samedi

11 conseils pour vivre avec un narcissique, plus ou moins, pervers...et l'aimer



 Peut-on vivre et aimer un narcissique à tendance très légèrement perverse ?
 Se décline au féminin, car le narcissisme  + ou - pervers n'est pas l'apanage de l'homme, de nombreuses femmes vibrent ainsi.
Il s'aime ou il se hait ?


  1. Réponses : non, ce n'est pas une plaisanterie.
  2.                  Oui, vivre  avec un narcissique + ou - pervers est possible, compliqué mais faisable.
Une condition :
accepter de n'être pas le centre, car le 1er rôle lui est réservé !

Attention, je ne parle ici que du profil "ligth" situé au bas de l'échelle et non d'un cas d'extrême perversion narcissique.
Ne pas confondre un trait de personnalité avec un trouble de la personnalité 

Vivre avec un hyper" narcissique"  (A LIRE IMPERATIVEMENT) est déjà 
fort complexe...
Pimentée de perversion la relation prend une tournure plus indigeste mais jouable.
A lire également

Ce personnage, femme ou homme, souffle le chaud et le froid nimbant le couple d'une ambiance nébuleuse !
Un narcissique peut-être très doux et calme,
 la relation sera "ouatée" jusqu'à un certain point...

Vous aimez jouer ?
Alors entrez dans la danse de cette relation...

Je me dégage dans cet article de tout ce qui est déjà écrit sur le narcissique/pervers, car il y a d'autres réalités que celles citées, recopiées, re-citées sur le net et ailleurs.

Rappel : je raconte ici le narcissique plus ou moins pervers...
donc du narcissique en 1 et de moins pour le pervers !

Prudence
Ne pas confondre un tyran familiale, homme ou femme, dominateur(trice) avec un PN, un anti-social peut-être confondu également 

Il n'y a pas un seul et unique profil, mais des personnalités dont la manifestation du narcissisme varie.

11 conseils pour vivre,le mieux possible, avec un narcissique  + ou - pervers !

Ce couple oscillera entre:
 jour couleur d'hiver,
 matin doré, heure grise
 et journée multicolore.
Question d'humeur, d'humour et de personnalité.
Il a fort à parier que l'humeur de l'autre teintera la vôtre avec plus ou moins d'impact !


Définissons la perversion.
**J'exclue totalement les pédophiles de la perversion abordée ici.
Pourquoi ? Il s'agit d'un grave dysfonctionnement de la personnalité, d'une forme de psychose.**

L'association du mot pervers s'accole, presque automatiquement,
 à
perversion narcissique, perversion psychologique.

Or, un narcissique n'est pas systématiquement pervers
et vice-versa.
Il y a souvent confusion  entre border-line, hystrion et anti-social et narcissisme car certains comportements sont similaires.

Toutefois il y a une échelle de valeur, des degrés, dans ces profils de pervers narcissique (Homme ou femme).

Mais qui est le ou la narcissique ?
Vous connaissez le mythe de Narcisse amoureux de son image qui finira par se noyer !
Mot clé : "Je M'aime"
Besoin viscéral d'admiration, d'être perçu comme supérieur.
Se croit "spécial(e) donc hautain(e)
Estime que tout ou presque lui est dû.
Estime également que tous ses désirs doivent être satisfaits
Ce profil peut utiliser autrui à des fins personnelles
A peu ou pas d’intérêt pour les autres, ne se préoccupe pas de leurs besoins
Envie les autres, ce sentiment peut se teinter d'une légère paranoïa etc...
Conséquences :
Hyper susceptibilité
Surestimation de ses capacité.
Utopiste et parfois mégalomane
Ne supporte pas la remise en question
Psychorigidité, ne bouge pas ses certitudes...
Vivre un tel profil se révèle donc complexe !
Contrairement aux idées reçues une telle personnalité n'a pas
une grande confiance en elle-même,
d'ou son besoin constant d'attention.

Mais prudence, il y a des degrés dans le narcissisme, disons une échelle de valeur, du normal au pathologique, ce qui est décrit ci-dessus concerne le haut de l'échelle,  qui est un trouble de la personnalité dans son aspect pathologique

J'insiste sur ce point :
cette pathologie, comme tant d'autres, se manifeste à divers niveaux d'intensité.
J'aborde ici ce profil à un degré moyen.

Revenons à la perversion.
Associée le plus souvent à des besoins sexuels particuliers pour parvenir à l'orgasme.
Les rapports sado-maso rentrent dans ce cadre.
S'agissant de relations entre adultes consentants - et seulement dans ce cas de figure - le jugement ne doit pas intervenir.
Le plaisir, au sens large, reste un besoin essentiel à tous les humains, ici il se colore parfois de violence, d'extrême.

 Un pervers est-il(elle) manipulateur (trice) ?
Plus ou moins, là aussi il y a  la manipulation douce et manipulation agressive.
Cette tendance dépend, également, du type de perversion...sur quoi se porte t'elle généralement.

