mardi

Comment ne pas être dépendant affectif ? 5 Conseils préventifs

Ne pas être dépendant affectif est-ce possible ?
Frustration, colère, peur ? Est-ce de l'amour ?
 Voici 5 conseils à mettre en pratique
On en parle, on écrit sur la dépendance affective se déclinant autant au féminin qu'au masculin.
S'en libérer, en guérir etc., ce qu'il faut mettre en place pour canaliser émotion/cognition négatives

Ce travail long et souvent complexe est nécessaire.

Toutefois, la prévention semble une alternative
peut prise en compte à ce jour.
Pourtant certains signes devraient alerter l'entourage - l'anxiété - dès le jeune âge, le manque de confiance en soi de l'enfant, de l'ado sont des alertes de 1. des troubles anxieux 2. d'une forme de dépendance -angoisse d'abandon forte -


Aujourd'hui je vous propose 5 conseils pluriels, un conseil en contient d'autres, pour éviter de sombrer dans la dépendance affective

La solution est, également, à chercher ailleurs pour éviter cette souffrance d'amour, une addiction à l'autre détruisant, souvent, une relation.

La dépendance étant un symptômes anxieux, il importe de travailler l'anxiété en général et de mettre en place un comportement évitant de "sombrer" dans celle-ci, ne pas devenir un dépendant affectif 
Autrement dit, mieux vaut prévenir que guérir.

Voici donc cinq conseils pour éviter la dépendance affective, à prendre en compte dès l'enfance.
Ce message concerne également les parents d'enfants anxieux.

Vous avez sûrement lu cet articles : 9 conseils pour se libérer de la dépendance
et celui : pourquoi la dépendance affective
En allant sur ce lien : Dépendance Affective vous accédez à tous les articles sur ce thème.

Ces conseils sont généralistes, à lire avec recul, car ils ne peuvent prendre en compte tous les facteurs en jeu
(éducation, environnement, première histoire d'amour, lien avec les parents, l'image que vous avez du couple, et votre propre personnalité.)

Ne pas "devenir" dépendant affectif reste possible sous condition de bien se comprendre, se connaître, savoir se poser ses propres limites psychologiques est très important.

Les conseils indiqués sont complémentaires les uns des autres.

En premier comment repérer le risque d'être dépendant ?
Les signes annonciateurs sont déjà l'anxiété, l'angoisse d'abandon, un manque d'autonomie, le besoin exacerbé d'attention...
Elle se révèle très tôt dans les relations amicales.
L'adolescence mettra déjà en avant un besoin viscéral d'exclusivité amicale, le, la meilleur(e) copain(ine) ne devra avoir pour ami(e) que vous et personne d'autre. Le partage est exclu de ce type d'amitié, vous ne donnez pas à l'autre le droit d'échanger avec une autre personne que vous.
L'enfant, l'ado souffrira, vivra cette situation comme une trahison.

L'angoisse surgit avec la sensation d'être rejeté(e), si une scène s'ensuit, un harcèlement de cet(te) ami(e) le risque d'être dépendant affectif pointe son nez.

Chez l'enfant, il appartient aux parents de lui apprendre le partage, l'échange, la valorisation de ce qu'il fait, mais pas trop.
Chez l'ado, le rôle parental sera de faire prendre conscience de l'exagération de ses attentes, à moins que l'ami(e) cause du problème n'intervienne pour expliquer l'aberration du comportement.

Le problème reste que le plus souvent les parents ne savent pas ou ne comprennent pas la nécessité d'une discussion car l'un ou l'autre, voir les 2 sont des anxieux.
Un enfant livré à lui-même(parents séparés, décès d'un parent etc.) peut développer ce comportement, comme un enfant-roi qui adulé n'a pas de limites et ne supporte pas la frustration.

Le manque commun éducatif :  ne pas apprendre à l'enfant à prendre en compte les besoins de l'autre, le manque de socialisation, difficulté à rentrer en contact avec l'autre forment le terrain de la dépendance affective.

Voici pour la première alerte qui prise en compte permettra d'éviter le glissement vers la dépendance amoureuse.


En deux, que doit mettre en place un jeune adulte pour éviter la dépendance ?
Pensez que le sentiment amoureux est le révélateur des manques, peurs et désirs souvent inconscients, les carences affectives re-surgissent en force chez l'anxieux, à ce sujet je ne peux que conseiller de voir un professionnel pour se dégager troubles anxieux.

Apprendre,  jeune adulte, à canaliser vos émotions, dont une : la frustration.
"J'accepte que tout ne soit pas comme je le veux "
Forcez vous à nouer des liens avec diverses personnes en acceptant de n'être pas le centre, de pas attendre un coup de fils de celle-ci ou de celui-la en vous ressentent isolé(e).

Méfiez vous également d'une tendance :
  *à faire pour les autres alors qu'ils ne demandent rien.
  *à ne jamais rien demander
  *à refuser ce que l'on vous donne ou propose.
Demandez-vous à quoi correspondent ces attitudes, pourquoi agissez-vous ainsi ?


