mercredi

9 conseils pour se libérer de la dépendance affective.


Voici quelques conseils pour se dégager peu à peu de la dépendance affective.
9 conseils pour se libérer d'un état d'addiction à l'autre !

Ces conseils sont "généraux", ils ne répondront pas à toutes vos questions d'autant que la dépendance affective se décline en fonction de chaque personnalité.

Dépendance affective et isolement




Ces conseils sont à mettre en application pour obtenir un mieux être !

Attention, avant d'aller plus loin : cet article est informatif, il ouvre des pistes (à mettre en pratique) en aucun cas  il ne peut se substituer à un travail avec  un professionnel
Consulter un spécialiste, psy comportementaliste, vous aidera à sortir de cette addiction et de votre anxiété !.
La dépendance ou addiction à l'autre est un symptôme anxieux, dénote donc une personnalité anxieuse, stressée

Les mécanismes psychologiques de la la dépendance amoureuse.


La dépendance affective se symbolise par:
 "l'attente" 
de l'autre, d'un coup de fil, 20 coups de fils et plus encore, par l'envoi de sms, par le besoin de se "plier" au désir de l'autre, de tout faire pour le ou la garder.

Revenons au mode de fonctionnement de la dépendance.
Attendre le retour, attendre le geste rassurant, attendre le mot apaisant.
Attendre car :chaque séparation pour un(e) dépendant(e) pathologique se vit comme une mort de l'espoir..
Il suspend son souffle, souffre, rien ne le (la) rassure, alors il harcèle au téléphone, mail lorsqu'il le peut, sinon il subit ce manque en se torturant.
usant et destructeur pour les 2 partenaires.

                                       "l'incapacité à faire par soi-même"
Le manque d'estime de soi induit le manque de confiance en soi-même donc en l'autre.
C'est aussi "étouffer" l'autre de demandes incessantes de preuves d'amour.
Le chemin d'un dépendant affectif ne se démarque pas de celui de la personne aimée.
C'est l'incapacité à faire quelque chose d'agréable pour soi.


Phrase type que j'entends en consultation :
"Ce que je ne sais pas me donner, je le demande à l'autre, mais ne supporte pas qu'il se donne le droit d'exister sans moi"

Le dépendant affectif emprisonne l'autre, le vampirise et cherche à le contrôlerlui déniant le droit d'exister sans lui, puisque lui-même se sent comme "sans vie" dans la solitude.
Elle s'habillera, se coiffera pour plaire, jamais en fonction de ses goûts personnels.
Il se conforme à ce que l'autre attend de lui, enfin à ce qu'il croit que l'autre désire.
La frustration au moindre retard, au moindre signe d'indépendance se vit comme un signe de rejet.
Vous ne savez pas vous rassurer vous-même et le mode attente, vous plonge dans les affres de la souffrance avec son cortège d'émotions dévastatrices ! C'est un cercle vicieux.


Alors comment se dégager de cette attente inhibant toute velléité d'autonomie, de ces peurs irrationnelles de l'abandon ?


Objectif :  
  1. sortir de ce cercle "Attente", 
  2. avancer au lieu de tourner en rond,
  3.  ne plus être dans le contrôle permanent de l'autre même si cet aspect est inconscient.
  4.  comprendre que justement sans l'autre vous passez de bons moments sans penser à lui ou elle
  5. vous ouvrir vers l'extérieur, les autres
  6. prendre conscience de vos envies, désirs, besoins personnels dont l'autre est exclu
  7. renoncer à être le centre de l'attention de l'autre
  8. gagner en autonomie c'est comprendre le besoin de l'autre
  9. prendre conscience que votre partenaire souffre également
Action pour se libérer de la dépendance affective :

*Le petit cahier des besoins et envies personnels.
Pourquoi noter ? L'écriture est projective, elle permet de "matérialiser" vos appréhensions, elle évite la rumination et aide à prendre conscience de votre psychologie personnelle

- Notez vos besoins psy sur un carnet. Quelles envies, désirs auriez-vous pour vous même ?
- Prenez conscience de vos émotions
- Etre plus libre, moins sage, plus excentrique, moins dans la peur de etc..?
- Vous interdisez-vous une activité, une sortie, de voir tel(le) ami(e) etc...? Pourquoi ? 
- Votre coupe de cheveux, est-ce celle vous plaisant ou celle qu'aime votre compagnon ?
Monsieur, ce pantalon est-ce votre choix ou celui de votre femme ?
- Apprenez à être "vous" en fonction de vos envies personnelles et non pour plaire à l'autre.


*Apprenez à faire par vous même et pour vous même certaines choses, occupez vous !
  - Danse, théâtre, cuisine, prenez des cours, allez vers ce qui vous attire, cela vous distraira, forcez-vous, l'autonomie s'apprend à n'importe quel âge.


*Résistez au besoin d'appeler, la compulsion se canalise
 - Pour résister à la tentation d'appeler, passez à autre chose, dites vous qu'en 10 minutes, rien d'extraordinaire ne peut arriver, qu'il ou elle travaille, vos appels, sms sont dérangeants.
- Canalisez vos émotions
-Fixez vous sur une image, un souvenir personnel etc..
-Respirez tranquillement pour canaliser vos émotions - Lisez l'article sur femme au bord de la crise de nerf pour y trouver des méthodes de respiration et de relaxation.


*Modifier, transformer votre passivité en mode décision.
Un dépendant est passif, figé dans sa crainte de mal faire, donc il n'initialise jamais rien.
-Surprendre votre partenaire vous donnera un coup de peps ! Oui, vous êtes capable de le faire !
 - Prenez la décision d'un resto avec des amis(es), d'une virée à la campagne, d'un ciné etc..
 Vous comprendrez qu'à 2 ou en compagnie, son regard sur vous reste le même.


*Sublimer votre peur de l'abandon
Dites vous que la décision de rompre n'est pas unilatérale, elle vous appartient autant qu'à l'autre.
 - Une question doit vous interpeller, lorsque le doute, les questions s'installent : 
 " Vos peurs sont-elles fondées, en avez-vous des preuves ?"
 Votre partenaire donne t-il ou elle des signes d'éloignement, de désintérêt ?"
 Si, la réponse est non, votre imagination vous joue des tours.
- Votre dépendance l'irrite, les tensions viennent sûrement de là !
 - Que peut faire de plus votre compagnon ou compagne pour prouver ses sentiments ?




*Booster l'estime de soi même
Lancez vous des petits défis, cela vous donnera confiance à chaque défi réussi.
- Résister, quand l'autre rentre, au besoin de questionner : "lui avez-vous manqué, vous aime t-il (elle) encore"
- Faites une liste de vos comportements compulsifs (pensez au carnet de bord)
A vous de définir vos défis, sachant qu'il faut faire cela sur la durée.