Un hyper-narcissique est-il  manipulateur ?
Oui un narcissique l'est parfois mais pas plus qu'un autre profil (homme ou femme)...
Plus il y a perversion, plus la manipulation apparaît...

Une certitude :
le narcissisme signe l'auto-centrage, l'égoïsme pur jus !
"Moi Je, Moi Je, Moi Je..."
Manipulation "douce" dans ce cas ci !
Mais pas obligatoire


Pourquoi cette différence de degré, donc de comportement :
- éducation
- hérédité
-environnement
-valeur familiale
-intelligence
Ces facteurs et quelques autres participent à "créer la personnalité"

La manipulation agressive, pouvant être formulée avec tendresse, aura pour objectif de "réduire" l'autre, voir de l'anéantir afin de parvenir à garder le contrôle et de gagner.
Nous touchons à l'aspect plus pathologique du narcissisme pervers.

Vaincre ou mourir
mieux vaut "tuer" (psychologiquement) l'autre que de perdre tel est le crédo, non formulé ainsi de ce profil.

Mais Perdre quoi ?
L'EGO, l'estime de soi, son identité ?
Gagner quoi ?
Du plaisir, de la jouissance, le sentiment d'être le, la meilleur(e) etc...
S'applique aux petites choses de la vie comme aux plus importantes !
Ce comportement cache quoi ?
De la faiblesse, des complexes...

Je repose ma question :
est-il possible de vivre et d'aimer un, une tel(le) partenaire ?

La réponse sera oui, puisque des couples s'unissent.


Les sentiments n'ayant ni frontière, ni moral, ni préjugé, vous aimez un, une narcissique, plus ou moins pervers , vous n'avez nullement envie de le, la quitter...

Bien que :

  • Son besoin d'attention permanent vous exaspère
  • L'indifférence de l'autre à votre égard vous irrite
  • Les sautes d'humeur d'un(e) partenaire trop caractériel(le), donc imprévisible  vous laissent un goût persistant d'amertume.
  • La tyrannie, les mots blessants parasitent, un peu, beaucoup... la douceur de vos sentiments.
  • Vous n'êtes pas dupe de certains mensonges
Mais vous l'aimez...

Que faire pour continuer la relation sans souffrir ?
Pour que perdure une telle histoire, l'estime de vous-même fera la différence, elle sera l'indicateur de votre "résistance" à l'autre pour assumer la relation.

Forte, elle vous permettra d'accepter l'autre avec ses imperfections, de prendre du recul avec ses propos dénigrants et de le, la remettre face à lui, elle même.
Faible, votre relation s'écrira sur un mode : dominant/dominé - passif/agressif

11 conseils.
  • prendre conscience que ce, cette partenaire n'a pas, malgré les apparences, une grande confiance en soi-même. Il, elle est bien moins fort(e) qu'il, elle ne le croit.
  • restez indépendant (e) professionnellement, financièrement !
  • résistez à son besoin de contrôler votre vie. Par exemple continuez à fréquenter vos amis(es), votre famille, à pratiquer des activités  vous apportant du bien être.
  • résistez  bis, car il, elle aura moins de pouvoir sur vous...un narcissique/pervers craint plus que  tout d'être quitté !
  • n'abandonnez pas une passion (peinture, chant, danse...) car ce pervers là aura une sale tendance à "dénigrer" ce passe-temps et bien d'autres choses.
  • acceptez d'aimer ce personnage sans ruminer sur ce que vous vivez. Ce point est très important pour ne pas vous perdre.
Mieux vaut le, la quitter si vous ne supportez plus rien, que vous souffrez trop. Un pervers, narcissique ou pas, ne se "découvre" pas dès le début d'une relation, il vous faudra du temps pour qu'apparaissent des aspects déplaisants.
Le signal d'alarme sera pour vous un mal être devenant permanent, une difficulté à prendre du recul avec le comportement de ce/cette partenaire...
  • valorisez-vous face au travail de sape psychologique qu'un narcissique/pervers sait manier (n'oubliez pas qu'il tire une certaine jouissance de votre déstabilisation)
  • n'ayez pas peur de l'autre, il, elle peut jouer sur ce registre de l'intimidation pour reprendre le contrôlePlus vous resterez stable psychologiquement, moins il, elle aura de prise sur vous.
  • cultivez l'objectivité, il, elle ne changera pas, vous ne le, la ferez pas changer. Le Narcissisme/pervers s'accompagne, souvent, de mensonges, moralité restez lucide sur ce qu'il, elle vous raconte.
  • pratiquez le laisser-faire, laisser-dire dans certaines situations, vous ne raisonnerez pas un(e) caractériel(le) emporté(e) par le pulsion. Ni pleurs, ni victimisation (mais pour cela il faut une bonne estime de soi)  vous ne l'attendrirez pas puisque le narcissique/pervers n'a que peu de sensibilité.
  • dosez : je donne, je demande et je reçois et j'insiste pour recevoir. Utilisez votre EGO à bon escient.
Une info : un narcissique non pervers  ou très peu, ronronne sous la flatterie, il, elle aime plus que tout les compliments.
Cette personnalité est donc facilement influençable tant que caressée dans le bon sens...


