est devenu l'amour.

Plusieurs messages vous donneront quelques conseils pour apprendre à vous dégager de la souffrance... consulter un psy reste indispensable pour faire un travail de fond.


J'ai écrit un message, sur la "petite dépendance" que provoque au début d'une relation, le sentiment d'amour, et que celui ou celle qui n'y succombât jamais lève le doigt!
Je pense que comme Pinocchio son nez s'allonge.

Mes patientes et patients me demandent parfois :
 " ça veut dire quoi s'aimer soi-même ?"
Se connaître et avoir assez d'estime de soi-même pour ne pas s'engager dans des relations destructrices, nuisibles à la personnalité...
Attention toutefois à ne pas sombrer  dans le narcissisme primaire qui consiste à tant s'aimer, que l'autre ne sera que miroir de votre Ego.
Je répète encore une fois, qu'un peu de narcissisme est vitale à la survie humaine.

S'aimer c'est également :
cesser de se faire du mal,
 prendre soin de soi,
 éviter les situations scabreuses psychologiquement,
 c'est ne plus se "torturer" par des doutes incessants.
C'est  la capacité
  à se dégager de personnages néfastes à l'équilibre.


Alors s'aimer soi-même c'est tout simplement avoir assez d'estime de soi pour ne pas se perdre dans des relations destructives. 
C'est également la capacité à vivre l'amour comme une sorte de "cerise sur le gâteau", un magnifique plus de l'existence donnant l'envie de chanter tous les matins !


Car le problème d'un dépendant affectif est de s'ancrer, parfois, 
dans des relations très destructrices
 par peur de l'abandon et
 plus encore par crainte de rester seul(e).
Il s'engage dans des histoires sado-maso dont il sortira encore plus meurtri blessé qu'il ne l'était qui réveilleront la dépendance amoureuse.

Il est important de bien comprendre ceci :

 si cet amour vous quitte, vous serez toujours égal(e) à vous même, n'en serez pas dévalorisé(e), ni totalement
Des questions sans réponse
perdu(e) car cet amour ne fut pas une thérapie, une béquille, un pansement au mal être. Certains (es) changent souvent de partenaire car justement, l'autre ne sera jamais ce que vous attendez, ne vous guérira pas
des blessures dont vous seul (e) possédez le manuel de guérison, la clé c'est vous. Le bonheur, l'équilibre intérieur ne dépend pas de l'autre. Oui tout cela est  parfois complexe, je vous l'accorde !


L'estime de soi, consiste entre autre, à connaitre ses propres limites afin d'éviter les relations sado-maso, maso.

Une question doit vous interpeller,  lorsque le doute,
 les questions s'installent:
 " vos peurs sont-elles fondées, en avez-vous des preuves,
l'autre est-il (elle) si terrible que cela ?"
Son engagement est-il sincère ?
Vous offre t'il un soutien, une écoute ou vous rabaisse t'il ?
Sait-il prendre en compte vos besoins et vous laisse t'il dans la relation une vraie place ?

Vos réponses vous indiqueront le niveau de subjectivité et d'objectivité de vos interprétations du comportement de l'autre.
Si, la réponse est non,
votre imagination vous joue des tours, dont celle de la dépendance, de la peur de perdre, de l'abandon.
Si oui,  
demandez vous ce que vous faite dans cette histoire là, en vaut elle le coup ?
Votre appréhension, terreur de la solitude, de l'abandon justifient-elles votre souffrance ?
Jusqu'où supporterez vous les humiliations ?



J'aborderai dans d'autres messages,  "le comment se dégager peu à peu
de la dépendance affective".
Utilisez les quelques pistes que j'ouvre ici et dans d'autres messages !
N'hésitez pas à consulter un psy de votre région, à participer à des groupes de paroles
thématiques.

Lire également le message : "comment s'opposer à un dépendant affectif"

et celui-ci : conseils pour se libérer de la dépendance affective

Pour me consulter par téléphone :
J'assure moi-même les consultations, uniquement sur rendez-vous.

Les tarifs :
  30 euros pour 30 mn
55 euros pour 60 mn
10 minutes offertes pour expliquer votre problème sans obligation de prise de RV
Paiement par CB totalement sécurisé via Paypal

Me consulter en cabinet les informations sont sur ce site

Retrouvez moi sur facebook

2 commentaires:

  1. Pensez à lire les autres messages sur la dépendance affective. Vous y trouverez des informations diverses.

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir

    cet article me parle car j'ai eu dans mon enfance une grande carence affective avec ma mère et je peux aujourd'hui être dépendante affective de certaines femmes.

    RépondreSupprimer

Merci de ne pas employer de propos racistes, orduriers, ni le style sms ou texto. Merci également de vérifier l'orthographe ! Les commentaires sont modérés (contrôlés), ils n'apparaissent pas de suite.Les commentaires doivent décrire une expérience de vie, votre comportement, vos ressentis pouvant servir aux lecteurs et lectrices de ce blog.

Pas de publicité personnelle ! Merci de me contacter via mail si vous désirez une parution