*Modifier vos idées
Définissez vraiment ce qu'est l'abandon, prenez le temps de réfléchir.
En thérapie cognitivo-comportementale, nous insistons sur ce point : la réflexion, c'est elle qui permet de canaliser les émotions.
- Ne pas interpréter toute parole ou tout geste comme un signe d'éloignement, relativiser, dédramatiser.
- Ne pas généraliser un acte anodin et ponctuel.
Exemple : il ou elle rentre énervé(e) peu communicatif(ive) semble lointain(e).
Votre pensée 1 (automatisme)" qu'ai je fait ou dit, il ne m'aime plus etc.."Vous boudez ou râlez !
A modifier en : "il; elle est fatigué(e) a eu une dure journée, rien à voir avec moi" Vous lui laissez le temps de souffler...


*Affranchissez-vous, transgressez les interdits de l'enfance
Ceux de la petite fille ou garçon trop sage, ceux de ne pas s'exprimer, de ceux vous inculquant la serviabilité comme preuve d'amour, de la croyance que vous n'êtes pas l'enfant désiré(e), et même si ce fut le cas, le rôle d' un(e) partenaire n'est pas de réparer votre enfance qui n'excuse pas tout d'un comportement adulte, etc..etc...la liste est longue.
- Ne faites pas pour le ou la partenaire ce qu'il, elle ne demande pas.
- Renoncer à l'amour inconditionnel de parents trop permissifs, une ou un partenaire ne peut tout admettre ou donner.
- Osez exprimer des émotions avec des "je ressens ceci ou cela etc..""je suis en colère car.."
-Agissez sans demander l'avis de votre partenaire pour tout et rien
-Rajoutez ce défi : acceptez de ne pas être aimé(e) de tout le monde etc...etc...


*Les sens comme outils dérivatifs.
Au lieu de focaliser sur des idées sombres, d'attendre, retrouvez vos sens, écoutez les !
-Yoga, taï chi, relaxation etc...sont des outils du mieux être.
-Regardez autour de vous, concentrez vous sur la couleur d'une fleur, le sourire d'un enfant,
- Mettez de l'humour dans vos propos,  riez parfois de la dégaine de certains individus, ouvrez grands les yeux sur la vie.
- Cultivez la bonne humeur, le rire est une merveilleuse thérapie, se moquer de soi-même dénote des prises de conscience.


Donnez à votre partenaire le droit d'exister sans culpabiliser.
La pire des manipulations : le chantage affectif.
Faites vous confiance, croyez en son amour, sentez-vous digne d'amour "Je suis aimable", dans le sens de "je mérite d'être aimé(e)"...à se répéter !




Lire également : http://www.attitude-coach.com/2011/09/comment-se-liberer-de-la-dependance.html (sur la droite du site, dans libellé des messages,un clic sur la dépendance affective vous trouvez tous les articles sur le thème)

Lire également les articles sur l'anxiété :
doper la confiance en soi
J'ai peur de tout 
L'action comme booster d'estime de soi   
Un autre article pour lutter contre la dépendance (15 conseils pour...)
Pour le partenaire du dépendant...18 conseils pour
La dépendance au masculinc
Anticiper la dépendance

Pour me consulter par téléphone ou Skype :
Tous  les renseignements sont sur ce site dans le menu
Allô, psy en ligne mode d'emploi


Vous êtes dans le Golfe de St Tropez, je reçois à mon cabinet
www.psychotherapie-laurence-rigody.fr



Merci de partager cet article sur vos réseaux sociaux
Retrouvez-moi sur FB :
www.facebook.com/laurence.rigody.fr



Mots clés : dependance affective

81 commentaires:

  1. cet article lit en moi, il a mis les mots sur le mal que je ressens, on dirait qu'il a été écrit pour moi. Merci.

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ce message, je vous souhaite une libération de cette addiction plus répandue que l'on ne le croit.
    Laurence

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonsoir juste pour dire que c une vrai dépendance c téléphone portale ils vous font faire n importe quoi rien de bon pour les personnes que l ont aiment merci

      Supprimer
  3. Idem pour moi, je me reconnait vraiment dans cet article et ne sait comment faire pour m'en sortir..je suis en train de gâcher une belle histoire malheureusement

    RépondreSupprimer
  4. Bonsoir, appuyez vous sur cet article en mettant en pratique ce que je conseille...Et n'hésitez pas à consulter un psy dans votre région, sachant que la dépendance est une addiction et un symptôme de l'anxiété qui est à prendre en compte. Travaillez sur vos angoisses en générale et surtout OUVREZ VOUS à l'extérieur.
    Bon courage à vous et merci pour ces messages.
    Laurence

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour cet article qui j'espère va m'aider à m'en sortir , je crois que c'est mon problème et je veux que ma relation avance et pour cela je dois faire un travail sur moi c'est pas facile...

    RépondreSupprimer
  6. Laurence,
    Enfin des conseils concrets, simples et formulés de manière intelligible.
    Simples certes, aisément applicables, ils permettent pourtant de rapidement remporter de petits succès qui deviennent plus tard des grands. Pour moi, après la prise de conscience qui fait mal, ces petits succès sont de la pommade sur une plaie qui guéri.
    Un petit succès aujourd'hui, un nouveau défi pour demain, puis un nouveau succès, c'est le chemin vers une réconciliation avec soi-même et un bien-être fulgurant qui transcende une nouvelle motivation vers un meilleur moi. Un nouveau souffle et la conviction que "Ma vie? Je sais que ça ira!".

    Merci encore pour ces conseils coup de pouce pour le quotidien en évitant les grandes théories hors de portée des personnes en quête d'autonomie.

    RP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! Je pensais exactement la meme chose. La prise de conscience, sa dureté, ademettre te avancer. Le chemin est long, mais l'on se sent à chaque pas plus léger!

      Supprimer
  7. Bonjour,
    Oui R.P la théorie n'aide pas à se libérer de l'addiction "Dépendance affective" et l'approche scientifique trop sélective pour la compréhension.
    La TCC reste pragmatique puisque l'affrontement ou exposition à ce qui mal permet seul de se "soigner".
    Je vous conseille de lire les articles sur l'anxiété pour y trouver d'autres éléments de travail. Ces articles ne peuvent se substituer à une thérapie, alors n'hésitez pas à consulter un comportementaliste dans votre région.
    A lire : http://www.attitude-coach.com/2013/10/7-conseils-pour-doper-la-confiance-en.html
    et le dernier article du blog.
    Bonne continuation à tous les participants de ce blog et surtout exposez-vous.

    RépondreSupprimer
  8. J'ai rajouté sur l'article 9 conseils... des liens vers d'autres articles qui sont complémentaires et outils de travail.

    Bonne fin de journée.