Mon avis.
Tout est vivable, sous condition de le vivre bien !
Un dominant, pervers, pervers narcissique ou non, ne dominera que la personne sur laquelle il aura une prise.
Bien qu'il, elle s'accroche en cas de séparation n'admettant pas d'être abandonné(e),  il renoncera plus rapidement que vous ne l'imaginez - la victimisation rentre dans le cadre de la manipulation - pour partir vers d'autres aventures.

Bien qu'un(e) pervers narcissique fonctionne avec un masque de gentillesse, de charme etc...
certains signes doivent vous alerter très rapidement...
Rester ou partir sera votre choix.

Ne jouez surtout pas la "maman" !

Je sais par expérience professionnelle, 
que certains couples parviennent à un équilibre malgré le dysfonctionnement de l'un.

Le, la narcissique plus ou moins pervers (n'oubliez pas que nous parlons, dans cet article, du profil en bas de l'échelle) sait se montrer agréable tant le besoin de reconnaissance domine.
Il, elle est attaché(e) à vous "à sa manière d'aimer" à prendre ou à laisser
Sinon comment pourriez-vous l'aimer ?

Dans un prochain article, j'aborderais le profil pathologique du pervers narcissique avec une autre approche.

Pour mieux comprendre comment se construit une identité
les articles à lire
pour booster l'estime de soi


N'acceptez jamais la cruauté récurrente ni verbale, ni physique, la violence psychologique.
Ayez le courage de partir si vous sombrez.

Me consulter en cabinet sur Gassin
Pour un travail par téléphone ou Skype
Besoin d'un conseil rapide ?
Utilisez le mail Question/Réponse

Cet article vous plait, merci de le partager sur vos réseaux sociaux.


AVERTISSEMENT
Cet article est informatif et généraliste, il ne peut décrire la totalité d'une personnalité beaucoup plus complexe que ne le permet l'écriture d'un court article.
Je ne décris pas ici un profil de PN pathologique extrêmement rare




55 commentaires:

  1. bonjour, je souhaiterai savoir si il existe un moyen d'avoir la certitude qu une personne est pervers narcissique.
    J'ai de gros doutes sur mon mari avec lequel je vis depuis 21 ans.
    Merci

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour, avez lu l'article sur le narcissisme ? Il y a souvent confusion entre narcissisme pathologique et PN qui reste un profil très rare. Une personne tyrannique, très autoritaire ou même dévalorisante n'est pas , systématiquement, un narcissique ou un PN, ou un anti-social ou autres pathologies.
    La vraie perversion narcissique est rare, très rare. Ne vous fiez surtout pas aux tests se promenant sur le net qui sont dangereux. Non, en dehors de la consultation d'un professionnel par votre époux ou vous-même, avoir une certitude qu'il est ceci ou cela puisque les "symptômes" comportementaux sont communs à diverses pathologies psy... Mais s'agit-il de cela ? Votre mari rentre-t-il dans le cadre "pathologie", son comportement est-il teinté de perversion. Dans cet article, j'aborde le narcissisme avec une petite tendance perverse.
    Vous accédez à l'article sur le narcissisme en allant sur libellés -droite du site- clic sur "narcissisme". Cordialement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très rare... Les récentes études font monter les chiffres d'un 2% initial à environ 10-15%... Et de plus en plus de femmes...
      Giuseppe

      Supprimer
    2. Bonjour, quelles sont vos sources ? 5% c'est déjà beaucoup pour le troubles de la personnalité narcissique qui est une lourde pathologie.
      Je pense que vos 15% parlent du narcissisme non pathologique, car la société, l'éducation créent des êtres "narcissisés", très centrés sur eux-mêmes (h ou f),il s'agit alors d'un trait de la personnalité, mais ceci n'a rien à voir avec un trouble de la personnalité.
      Quand au profil PN, je conseille de lire l'article de ce blog : narcissique, border-line, anti-social vous comprendrez mieux les facteurs et la personnalité d'un PN
      Bonne soirée. Laurence