En trois, prendre des initiatives, ceci à tout âge.
Le blocage majeur d'un vrai dépendant affectif, donc d'un anxieux, est de ne pas, dans la sphère privée, prendre d'initiatives par peur de l'échec, d'être mal perçu, de se tromper avec en toile de fond : le manque de confiance en soi-même.
J'écris "sphère privée" pour tout ce qui concerne les liens affectifs, il manque l'affirmation de la pensée ou besoin d'un référent (parents, proches etc..) avant de prendre une décision, ceci induisant une forme de 
"Passivité psychique" symbolisée par "l'attente", une soumission aux événements assortie de rumination négative.

Au lieu de se figer dans l'attente d'un coup de fil (exemple ci-dessus en 2), mieux vaut prendre l'initiative d'appeler le copain ou la copine !
 Objectif : travailler la peur du rejet en sortant d'une fausse interprétation des propos de l'autre :
 Vous appelez cet(te) ami(e) pour déjeuner, il, elle n'est pas disponible.
 Tenez-vous en à ce qu'il, elle dit au lieu d'imaginer que vous ne l'intéressez pas.
 Question à vous posez " aimez-vous tout le monde, et en quoi le fait de ne pas apprécier quelqu'un lui porte tort ?"
 A pratiquer à l'école, en Fac, ou travail.
 Osez vous tromper sans ressentir l'échec, mettez vous en danger pour constater qu'il est plus virtuel que réel
et qu'à chaque expérience vous en ressortez plus fort(e).

En quatre, apprendre la maîtrise de soi-même.
Voici encore un point récurrent aux anxieux, aux dépendants affectifs, le manque de maîtrise d'eux mêmes dans la gestion des émotions, donc de diverses situations.
Les conséquences : le besoin de contrôle sur tout et sur les autres, ce qui est une utopie.
Cette quasi incapacité à se canaliser, à dompter ses angoisses, son impulsivité, tenter de prendre le contrôle de l'autre devient un comportement rassurant. Encore une illusion à faire sauter.
Le dépendant affectif, à défaut de se rassurer lui-même penche vers l'autre pour combler ce vide

Le sport, le Yoga, un art martial etc. sont de très bons outils pour apprendre cette maîtrise de soi-même.

Le travail mental consiste à modifier des automatismes ou schémas de pensées.
Ici, je ne peux que vous renvoyez vers les messages sur la dépendance la TCC pour une mise en pratique
Le sujet est trop vaste pour donner un exemple.
Plus vous commencerez jeune et plus les résultats seront au rendez-vous.


Si vous êtes conscient de votre dépendance amoureuse, ce dernier conseil mérite de vous y attarder

En 5, éviter certaines relations amoureuses. Fuyez !
D'entrée certaines personnes vous renverront à votre dépendance affectives, alors mieux vaut éviter de s'engager dans un amour impossible.Pensez aux sens de limites.
Eviter les défis impossibles :
 cette femme ou  cet homme très indépendant, libre et plus axé(e) sur les aventures que l'engagement.
Votre dépendance affective vous plongera directement en enfer.
Eviter également certains profils.
 Une, une hyper-narcissique, trop centré(e) sur sa personne ne prendra pas en compte vos besoins = souffrance garantie.
 La personne mariée (H ou F) ou déjà engagée dans une relation...Le besoin de contrôle sera mis à rude épreuve, crise d'angoisse à prévoir.
 Prudence avec une personne, qui au début, va se fondre dans vos désirs, s'adapter à vous...le réveil à la réalité risque d'être difficile car ce type de personnalité cherche soit à prendre le contrôle, soit est dans le jeu
 Une personnalité trop marginale ne comblera pas vos manques, certains métiers sont également incompatibles avec votre dépendance...
N'espérez pas changer à son insu une individualité, c'est impossible.

En vous connaissant vous éviterez les écueils de rencontres dévastatrices...pour vous et la dépendance vous collant à l'âme !


A moins que celles-ci vous permettent de dépasser vos angoisses, votre peur de l'abandon et autres symptômes/comportements de dépendance

L'amour n'a pas de frontière et par amour tout est possible.


A droite du site - partie fixe - les libellés des articles par thème



Me consulter en cabinet
 www.psychotherapie-laurence-rigody.fr 
Me consulter par téléphone/Skype ou mail, les infos sont ici 

3 commentaires:

  1. Bonjour,
    Comment identifier le problème chez son enfant? Mon épouse s'absente très souvent, en général pour 4 à 5 jours et depuis peu, elle dort systèmatiquement avec notre fille a son retour. Depuis quelque temps, notre fille a beaucoup de mal à faire quoique ce soir seule. Si je me fâche et j'insiste, je revêts le rôle du méchant...
    J'ai peur que ce comportement entraine des conséquences à long terme. Mon épouse, avec qui je souhaite divorcer, refuse obstinément de m'écouter...
    Merci.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour monsieur, il me manque un élément : l'âge de votre enfant.
    Pourriez-vous m envoyer un mail pour que je vous repose plus en détail. Vous le trouvez sur le menu contact.cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excusez moi, c est réponde et non repose.

      Supprimer

Merci de ne pas employer de propos racistes, orduriers, ni le style sms ou texto. Merci également de vérifier l'orthographe ! Les commentaires sont modérés (contrôlés), ils n'apparaissent pas de suite.Les commentaires doivent décrire une expérience de vie, votre comportement, vos ressentis pouvant servir aux lecteurs et lectrices de ce blog.

Pas de publicité personnelle ! Merci de me contacter via mail si vous désirez une parution