    Laurence

    RépondreSupprimer
  9. bonjour,

    pouh il y a encore quelques minutes je me disait ma copine ne me comprend, pourtant elle essai de m'expliquer ça indéfiniment sans que je percute, je viens de me lire en lisant cette article, et je me rend compte que je prend le problème a l'envers depuis le début, il y a du boulot sur la planche

    RépondreSupprimer

  10. Merci pour cet article.. 5 mois de relation et 5 mois que je traîne ça. Ma copine a besoin de temps pour elle, et moi je suis toujours dans l'attente d'un signe de sa part, j'ai tout le temps besoin de la voir. Est-il possible de soigner ce problème à travers des exercices ou faut-il obligatoirement passer par un psychologue ?

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour,
    L'idéal sera de consulter un psy-comportementaliste qui vous accompagnera avec un vrai travail.
    Un article et les conseils indiqués, à mettre en pratique, mais seule c'est assez complexe de déjouer certains pièges du mental...tout dépend du degré d'angoisse, du contexte etc...N'oubliez pas que la dépendance affective est une addiction, un symptôme anxieux.
    Attention à ne pas confondre impatience, refus de la frustration et dépendance affective !
    Laurence

    RépondreSupprimer
  12. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  13. Pour le message juste au dessus du mien envoyé par Caroline, excusez moi Caroline, mais j'ai fait une fausse manipulation et votre nom n'apparaît pas.
    Laurence

    RépondreSupprimer
  14. C'est exactement ça, j'ai enfin trouvé ce que j'ai ...

    Je vis l'histoire d'amour bien au delà de tout ce que j'aurai pu espérer, j'ai une fiancée tellement merveilleuse qui m'aime, bref tout vas bien, et me voila confronté à ça. Ça me fait peur j'ai peur de tout foutre en l'air, je suis comme prisonnier de ce comportement.

    J'analyse les moindre fait et gestes négativement, le moindre texto tardif est source d'angoisses pas possible, un comportement un peu plus distant et me voila à penser le pire du pire, ... J'en ai marre, ça me bouffe la totalité de ma vie.

    Comment sortir de ça ?

    RépondreSupprimer
  15. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour monsieur
    suite au dernier commentaire, cet article vous indique quelques pistes pour "travailler" cette dépendance.
    Je propose des entretiens par téléphone pour "traiter" cette addiction, nous abordons cette problématique avec la TCC (reportez vous aux 2 derniers articles).
    Vous pouvez également consulter un professionnel en cabinet. Je peux vous communiquer des coordonnées de comportementalistes dans votre secteur. Me joindre via mon mail
    Bonne journée à vous et merci pour ce commentaire

    Laurence

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Tout d'abord merci pour votre article!
      Je souhaiterai communiquer par mail afin d'avoir des contacts de comportementaliste dans mon secteur.
      Ou puis je trouver votre mail?
      Merci

      Supprimer
  17. bonjour a tous je suis en couple avec une personne et nous faisont actuellement une pause car je dois apprendre a vivre par moi meme. Il est vrai que je donne beaucoup et c’est derniers temps je me suis sentis fatigue de donner autant. J’aime ma copine, ce n’est pas totalement de la dependence car je me suis mis avec cette personne sans arrieres pensees. La pause est dure mais je m’occupe. Ce qui me manque le plus c’est de ne pas pouvoir lui parler des quelques annecdotes qui m’arrivent. En soit je peux vivre sans mais j’ai vraiment envie de me repprendre et de recommencer une relation plus saine. Avez vous des conseils s’il vous plait ?

    RépondreSupprimer
  18. Bonjour, je suis une femme est depuis 5 ans je suis en couple avec une femme (une première) nous avons une relation continuelle en conflit, je voudrais arrêter cette relation destructrice mais je suis accro elle est comme ma drogue, mon oxygène, donc j ai crue être une spycho dépendante, mais elle aussi a un besoin continuelle de se sentir aimer, je fais tout pour mais il y a toujours quelque chose qui ne va pas, elle a fait le vide autour de moi, elle peut être aussi ange que démon en peu de temps. Quand notre couple va bien que l on est heureuse, elle met un grain de sable dans l engrenage et s est parti on se dispute, avant je ne disais rien, aujourd'hui hui je ne suis en colère et je me satisfait à la voir souffrir, ce n est pas moi, je ne me reconnais plus, je souffre et elle aussi, cela fait plusieurs fois, que je lui dis que je vais partir et j en suis convaincu sur le coup de la colère, et après elle me supplie et elle est si triste que je fais machine arrière, je ne sais plus quoi faire, et je ne sais pas ce qu il serait le mieux de faire .... Merci de me lire Djh

    RépondreSupprimer
  19. bonjour!! merci pour votre article.

    Voilà je suis dépendant affectif et ma jalousie a détruit mon couple, voilà 2 mois que ma petite amie est partie en me demandant de me soigner car je ne serais jamais heureux si je persiste sur cette voie. Je l'aimais, je l'aime c'est certain... Aujourd'hui je me demande que faire pour détruire ce mal qui est en moi!! Merci

    RépondreSupprimer
  20. Bonsoir, en réponse au dernier message, monsieur, il n'y a rien à détruire "chez vous".
    Il s'agit de comprendre le pourquoi de cette addiction, manque de confiance en soi sûrement car c'est la toile de fond du problème, de l'anxiété générale, mieux "canaliser" vos émotions (peurs de ...).
    Je vous renvoie vers les derniers articles de ce site et mettez en pratique.
    Vous pouvez lire que je travaille, également, par téléphone pour ce genre de problème.
    Bon courage, il suffit parfois d'un déclic pour modifier des comportements et acquérir plus d'estime de soi-même.
    Laurence

    RépondreSupprimer
  21. Le seul point dont je ne me suis affranchie est cette recherche de sécurité pour compenser ne serait ce que temporairement mon manque d'affection traduit par un rejet ombilical. Toutes mes relations précédentes n'étaient que cette recherche et j'en étais consciente, mais encore, le rapport attachement/détachement m'est peur et échappatoire. j'ai longtemps fuit en mon enfance, je me suis crée des mondes parallèles, j'ai idéalisé des concepts, je me suis nourrie du concept de l'amour dont la définition m'est étrangère jusqu'au là. Je suis consciente de mon vide, je suis consciente de ma recherche constante d'affection, je ne peux rester seule et je ne peux me suffire. Je ne peux tout juste pas m'en passer. l'absurdité me tue et encore ma bipolarité me rend la tâche plus difficile à résoudre. je sais qu'on a tendance à revivre les mêmes scénarios pour pouvoir nous en détacher. Mes scénarios je les vis en concertation avec moi même car cette douleur intérieure de ne récolter que du mépris, ce déni de ne pas être aimée ou encore d'être abusée me sont plus atroces que la douleur sentie après détachement. Et c'est un cercle vicieux...je suis fatiguée