      Supprimer
  3. Bonjour Laurence,

    Dans votre article, vous avez parfaitement décrit mon conjoint. Je n'ai aucun doute depuis un petit moment déjà et j'en ai même eu la confirmation de sa mère qu'il est un narcissique plus ou moins pervers (elle-même étant psychologue). Son conseil : partir ! Mon problème je n'arrive pas. J'ai cru pouvoir le changer mais hélas ça n'arrivera jamais, donc dernière solution tenter de vivre au mieux avec lui car oui je l'aime. Nous sommes ensemble depuis 4 ans et pendant les 2 premières années c'était un homme merveilleux fou-amoureux de moi, au petits soins qui criait au monde entier que j'étais sa princesse, sa future femme, etc. Seulement c'est un sportif de très haut niveau, et il y a 2 il a été blessé et n'a pas joué pendant 1 ans pendant laquelle il s'est mis à parier pour retrouver l'adrénaline du terrain ailleurs. Depuis cette blessure c'est une autre personne, insensible à rien qui me critique sans cesse qui me fait des reproches et me dénigre. Aucun mot doux et je suis coupable de son comportement envers moi car selon lui je le mérite. J'ai également lu votre article sur l'estime de soi car c'est mon point faible pour tenir dans cette relation, presque avec chaque mot blessant je fond en larmes. Avant j'avais estime de soi mais je vous avoue qu'il m'a pas mal écrasé. En lisant donc votre article sur l'estime de soi, j'ai retrouvé pas mal de traits de mon partenaire : *Colère parfois violente
    *Agressivité
    *Besoin d'avoir raison,
    *Besoin de contrôle
    *Dépendance affective
    *Besoin de plaire
    *Susceptibilité etc…
    Seulement il montre tout le contraire, critique sans cesse les autres, les gens autour de lui sont des bouffons et lui est le meilleurs. De plus dès qu'il se retrouve sans argent pour parier son humeur se dégrade. C'est compliqué car je pense être affontée à plusieurs problèmes : le narcissique plus ou moins pervers, la personne devenue tyranique à cause de son manque de confiance (suite à la blessure) et son addiction pour les paris. Je ne sais plus quoi faire. Je sais juste que je n'ai pas la force de le quitter, qqch que je n'arrive pas à m'expliquer. Selon moi il n'est pas tout à fait conscient de son comportement j'aimerai pouvoir l'aider pas de changer mais redevenir la personne d'avant ou apprendre à vivre avec lui en étant heureuse car pour le moment je ne le suis pas. Svp conseillez-moi, où puisez des forces? Que faire?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, beaucoup de souffrance derrière ce message.
      Vous ne pouvez ni le changer, cela vous l'avez compris ni réellement l'aider tant que lui-m^me ne prend pas assez conscience ou plus réellement qu'il veuille les reconnaître, de ses "troubles" comportementaux. Un narcissique ne consulte jamais un psy. A t-il conscience de son comportement...en partie oui. Je dis que vous ne pouvez pas l'aider, car vous n'êtes pas psy et trop dans l'affect, par ailleurs un psy professionnel ne travaille jamais avec les proches car le manque d'objectivité, de neutralité ne permettent pas d'accompagner l'autre vers un processus de guérison, et je le répète encore une fois, ce type de profil se pense trop supérieur et au-dessus pour consulter. Pensez à vous en premier, ne vous laissez pas déstabiliser par ses critiques..plus il vous sent vulnérable et plus il s'acharne sur vous. Ne soyez pas son souffre douleur, protégez vous..n''acceptez pas tout de cet homme.Consultez,, si vous le pouvez, un professionnel, seule, cela vous aidera peut-être à le quitter et/ou à gagner en estime et confiance en vous-même ...si lui ne se prend pas en charge vous ne pourrez pas le faire à sa place. Prudence, sur la durée une telle relation se révèle le plus souvent dévastatrice. Si vous désirez une adresse je peux vous en communiquer, comme vous pouvez me consulter par téléphone...Occupez-vous de vous.

      Supprimer
  4. Bonjour,
    Rares sont les narcissiques qui écrivent leurs points de vue... Je suis dans le cadre de cette description, étonnamment je recherche justement des réponses à ma pathologie narcissique... Nous sommes un couple, j'aime il me semble ma femme depuis 6 ans mais elle souffre beaucoup je n'arrive pas à comprendre pourquoi, il me semble être aimant pourtant... Beaucoup de mensonges et de manipulations que je n’arrive pas à maitriser. En moi je ne cherche aucune destruction mentale pourtant. Exact mon ego est plus que puissant, j’ai l’impression d’être toujours le meilleur, exact aussi les autres sont insignifiants sauf mes proches (enfant, femme, famille). Je suis bien en phase avec votre article. Il existe des niveaux différents et c’est pour cette raison que je me considère Manipulateur Narcissique et non PN. Je n’ai aucune déviation ni perversion. J’ai l’impression d’être toujours dans un mode défensif et être sur un échiquier où les pièces ne sont pas de bois mais des sentiments humains avec lesquels je « joue »… Parfois je rentre en dépression et j’aimerais juste être comme vous… Si cela vous intéresse j’ai écrit des pages et des pages sur toutes nos techniques mentales… J’ai même formé un groupe de personne comme moi (hommes et femmes) nous dialoguons mais étrangement aucune agression dans ce groupe… le groupe des « félins » qui accepte aussi les bipolaires même si ils sont très instables mais si attachants… J’écris cela pour ma femme et notre union que je veux préserver… Pour Nad.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Anonyme, à la lecture de ce message, il me semble que votre profil s'apparente au Narcissisme ( voir l'article de ce blog), vous savez sûrement qu'un profil se teinte le plus souvent d'un autre...peut-être ici d'une légère couleur border-line ou bi-polaire ?
      Derrière les divers profils "pathologiques" se cache l'anxiété".
      La reconnaissance de vos comportements vous offre quelques clés et possibilités de "modifier", car on change pas, ceux-ci. Mais en souffrez-vous vraiment ?
      Je recevrais avec plaisir vos écrits à envoyer sur mon mail (indiqué menu contact).
      Je propose d'éditer certains articles...
      Cordialement.
      Laurence

      Supprimer
    2. Bonjour,
      Après des années très difficile dans notre couple depuis la naissance de ma file, il y a eu beaucoup de conflits, mon mari était toujours attentionné et essayait de me faire plaisir. recemment, Il a suivi une thérapie, puis il m'a révélé qu'il m'en voulait beaucoup de tout ce que j'avais fait. Il reste avec moi, mais ne me supporte plus, il reste pour les enfants, et me dis que j'ai de la chance. Il souhaite que je parte. J'ai malheureusement pas envie. Je souhaite sauver mon couple.

      Je suis selon mon mari PN selon sa psy, elle ne m'a jamais vu et je souhaite tout de même rester avec celui que j’aime et surtout avec mes 2 enfants que j'aime plus que tout. Je voudrais préserver toute le monde et retrouver une famille heureuse. J'ai entrepris une thérapie. Mon mari m'en veux beaucoup. J'ai espoir de modifier mon comportement et de proposer une vie acceptable pour tous avec l'aide de cette thérapie. Je ne changerai pas tout, mais si notre famille peut subsister dans la paix. Il est très froid avec moi.
      Il a impression que je suis un monstre une sorcière.
      Pouvez vous me conseiller.
      Merci

      Supprimer
    3. Bonjour, le seul conseil : continuer votre thérapie, je ne vous connais pas et ne peux interférer avec votre thérapeute. C'est à elle ou lui que vous devez poser vos questions.

      Cordialement

      Supprimer
    4. Anonyme, Je me retrouve totalement dans vos paroles mais autour de moi personne ne pourrait comprendre.vous parlez de votre groupe de "felins" est ce que ça vous aide au quotidien ?

      Supprimer
  5. Bonjour,

    D'abord, merci pour cet article qui note bien la différence entre la personnalité et le pervers. Beaucoup de gens autour de moi ont qualifié mon ami de PN mais je restais convaincue qu'il ne présentait pas de trait de perversion, uniquement des troubles liés à son estime de lui et son image, votre article permet enfin de marquer la différence entre les différents profils quand les sites courants les mettent tous dans le même sac.
    J'ai quitté mon ami il y a quelques jours seulement après un an et demi de relation, lassée d'une énième dispute. Cependant, cette rupture reste très difficile et je nourris un espoir intime de le changer. Au cours de notre relation, il y a de gros changements dans sa façon d'aborder le monde, seulement, c'était un contexte difficile pour lui (souci d'argent, d'emploi etc). Dès que sa vie est repartie sur les rails (en partie grâce à mon aide), il est redevenu cet individu exécrable : Monsieur je-sais-tout, les autres sont idiots et lui seul sait, mes états d'âme sont devenus des cailloux dans sa chaussure, chaque dispute était de ma faute, ses réactions et comportements étaient en réaction à mon comportement etc. Bref, plus aucune capacité de remise en question (capacité qu'il avait acquise à mon contact), une susceptibilité revenue (comme osais-je critiquer le grand ?), culpabilisation, manipulation, victimisation etc. Et je ne parle pas de son arrogance, son ton hautain et même son attitude physique redevenue "guindée". Je ne comprends pas comment il a pu évoluer tellement au cours de cette année passée ensemble et que tout reparte d'un seul coup lorsque sa vie va "mieux" ? En somme, c'était une façade ou un exercice qu'il s'efforçait de faire pour me plaire ? J'oscille en permanence entre l'impression qu'il est le diable personnifié ou un petit être qui a besoin d'être protégé..
    Nous étions arrivés, lors de nos discussions (rares) à coeur ouvert, à s'accorder qu'en dépit de notre amour, notre histoire était invivable (j'ai malgré tout faire preuve de beaucoup de diplomatie et aller assez en son sens), et lorsque j'ai décidé de mettre fin à notre histoire après une énième violente dispute, il vient désormais me dire qu'il m'aime, il continue de m'écrire, il me dit qu'il a encore envie de faire marcher notre histoire etc. Est-ce ici une véritable question d'amour ou plutôt l'envie de me converser car l'échec ne lui est pas supportable ? Il m'a fait culpabiliser de fréquenter des sites de rencontres, s'est fait passer par la victime qui subit ma décision, dit un jour sur deux que je l'ai perdu etc. Le souci, c'est qu'en dépit de cette réalité dont j'ai conscience, les sentiments persistent. Je fais partie des profils avec une confiance en moi assez bonne, j'ai des loisirs et intérêts propres et un entourage présent (qui ne l'apprécie pas vraiment non plus, ce qui ne facilite rien) et pourtant, je me sens atteinte et manipulée. Je le sais et je marche dedans. Est-il possible d'avoir un changement de ce type de personne ? Il est allé consulter deux psys sur mes demandes, mais bien entendu, les psys n'étaient pas assez bien pour lui.. Je lui ai mis des bouquins entre les mains sur l'estime de soi, les personnalités limites etc. et s'il y a eu quelques prises de conscience, elles ont été rapidement oubliées voire utilisées contre moi ! Je sens l'envie d'amélioration de sa personne et à la fois, le sentiment qu'il est en incapable.
    Enfin, comment fait-on lorsque l'on sent que l'on est soi-même proche de ce type de personnalité ? Comment peut vivre un couple avec un narcissique inadapté et inconscient de son état et une narcissique niveau minime consciente de son état ?