    RépondreSupprimer
  22. ces bien mon probleme ainsi que l'abandonisme mais sans agressivitee ,plutot elle se retourne sur moi jamais sur les autres ma soufrance et tel que je fais des ts ,je suis a mon troisieme divorsse et ma dependence affective se focalise sur tout les gens qui porte un interet sur moi ,je me suis ruiner en cadeaux et mon psy ma dit qu'on en gueris pas merci

    RépondreSupprimer
  23. Bonsoir
    Je suis tombée un peu par hasard sut votre blog, et franchement c'est une belle découverte.
    J'aime beaucoup cet article, je me suis reconnue, sentie comprise, vous avez utilisé les mots justes, des mots
    qui ont résonné en moi.
    Jusqu'à dernièrement je rejetais toute la faute sur lui, je le rendais coupable de mes agissements de dépendante. Je lui disais que si j'étais ainsi c'est parce qu'il n'étais pas assez aimant ou attentionné...
    La situation est devenue invivable pour moi, j'ai même envie de rompre car je ne me supporte plus, je ne supporte plus la personne aigrie, méchante et complètement illogique que je suis devenue.
    J'ai mis cette page en favoris et je la relis quand je sens la colère gronder,
    Encore une fois merci et bonne continuation

    RépondreSupprimer
  24. Bonjour,
    Si cet article vous a ouvert les yeux...tant mieux.
    Je vous souhaite une libération de cette addiction à l'autre porteuse de souffrance.
    Bonne journée.
    Laurence

    RépondreSupprimer
  25. Bonsoir Laurence
    Merci pour cet article qui me permet de mieux comprendre mon mal être.
    Est-il possible d'aimer "vraiment" quand on souffre de dépendance affective ?
    A vous lire
    Claire

    RépondreSupprimer
  26. Bonjour Claire,
    Dépendance affective et amour vrai ne sont pas incompatibles.
    Oui, l'on peut aimer, le hic est que vous vivez l'amour sur un mode souffrance ce qui le pollue.
    Apprendre à vous aimer vous aidera à aimer plus librement.
    Bonne journée.
    Laurence

    RépondreSupprimer
  27. Merci Laurence, votre réponse est rassurante.
    Très bonne soirée.
    Claire

    RépondreSupprimer
  28. C'est une réelle souffrance et j'ai l'impression de n'être en plus attirée que par les personnes qui ne me correspondront pas, comme si d'avance toute relation était vouée à l'échec

    RépondreSupprimer
  29. Film streaming a ajouté un nouveau commentaire sur votre article "9 conseils pour se libérer de la dépendance affect..." :

    Toutes les filles sont différentes… ce qui s’applique a une ne s’applique pas a une autre. Pour moi ca ne sert strictement a rien d’appliquer des conseils qu’un site donne.


    J'ai recopié votre message, effacé du site par erreur.
    Bonjour,
    Info : la dépendance concerne également les hommes, l'article s'adresse également à eux. Et si vous prenez le temps de lire, il est bien expliqué que les conseils sont généralistes...et que je conseille de consulter, éventuellement, un professionnel.
    Cordialement.
    Laurence Rigody

    RépondreSupprimer
  30. Bonjour Laurence,

    J'ai 25 ans et déja 2 relations gachés a cause de ce manque affectif.. Je suis en couple et des les 1ers sentiments rien ne va plus, et je ne veut surtout pas détruire cette relation. Je doute de tout besoin d'etre au centre etc etc...
    J'ai pris rdv chez un psychiatre est ce la bonne solution?
    Sinon que puis je faire de plus?

    Merci beaucoup par avance de votre retour.
    Cordialemen

    RépondreSupprimer
  31. Bonjour,

    Voilà de bien précieux conseils pour gérer ce déchirement qui s’opère en moi. Je suis perdue et j'espère pouvoir vivre pour mon propre compte, et non plus pour les autres. Il faut se dire que l'importance que nous donnons au gens n'est jamais équivalente en ce qui nous concerne. Chaque jour est une lutte contre moi-même et un combat pour la liberté de mon esprit. J'espère que la relation que je commence vaut vraiment le coup de tous ses efforts que je fournis. J'ai terriblement peur de la souffrance affective. Peur d'aimer, peur de ne pas l'être en retour. Je côtoie cette personne intelligent, choquante d'indépendance. Comment prendre exemple et être heureux à son tour? Une thérapie m'aiderai je le sais, mais les lieux et le temps me pressent. Merci en tous cas, pour ces conseils pleins de sagesses et de raisons.

    RépondreSupprimer
  32. Bonjour, merci pour votre article si éclairant sur cette faiblesse....J'ai 45 ans et je prends douloureusement conscience de ce fonctionnement ancré en moi... Je suis en train de me séparer de mon compagnon pour pouvoir accéder à cette libération... En même temps je suis confiante sur l'issue, car je souhaite guérir, mais j'ai beaucoup de mal à mettre en place des actions pour retrouver ma vraie place...A la suite de cette lecture je pense me faire aider pour me libérer et épanouir ma vraie personne... Merci

    RépondreSupprimer
  33. C'est déjà une première étape de prendre conscience de cette situation et une seconde de vouloir en sortir . Hélas , entre les deux , il y a un gouffre auquel il faut survivre...

    RépondreSupprimer
  34. Exсellent article. Keeƿ writing such kind of information on your blog.
    Im really impressed by іt.
    Hi tҺere, You have pеrformed a great ʝob.
    I will definitely digg it and individually recommend too my friends.
    I'm sure they'll be benefited from tҺis sіte.


    Here iѕ myy site - Cute cats HQ

    RépondreSupprimer
  35. As the admin of this site is working, no question very soon it will be
    famous, due to its feature contents.

    My web blog solar powered fountain with led light

    RépondreSupprimer
  36. Merci pour cet article. J'ai gâché ma relation dernièrement après 14 ans de vie commune, je m’aperçoit que j'ai toujours été dépendant affectif et que cela a pris des proportions trop importante ces derniers mois, depuis que ma conjointe m'a annoncé ne plus être sûre de ses sentiments. Elle m'a quitté mais nous vivons toujours sous le même toit pour l'instant et malgré tout ce que je lui ai fait subir elle continu a essayer de me redonner ma joie de vivre. J'ai mis par hasard un mot sur mon attitude hier et aujourd'hui en tapant ces deux mots dans un moteur de recherche, je me retrouve dans tous les articles. C'est une grosse claque pour moi car je ne savais pas ce qui n'allait pas.