    En espérant avoir quelques réponses et vous remerciant encore une fois pour cet article.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour et merci également pour ces éclaircissements sur la personnalité hyper narcissique. Jai mis fin à une histoire de 3 ans avec une femme qui m'a pourtant fait vivre,je pense,mes plus beaux moments de bonheur. Mais son caractère,en situation de stress,est exactement celui que je découvre dans vos articles où "confessions". Je l'ai quittée voilà 6 mois et je la pleure encore tant nos bons moments me manquent. Et je passe mon temps entre remords de l'avoir fait souffrir de la quitter,espoir qu'elle puisse changer,et soulagement de ne plus risquer ses colères si pleines de méchancetés à mon egard,de reniement de ce que j'ai pu faire pour elle,pour nous,et tout cela sans jamais le moindre remords. Je vais poursuivre ma lecture de vos témoignages mais j'avais tellement besoin d'écrire cela. Merci en tout cas. J'espère tant trouver des réponses ici,car ces derniers jours je n'ai que difficilement resisté à l'envie de l'appeler.

      Supprimer
    2. Bonsoir,
      Vous l'avez quitté car vous étiez malheureux, enfin je suppose que ce fut le cas ?
      6 mois c'est très proche, trop pour avoir le recul et les souvenirs agréables trop vivaces pour ne pas provoquer la nostalgie. Merci pour ce message positif car vous n'oubliez pas le "bon" de cette relation. Bonne soirée. laurence

      Supprimer
  6. Bonjour, heureusement que vous avez un narcissisme suffisant pour vivre une telle relation. Nous avons tous besoin d'être narcissiques pour vivre, s'affirmer, oser, pour nous expulser du ventre maternel, ainsi est l'instinct de survie et sans une dose de narcissisme nous ne survivons pas.
    Pour répondre à vos questions : il n'y eut jamais de changement profond chez votre partenaire, il s'adapta en fonction de ses besoins et par définition, en général, un Narcissique pathologique et encore un PN n'ont la capacité, ne peuvent modifier leurs comportements puisqu'il leur manque cette sensibilité, le ressenti, permettant de prendre conscience des besoins de l'autre et de la souffrance infligée. Le pire rôle à endosser pour une femme "celui de la mère, jouer la maman" avec ce partenaire.
    Votre très jolie parabole "cailloux dans sa chaussure" traduit bien ce que vous lui renvoyez de lui-même "celle qui connait sa faiblesse, ses failles" intolérable pour lui. Ne cherchez plus à l'aider, à le changer -impossible-, les reproches aggravent la relation. Chez certains de ses profils, la froideur proche de l'indifférence, à plus d'impact que la gentillesse. Le bonheur sera-t'il au bout du chemin ? Je n'ai pas la réponse. Bon courage à vous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Waw, je viens de lire ce qu'a écrit cette femme et je suis exactement dans le même cas sauf que je suis encore avec lui. Je suis à bout de souffle et je n'ai plus d'énergie, j'ai l'impression d'avoir tout donné. J'ai envie de rester avec lui, mais aussi de le quitter seulement nous avons une fille de 19 mois.
      Je suis désespérée! Je nous ai laissé un 6 mois, il est au courant et on va aller voir un psychologue en couple, mais pour l'avoir déjà fait le psychologue s'intéresse à lui et non à moi. Quand il s'en rend compte, il devient fâché parce que même s'il sait qu'il est narcissique et que ça me rend malheureuse, selon lui c'est à moi d'adapter mon comportement à lui. Il voudrait entendre que c'est moi qui réagit mal ou qui ait un problème comme ça il se déresponsabilise. Il refuse d'aller seul voir un psy car il est forcément pas assez bon ou bonne.
      J'ai peur que ma fille grandisse dans cet environnement et devienne comme lui ou qu'elle en souffre. Il critique tout, tout le temps et tout le monde. Il est persuadé de me parler sur un ton normal mais il est sec envers moi et hautain. Je ne suis pas parfaite, loin de là, je suis traineuse, et je retarde toutes les tâches ménagères, mais je m'occupe de tout toute seule dont ma fille et trouve encore le moyen de critiquer ce que je fais. J'ai besoin d'aide je suis en train de craquer, mais je l'aime!

      Supprimer
    2. Bonsoir, restez lucide car un narcissique ne consulte jamais un psy, sauf pour, non pas faire p!Aisir au partenaire, mais pour dire"tu vois je le fais pour toi". Le vrai Narcissisme est un trouble de la personnalité, donc une pathologie psychiatrique, il n évoluera pas autrement...N espérez pas une modification de son comportement. Le danger pour vous est de vous ancrer dans un faux espoir d amélioration !Pensez à vous et à votre fille.

      Supprimer
  7. Bonjour,

    Merci pour votre article!

    Je suis moi aussi avec un PN, j ai pris conscience de cela après 3 ans de relation. J ai vecu l enfer avec lui au point d avoir bouleverser ma vie, il m a fait beaucoup de mal on dirait que je ne vis plus et j ai oublié ce que c etait le bonheur, il controle ma vie au moindre détails, je ne dois jamais lui refuser quoi que ce soit sinon il me manace ou m insulte.
    Aujourd'hui je souhaite juste me separer de lui mais ce n est vraiment pas possible, il me suit m a harcele au telephone si je reponds pas il appelle tout mon entourage c est invivable et je ne sais plus quoi faire. Des fois je me dis que la seule chose qui va nous séparer est la mort. Comment on peut réellement rompre avec ce genre de personne?
    Merci de votre réponse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, cet article aborde un narcissique avec une petite perversion et non le PN pathologique.
      Si vous êtes déterminée à le quitter, oui, en général il se calme avec le temps.
      Soyez ferme, décidée quels que soient les méthodes utilisées, éventuellement faites vous aider.
      Bon courage

      Supprimer
  8. Voici une partie d'un message envoyé par un anonyme. Je n'en publie pas la totalité et ceux envoyés ensuite par cette même personne, car les commentaires ne rentrent pas dans le cadre de l'éthique de mon métier qui implique la neutralité en ne jouant pas l'intermédiaire.
    Pour répondre à la totalité des messages envoyés, je dis à cette personne de s'adresser directement à l’intéressé. Par ailleurs votre rôle n'est pas de faire la psy, j'explique bien dans les articles que ce n'est pas à un partenaire d'endosser ce statut qui s'apparente à une forme de manipulation et risque de compliquer encore plus une relation car justement il manquera l'objectivité et la neutralité d'un professionnel.
    Le Commentaire :
    Je lis les messages des victimes après le sien et me retrouve totalement dans les mêmes mots que ces victimes… j’ai rencontré sur site de rencontre, tout était beau au départ, beaucoup de respect, une affinité s’est créée, une communication toujours profonde qui i m’a guidée vers l’amour… Malheureusement, je n’ai pas vu au premier abord son vrai visage, je me suis aperçue de ses mensonges mois après mois, années par années… A notre rencontre, Il m’avait affirmé ne plus aimer sa femme et vouloir la quitter, il est toujours avec elle, me promettant, me faisant espérer de nous unir, me disant qu’il m’aime… en finalité, ses mots semblent vrais et quand arrive l’échéance rien.

    RépondreSupprimer
  9. Bonsoir, après une grosse remise en question et beaucoup de souffrances je me suis documenté et je suis tombé sur votre article. Je me retrouve fortement dans votre article. Ça m inquiète mais puis je vraiment y changer quoi que ce soit ?...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      vous vous retrouvez dans cet article, mais à quel niveau ?
      La vraie question à vous poser serait "ai-je envie de modifier certains aspects de ma personnalité ?" Le plus souvent c'est une souffrance violente qui incite à consulter pour justement "modifier" et non "changer" les causes de la souffrance, enfin de ce qui la provoque.
      Cordialement.
      Laurence