    J'ai déjà eu 2 séances chez un psy, mais nous n'avons toujours pas trouvé la source du problème, à la prochaine séance je pense que cela me fera avancer grandement. Bref je suis quand même sûr d'aimer ma conjointe, j’espère qu'un changement radical de comportement chez moi pourra nous rendre heureux à tous les deux. Merci encore pour ce déclic

    RépondreSupprimer
  37. Bonjour Christophe, vous avez lu dans les articles sur la dépendance que derrière ce comportement il y a l'anxiété. La dépendance est une addiction à l'autre par manque d'estime de soi-même et par peur.
    Il importe donc dans une thérapie d'aborder ce problème anxieux.
    Oui, parlez en à votre thérapeute et si vous n'avancez pas, n'hésitez pas à me contacter que je vous oriente vers un comportementaliste.
    Bonne soirée à vous.
    Laurence

    RépondreSupprimer
  38. Depending on the start-up funds, the Internet marketer may consider outsourcing the initial website and auto-responder designs to get a feel for the best setup
    options. just waiting for the right content to ignite their interests.
    The strategy is actually real uncomplicated and some of the strategies can be more complicated than others.



    my web site - lead generation website

    RépondreSupprimer
  39. bonjour,

    si seulement j'avais lu cet article avant... avant de rompre avec mon ami, parce que j'ai été étouffante, "chiante" comme il le disait..
    ça fait un an que l'on a rompu, on s'est revu et mes mauvaises habitudes sont revenus, tjs plus fortes, toujours plus tenaces.. Aujourd'hui je n'ai plus de nouvelles de lui, des amis l'on vu accompagné d'une autre femme.
    Et pourtant j'attend, j'éspère j'ai tjs un peu d'espoir..
    Voilà j'ai beaucoup de mal à vivre pour moi, je ne sais pas quoi faire, ni comment alors je revasse..cet article met les mots sur ce que je ressens pour ma part c'est vrai que je suis incapable de faire qqchose d’agréable pour moi!j'ai toujours besoin de qq1. En tout cas votre article me permet une prise de conscience
    merci

    RépondreSupprimer
  40. bonsoir;
    c'est le meilleur article que j'ai pu lire en ce qui concerne la dependance affective, parce que on parle des solution en etant en couple et pas apres la rupture, et ca donne de l'espoir parce que y'en a qui sont conscients et veulent vraiment changer, pour leur bien et e bien de leur partenaire, par exemple moi je suis pret a faire des effort pour sauver mon couple car j'aime mon partenaire et je me rends compte que c'est de ma faute et j'en fais trop
    merci enormement c'est un article positif

    RépondreSupprimer
  41. When I initially left a comment I seem to have clicked the -Notify me when new comments are
    added- checkbox and now whenever a comment is added I recieve four emails with the exact same comment.
    Is there a way you can remove me from that service?
    Kudos!

    My blog post - led lights for growing weed

    RépondreSupprimer
  42. Bonjour Haroun et le précédent message,
    Haroun, tant mieux si cet article vous permet de garder votre couple vivant en vous libérant de cette addiction et je vous certifie qu'il est possible de se soigner, non en changeant mais en modifiant vos vieux schémas. C'est bien dans la relation à l'autre que la dépendance "explose". Ne faites pas des efforts qui ne tiendront pas sur la durée, mais atténuez vos angoisses de perdre l'autre en apprenant à faire par vous même. Canalisez les angoisses importe car se sont elles qui vous perturbent et penchez vous plus vers l'autre.
    Le message de "l'anonyme"précédent montre bien que le "après" la rupture, s'il n'est pas trop tard pour se "modifier" qu'il est dommage de perdre un être aimé(e)

    Laurence

    RépondreSupprimer
  43. Led ligth...
    I'm sorry, but I can not do anything. The system is managed directly by Blogger.
    Laurence www.attitude-coach.com
    www.psychotherapie-laurence-rigody.fr

    RépondreSupprimer
  44. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  45. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  46. Generally I do not read article on blogs, but I wish to say that this write-up very compelled me to check out and do it!
    Your writing taste has been amazed me. Thank you, quite great post.



    Also visit my web blog: prostate treatment enlarged prostate

    RépondreSupprimer
  47. Je vois que vous répondez très gentiment aux commentaires, cela me motive à en poster un moi-même. Tout d'abord merci pour cet article qui est effectivement très bien construit et sans langue de bois.
    Je ne pense pas être dans ce cas de figure précis car j'ai heureusement une vie très remplie avec mes propres projets que je mène à bien, je peux laisser partir mon copain en week-end sans heurt ou partir moi-même, on se voit entre 3 et 4 fois par semaine et je ne suis pas au fond du gouffre les 4 ou 3 soirs restants :p Mais cependant j'ai parfois des réactions spéciales qui me laissent croire que je ne suis pas si indépendante que je veux bien le croire... Et j'ai beau sentir que ces "réactions" ne sont pas en corrélation directe avec ce qu'il se passe avec mon homme mais qu'elles doivent faire résonner autre chose, il m'est impossible de garder la tête froide. Ma tête me dit "Surtout tu ne lui dis rien, tu sais bien que ta réaction n'a rien à voir avec ce qu'il se passe là" mais pourtant cela ne m'empêche pas de lui asséner des reproches que je sais biaisés. Heureusement cela n'arrive pas tous les quatre matins mais j'ai tellement de mal à mettre de mots là-dessus que je ne trouve même pas le courage de m'excuser ensuite. Bref, j'ai cru voir dans vos commentaires que vous étiez à même de conseiller des praticiens ? J'aimerai beaucoup travailler là-dessus...

    RépondreSupprimer
  48. Bonsoir Poupy, en premier merci pour ce commentaire.
    Le mieux serait que vous me contactiez par mail que je cerne mieux votre demande. Je propose effectivement des "entretiens" ou séances par téléphone ou Skype, je pense que vous parlez de cela ?
    J'organise des journées continues, mais dans mon secteur.
    Ce que vous ressentez s'apparente à un sentiment d'abandon, vous acceptez sans assumer réellement les soirées de votre ami. Possessivité déniée, peut être ?
    Dans votre mail indiquez-moi votre activité.
    Bonne soirée.
    Laurence

    RépondreSupprimer
  49. Bonjour,
    Mon mail : laurence.rigody@wanadoo.fr
    Pensez à indiquer votre ville.
    Bonne journée
    Laurence

    RépondreSupprimer
  50. Je cherchais des mots à mettre sur mon problème et je les ai trouvés. Merci pour cet article.
    J'ai une relation assez compliquée, je vie en France et lui est Japonais et vit donc là-bas, on s'est connu il y a 3 ans et nous sommes en couple depuis 1 an et demi. On s'est rencontrés pour la 1ère fois en septembre, tout s'est bien passé entre nous, c'était parfait, ce qui n'a rendu mon retour plus que douloureux et depuis que je suis rentrée je deviens complètement parano, je n'arrête pas de lui faire des reproches, de lui dire qu'il n'est pas attentionné envers moi, de douter de ses sentiments, de lui reprocher d'être toujours avec ses amis et de pas faire attention à moi, il m'a toujours prouvé le contraire mais rien ne fait, le problème vient de moi, de mon manque de confiance. J'ai toujours besoin qu'il vienne me parler, de voir qu'il pense à moi, de me dire qu'il m'aime, quand il le fait pas je ne peux m'empêcher de me dire qu'il n'a plus autant de sentiments et ça me pourrie la vie, alors que je sais qu'il m'aime, il parle de futur ect.
    Cet article m'a ouvert les yeux et m'a alarmé en me montrant qu'il faut vraiment que je fasse quelque chose avec moi-même avant que ça en pâtisse sur ma relation.
    Merci encore et bon courage à toutes celles qui souffrent de dépendance affective.

    RépondreSupprimer
  51. With the Vitamix Professional Collection 300, I merely
    load my soup substances into the blender container, seal the blending container, and
    go away the blender for about six minutes blending on an computerized blending
    setting.

    Feel free to visit my web blog bertazzoni professional series

    RépondreSupprimer
  52. Je suis totalement DA depuis bien des années et mes histoires ont toujours été des échecs cuisants... je n'en peux plus d'être dans l'angoisse d'être seule, de ne pas être "en couple", alors je préfère débuter une histoire même si je sais que c'est voué à l'échec...même si je me rends compte que nous n'avons pas les mêmes attentes, je m'adapte, je donne tout ce que je peux, je deviens servile et j'accepte tout pourvu qu'il ne me rejette pas... Seule, mon angoisse est permanente, m’empêchant de respirer, d'être sereine. C'est une souffrance terrible.

    RépondreSupprimer
  53. Pomme, consultez un psy pour sortir de l'engrenage anxieux car il s'agit bien de cela.
    Cordialement.
    Laurence

    RépondreSupprimer
  54. Bonjour,

    J'aimerais avoir votre avis car je consulte un psy mais j'ai l'impression que "sa ne sert à rien" du moins la méthode ne me convient pas, sera-t-il que je vous écris par mail afin de vous expliquer ma situation afin de me dire quels thérapies pourrait me convenir ? si oui, faudrait-il quand même que je paie ?

    merci par avance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, réponse au message du 02/03
      En 1, avec quelle thérapie travaille votre psy ? En 2, pensez que c'est à vous de mettre en pratique et de réfléchir à ce que vous abordez en séance et quel que soit la thérapie,n'oubliez pas que le fond du travail c'est à vous de la faire, le thérapeute vous accompagne, guide, pose des questions etc...Le psy ne peut rentrer dans votre cerveau, et heureusement ! Et si réellement vous désirez changer, demander autour de vous, le bouche à oreille reste un bon moyen de trouver...mais patience...que je sache une thérapie sert toujours à quelque chose, sauf si vous attendez trop de votre psy. Bonne journée à vous

      Supprimer
  55. Bonjour,

    Tout d'abord, je vous remercie d'avoir répondu aussi rapidement ! alors je fait une thérapie analytique, le soucis c'est que j'ai besoins que l'on me pose des questions or la c'est plus " le verbal" qui est censé faire le travail mais j'ai un "blocage" j'ai l'impression que ça ne me réussit pas, du coup je voulais savoir s'il était possible de vous écrire en privée afin de vous expliquer ma situation et voir quels thérapies pourrait me convenir ?

    merci par avance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      La thérapie la plus efficace c'est la comportementale et cognitive...vous avez des renseignements sur ce site.
      Vous avez mon mail sur le menu contact, indiquez moi votre lieu de résidence je peux vous transmettre les coordonnées de psychologues/psychothérapeutes comportementalistes. Il y a un "vrai" échange entre psy et patient, c'est un travail de collaboration. En allant sur " libellé " partie fixe à droite vous avez les thématiques. Cordialement.

      Supprimer
  56. Bonsoir,
    Je me reconnais en tant que "dépendante affective" mais envers une personne dont je suis séparée depuis 10 ans. Je ne manifeste pas cette dépendance auprès de lui, je la subis dans mon coin. Toujours dans cette fameuse "attente" du coup de fil pour anniversaire ou nouvelle année...et chacun de mes choix de la vie quotidienne est orienté en fonction des goûts de cette personne. Lorsque nous nous sommes séparés il y a 10 ans, je n'ai eu aucune explication. Je suis rentrée un soir il n'était plus là.Nous avons tout de même gardé ce lien étrange. Et là, depuis une semaine, suite à une désaccord sur une question d'ordre général il est entré dans une fureur que je n'ai pas comprise et m'a notifié qu'il était temps que "l'on s'oublie". Depuis, plus de son, plus d'image et j'ai l'impression d'être face au vide. J'ai l'impression d'avoir perdu un repère, aussi peu fiable soit celui-ci. Ajoutez à ça une culpabilité d'être aussi forte dans la vie et si faible face à lui... je suis désemparée et ne sais pas par où commencer pour me débarrasser enfin de cette obsession.

    RépondreSupprimer
  57. Bonsoir,

    suite a la lecture de votre article je me suis reconnu dans plusieurs paragraphes. J'ai fais il y a quelque temps une dépression qui m'a beaucoup affecté. Je pense que j ai perdu confiance en moi sur certains sujets. J'ai suivi une thérapie et je l'ai suspendue depuis février car mes horaires de travail rende cela un peu compliqué.
    Ma chérie que j aime comme un fou est partie hier après midi en me disant plus tard qu'elle étouffait !!!
    Depuis quelques temps j'ai effectivement des peurs non fondées..Je me pose trop de questions, j'ai des angoisses passagères difficiles a contrôler, des peurs, du stress etc.... Mon cœur me le répète souvent quand elle voit que je ne suis pas bien ! je suis plus ouvert je parle plus qu'avant ma thérapie mais j ai encore du boulot...... Je me reconnais au travers de certains adjectifs qualificatifs exposés sur votre article.
    Il me faut maintenant avancer, échanger prochainement avec mon ange quand elle l'aura décidée et mettre tout a plat cela ne peu plus durer !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour et des réponses tardives aux 2 derniers messages.
      Pour le dernier message que je suppose venant d'un homme ! Mon conseil, soignez votre dépression pour éviter la rechute...Une dépression est la conséquence d'un stress intensif, la chimie du cerveau sature. Et toujours ce conseil de consulter un psychologue/psychothérapeute comportementaliste ayant une formation en TCC et pour cela voir le site de l' AFTCC sur lequel vous trouvez la liste des membres. Vous avez sur ce blog des informations sur cette thérapie et sur mon site psychothérapie (indiqué en fin de message et sur le net.
      Ma réponse à la personne précédente sera identique.
      Bon courage à vous deux.
      Laurence

      Supprimer
  58. Bonjour, je viens de découvrir votre article que je trouve très interressante, par contre je ne sais pas ou me situer, je vous explique, je vis depuis 3 ans avec un homme, nous vivons une relations très amoureuse limite fusionnelle, mais cela ne pose de problèmes à personne, seulement voilà il s'est mis dans la tête il ya environ 1 an que je le trompe et je manque de sincérité dans notre relation, son imagination au quotidien l'a poussé à developper cette pensée ancrée en lui, il en a fait une certitude au point de me quitter il ya 2 semaines, j'ai beau lui expliquer que c'est faux rien à faire, il est parti pourtant nous nous aimons vraiment, je n'arrive pas à remonter la pente, je n'arrive pas à l'accepter depuis son départ je ne dors pas, ne manges pas j'ai du mal à me concentrer sur mon travail, il ne répond plus ni à mes coups de fil ni à mes SMS, j'ai besoin qu'il comprenne que je l'aime et surtout que je n'ai jamais fait toute ces choses dont il m'accuse, c'est le fruit de son imaginationn je ne sais plu que faire je suis vraiment perdue et à bout de force


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, celui qui part est souvent le moins engagé dans la relation...
      Prudence toutefois dans votre situation...son départ et le silence indiquent une fuite pour x raisons, la pseudo jalousie exprimée cache autre chose comme un prétexte justifiant un comportement peu sincère. Consultez un professionnel dans votre secteur. Bon courage

      Supprimer
  59. Bonjour, je viens de lire votre article et me suis reconnue des les premiers mots, je suis depuis deux ans dans une relation qui connait quelques adversites dues esentiellement par de la distance (600 kms nous séparent) et bien sur des planinng à conjuguer avec contraintes pro et privées...du coup je perds pied et me retrouve parfois avec des idées...on ne peut plus dingue...je vais tenter de mettre en application vos conseils pour me libérer de ces démons qui chaque jour me détruisent un peu plus...j'en suis consciente mais ne savais comment m'en libérer...la dépendance affective peut elle trouver ses origines dans l'enfance? je voudrai tant me sortir de ce que je trouve à présent devenir un carcan...merci pour votre article et les témoignages...

    RépondreSupprimer
  60. Bonjour,

    je me découvre un peu dans votre article. Je n'avais pas ce comportement jusqu'à il y a quelques mois lorsque nous avons eu une séparation de 2 mois avec mon compagnon. Nous sommes ensemble depuis un peu plus de 4 ans et nous avons cohabité durant 2 ans. Après ces 2 mois de séparation (et de déménagement pour moi)nous nous sommes remis ensemble. Le souci, c'est que lui a eu une aventure très éphémère, que j'ai du mal à admettre. Il a été assez dur sentimentalement durant cette période. Bizarrement, auparavant, c'est lui qui était dépendant affectif. Aujourd'hui, c'est moi. Sentiment d'angoisse que je n'ai jamais eu, même avec le papa de mes enfants avec qui j'ai été 15 ans, jusqu'à ce qu'il parte avec une autre. Et sentiment que je n'avais pas les 1eres années de mon histoire avec mon compagnon. Est-ce simplement notre "petite" séparation de 2 mois qui a pu me rendre ainsi ? Sûrement, le souci, c'est que mon compagnon n'est pas très patient alors que lorsque c'était lui qui était comme ça, je faisais tout pour le rassurer. Je n'aime pas cet état...Merci !

    RépondreSupprimer
  61. Bonjour,
    Je me reconnais complètement dans votre article, vos conseils m'ont permis de m'ouvrir les yeux et je me réalise que je ne vis que pour lui. Je ne sors plus, ne vois plus personne, n'étudie plus, ne fais plus aucune de mes passions, rien que pour pouvoir etre avec lui, alors que j'ai toujours été quelqu'un d'indépendant et forte.
    Merci beaucoup pour cette article, encore une fois. J'ai vraiment pris note de tout et je vais me resaisir. J'étais malheureuse et en train de pleurer avant d'arriver sur cette page, là je me sens mieux, consolé et déterminé à me reprendre en main.
    Merci du fond du coeur, vraiment mille merci!!!
    Je ne souhaite que votre bonheur à vous aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous souhaite un excellent voyage vers vous-même.

      Supprimer
  62. Bonjour,

    Je me retrouve aussi alors que je ne j'avais jamais été comme ça, y compris au début de la relation. Tellement heureuse de tomber sur cet homme que je n'attendais plus, finalement qui avait aussi des signes de dépendance affective que je trouvais mignon et j'étais rassurante. Mais à l'inverse cela n'pas été le cas. Nous sommes plus qu'en stand bu car cette relation lui etait trop pénible. Je voulais trouver votre e mail pour question consultation pour rattraper mes ou nos erreurs car ce n'est pas avec un autre que je veux rectifier le tir mais avec lui... et je ne trouve pas les liens. Aidez moi.

    RépondreSupprimer
  63. Bonjour Laurence,

    Je me suis vraiment reconnue dans les lignes de votre article, et je me demande quelle est la différence entre frustration et dépendance affective. Je me sens frustrée en permanence, jugée sans cesse par les autres, par l'autre, qui voudrait que je sois ou que je fasse exactement comme il(s) veut (lent). Bref, j'éprouve sans cesse de l'anxiété,des envies de pleurer sans cesse,dans ces moments-là, je ne sais pas comment faire... je pleure tous les jours, lorsque je rentre chez moi, je ne veux pas que l'autre, les autres me voient en train de pleurer ainsi. Bref, je ne sais plus comment faire, j'ai l'impression de tout le temps me plaindre, et de n'être jamais écoutée, en même temps, je ne veux pas faire porter à l'autre ma souffrance.....Bref, je touche le fond en ce moment....

    RépondreSupprimer
  64. Bonjour Laurence,

    Il s'agit de la même personne qui a envoyé le message tout à l'heure.
    Une autre cause de frustration me blesse vraiment: dans la vie de tous les jours,je suis obligée d'attendre. C'est bien normal, me direz-vous. Oui, tout à fait, sauf que je fais vraiment des efforts pour être patiente dans la vie de tous les jours, et respecter le fait que les autres ne me répondent pas dans l'immédiat.
    Or,parmi les souvenirs douloureux qui me hantent, un jour, j'ai fait attendre ma mère pendant deux malheureuses minutes, qui ont suffi pour qu'elle insère son double de clés chez moi et j'ai ouvert en disant: je suis désolée de t'avoir fait attendre. Elle m'a alors répondu, furieuse, "c'est à cause du fait que tu as ton appareillage éteint. ( je suis sourde appareillée, c'est pour cela, et je dois vivre au quotidien avec cela). Personnellement, je l'ai très mal vécu car lorsque les autres me font attendre,même une heure, je fais des efforts pour ne pas les faire culpabiliser, et quand il m'arrive de faire attendre quelqu'un deux malheureuses minutes, je me fais culpabiliser en raison de mon handicap, comme si j'avais choisi de l'avoir. Cela me dégoûte et me rend encore plus frustrée. J'ai vraiment du mal à gérer cette frustration en moi.... Comment faire?
    Je suis vraiment désolée de vous embêter avec cela, c'est que je n'en peux plus d'un tel déséquilibre au niveau des relations avec les autres....

    RépondreSupprimer
  65. bonjour,
    merci pour ces articles et témoignages pleins d'humanité. ça fait deux fois que je gache des relations avec des personnes magnifiques. Je saborde la relation, en tous cas assez vite, d'autant plus que c'est une relation avec une personne du même sexe et que ça s'ajoute au fait que je n'arrive pas à assumer, à donner l'amour, je ne fais que recevoir en somme. Quand la personne me laisse parce que évidemment j'ai tout rendu difficile, c'est la catastrophe. Je pouvais penser avant qu'elle n'avait pas une grande importance, et quand elle me quitte, c'est l'effondrement total, le désespoir. Je crois que je ne survivrai pas à une troisième expérience de la sorte, je suis devenu un peu comme sans envie, sans vie et je reste obsédé par la personne qui m'a quitté! Merci pour vos conseils. Jérôme

    RépondreSupprimer
  66. Bonsoir, une réponse à la personne aux deux mails. La frustration est une émotion, la dépendance un comportement fait d'émotion et d'idées (schémas cognitifs). La patience s'apprend en prenant l'autre en compte, celui ou celle qui ne répond pas de suite est peut-être très occupé(e) par son travail par exemple ou dans un secteur sans réseau etc...Se poser, canaliser l'émotion pour réfléchir. Jérôme, l'instinct de possession rend d'un seul coup objet de tous les désirs celui qui part. Votre "retrait" dans la relation traduit une peur de l'engagement et un comportement desturc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sorry, micro coupure et hop le message est partie trop vite.
      Donc un comportement destructeur pour Jérôme qui incite inconsciemment l'autre à le fuir. En êtes-vous conscient ?
      Pour l'Anonyme aux deux mails, mon conseil, consulter un psy comportementaliste dans votre secteur. www.aftcc.org liste des membres. Bonne soirée à toutes et tous et merci d'animer ce blog par vos commentaires très utiles.

      Supprimer
  67. Bonjour Laurence.un article génial.je suis installer dans les mécanismes de la DA depuis très longtemps. Vos analyse sont tellement vraie..merci pour vos conseils... Abandonner par ma mère a l âge de 3 ans. J ai vécus avec un père tyrannique et une belle mère sous l emprise de mon père...j ai eu de multiples relations amoureuses...un besoin vitale d amour de sentiments....m ont plonger dans se syndrome....besoin de me déconstruite.pour renaître et vivre une relation simple et vraie...besoin de vis conseil...merci

    RépondreSupprimer
  68. Bonjour Laurence...comme bcp de personnes je tiens a vous remercier des différentes explications qui nous enseigne et nous témoigne du long chemin a parcourir...AD depuis très longtemps..je souhaite commencer une thérapie addictive...je suis très amoureux de mon ancienne femme qui a suivie avec marie dore une thérapie...je veux me sortir de cette enfermement...pouvez-vous m indiquer un chemin...j habite en ile de France...merci pour votre blog

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, voici un lien pour trouver un thérapeute comportementaliste:
      http://www.aftcc.org/carte_membres
      Comme je l'écris dans ces articles ou en réponses commentaire, rien ne remplace le face à face. Bonne journée

      Supprimer
  69. Bonjour,
    Je voulais vous remercier pour cet article qui est riche d'enseignement.
    Je vais mettre en pratique les conseils énoncés et reviendrai je pense régulièrement pour ne pas les oublier.
    Merci beaucoup.

    RépondreSupprimer
  70. Bonjour Laurence,
    J'ai 20 ans et je suis en dépendance affective (je m'en doutais depuis un moment mais les recherches que je viens d'effectuer achèvent de me convaincre que j'ai un problème). Quand j'étais enfant, j'ai vécu deux grands abandons complètement différents de la part de mes parents, je me suis donc construite avec mes amis et l'idée de l'amour qui me rendrait heureuse. J'ai eu beaucoup de relations sérieuses pour mon jeune âge et jamais avant mon compagnon actuel, le garçon en question ne me correspondait vraiment. D'après ce que j'ai lu avec mes précédents copains j'étais à la fois perverse narcissique et dépendante affective (je dominais la relation et choisissais volontairement des hommes certes brillants mais au lourd passé pour m'assurer d'être en quelque sorte vénérée). Avant mon compagnon actuel j'étais même assez indépendante car j'aimais pratiquer des activités bien à moi. Mais aujourd'hui, mon compagnon me correspond au delà de ce que je pensais possible, et comme je sais qu'il a du plaisir dans les mêmes choses que moi et que je l'aime de toute mon âme, je n'imagine plus passer un moment sans lui (ou si c'est le cas je ne le vis qu'a moitié) et ça commence à peser sur notre relation. Le fait est qu'il est vraiment extraordinaire mais je commence à m'effacer peu à peu pour un nous qui me paraît tellement plus important, à cause de mon parcours de vie d'une part et universitaire d'autre part, j'ai perdu toute la confiance en moi qui faisait autrefois baver d'envie tous ceux qui me connaissaient, j'avais du charisme et des raisons d'être aimée. Aujourd'hui je me sens insipide et je suis dans l'attente perpétuelle de retrouver l'autre, ça commence à me rendre folle. Pour moi aller voir un psy est une faiblesse, pas par rapport à moi même mais par rapport à mes parents, leurs abandons respectifs m'ont fait énormément souffrir et ma seule fierté était d'être forte, vivant chez eux et sans revenus, je serais obligée de leur parler de ce qui ne va pas chez moi et qui me ronge petit à petit. Rien que cette idée me rend malade... Votre article est très bien mais je manque de courage, j'ai l'impression de me murer dans moi-même mais je ne sais pas comment faire autrement. Je veux que notre relation soit saine, je suis en train de tout pervertir avec mon besoin d'attention constant de sa part, ça le fatigue et je veux que ça change. Aidez moi

    RépondreSupprimer
  71. Bonsoir, je ne peux rien faire de particuliers, si ce n est de consulter dans votre secteur. Ceci dit, celle que vous étiez sommeille mais existe encore. Faites ressurgir des moments où vous vous sentiez plus en confiance afin de les appliquer maintenant. Concrètement où est le danger dans cette relation. Acceptez d être heureuse avec un homme vous convenant. Bon courage et croyez à cette histoire. Bonne soirée

    RépondreSupprimer

Merci de ne pas employer de propos racistes, orduriers, ni le style sms ou texto. Merci également de vérifier l'orthographe ! Les commentaires sont modérés (contrôlés), ils n'apparaissent pas de suite.Les commentaires doivent décrire une expérience de vie, votre comportement, vos ressentis pouvant servir aux lecteurs et lectrices de ce blog.

Pas de publicité personnelle ! Merci de me contacter via mail si vous désirez une parution