      Supprimer
  10. Bonjour,
    Je vis depuis 11 ans avec un homme qui me vampirise. Je l'ai rencontré sur un site internet, puis rapidement dans la vraie vie : le coup de foudre. Il était charmant, attentionné, riche, il m'a donné l'impression d'être une vraie princesse, de me prendre en charge à un moment difficile dans ma vie (ce dont je ne lui avais rien dit). Mais cela s'est vite gâché. Il s'est avéré que mon nouveau Jules était un Don Juan. Il cumulait les relations sans lendemain mais allez savoir pourquoi, il est resté avec moi, sans doute parce que j'acceptais de l'attendre. Il avait des ennuis avec la justice (escroqueries et incitation au proxénétisme sado-maso), et je ne l'ai découvert bien entendu que des années plus tard. Mes voyants étaient déjà aux rouge car je le trouvais, sans savoir exactement pourquoi, du genre psychopathe. Sous de faux prétextes, il est parti s'installer à l'étranger et je l'ai suivi quelques années plus tard. Dès mon arrivée, j'ai découvert qu'il avait de nombreuses copines sur place mais j'ai décidé de me dire que c'était parce qu'il était seul. De toute façon, lorsque je lui en ai parlé, il a tout nié, même contre l'évidence, en retournant les arguments contre moi. Les années ont passé. Je me sens de mois en mois plus seule (plus de travail, peu de relations locales) et je me sens vampirisée. Je suis épuisée tout le temps, je dors mal. Mais je serre les dents. Il y a quelques jours j'ai découvert qu'il avait passé la nuit avec une prostituée. Pour une fois en 10 ans j'ai explosé. J'ai passé la nuit dans la chambre d'ami, puis nous nous sommes vus sur le temps de midi. Son attitude était glaciale. Il m'a fait clairement dit qu'au lieu de discuter de ce qui s'était passé, il allait réfléchir à notre avenir parce qu'il n'admettait pas être cliqué, alors que cet idiot avait ramené la carte de visite de la pute dans ses affaires! Je me suis sentie tellement fatiguée... A mon retour à la maison, j'ai reçu un sms qui me disait qu'il m'aimait mais qu'il était triste et amer que je puisse croire qu'il avait fait ça alors qu'il n'avait fait que ramasser une carte de visite dans une chambre d'hôtel... Mais j'ai téléphoné à la fille, elle avait bien vu mon mari. Je me sens vampirisée, je me demande si mon compagnon est un pervers narcissique ou bien si c'est moi qui suis parano? Parce qu'il ne me parle jamais mal, n'est pas violent, même si je me sens de plus en plus laide (il a des problèmes d'érection), stupide (sa phrase préférée est que je suis sotte), grosse (mais il m'incite à manger!). Peut-on être si généreux et en même temps si glacial et froid? Je ne sais plus s'il m'aime ou si il me ment. Est-ce que je monte en épingle des évènements somme toute bénins?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Est-il vraiment si généreux que cela ? D'après vos écrits j'ai la sensation que vous êtes totalement sous emprise puisque vous vous sentez, presque, responsable de la situation.
      Pensez-vous mériter les infidélités à répétitions, d'être dévalorisée ? Un Narcissique pervers n'est pas toujours violent, loin de là, cette pathologie recouvre des comportements divers.
      Pourquoi l'avez rejoint des années plus tard, alors qu'il semble avoir fuit quelque chose.
      Dans une telle relation votre estime en vous même s'effrite lentement mais sûrement au fil des années ainsi que la capacité à quitter. Faites vous aider pour regagner en confiance et sortir de cette toile d'araignée vous englobant. Bon courage

      Supprimer
  11. Victime->Victoire20/02/2016 14:06

    Bonjour Laurence,
    Très intéressée par votre manière de voir les choses, j'aimerais partager mon expérience de "cible" restée avec son pn depuis 30 ans.De nature joyeuse j'ai transformé ma vie en la voyant comme un vaudeville et non un drame. Je ne sais pas si cela pourrait aider d'autres "victimes". Le texte déjà très résumé fait 4 pages. J'aimerais avoir votre avis. Serait-il possible de vous l'envoyer sur votre mail?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, en allant sur le menu "contact" mon mail est indiqué.
      Envoyez moi vos pages, je vous dirai ce que j'en pense et s'il est publiable.
      Cet article ne décrit pas le "vrai" PN, que vous découvrez dans un autre article. Dans l'attente de votre message, bonne journée.
      PS. Sur votre mail, indiquez votre vrai nom, profession etc.bien entendu ceci restera confidentiel

      Supprimer
  12. bonjour Laurence, je ne sais pas si mon mari est PN mais en tout cas il parait qu'il est traité de bipolarité. En deux mot je l'ai mis d'hors cause violence, et j'ai accouchée seul des magnifiques jumelles!! nous avons un fils déjà, lui est en couple et il m'a trompé durant tout le mariage, selon sa maitresse, après l'accouchement il m'a entrainer dans une double vie et je suis devenu sa maitresse, cela duré plus de 2 mois, et m'a détruis complètement, en plus j'ai l'impression que en vivant avec lui je suis devenu hystérique, changement d'humeur, cris, jamais contente, ou bien c'est une dépression profonde? J'essaye de toute arrêter avec lui mais il arrive de me culpabiliser encore et me dire que je n'ai pas su l'aimer et détruit la famille!! dans votre article je le voie comme dans une glace, comment se détacher de lui? d'arrêter de me faire manipuler? et ses mensonges? dire a moi et a sa maitresse exactement les mêmes choses, même promesse, elle sais la vérité mais reste avec lui, je ne doit plus l'intéresser car je refuse une telle relation et de me faire manipuler, il se moque en disant que c'est moi la malade... Quoi faire? j'ai besoin des forces pour élever les trois enfants seul..il me prend toute mon énergie. Merci par avance si vous pouvez me conseiller l'issus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nuta, consultez un psy dans votre région. S'il est diagnostiqué BI-Polaire il n'est pas PN. Seul un professionnel pourra vous accompagner dans un travail de reconstruction et vous libérer de cette relation.
      Bon courage

      Supprimer
  13. Réponses
    1. Parole de narcissique semble t'il. Bonne journée

      Supprimer
  14. Bonjour, Je ne sais pas si je dois être rassurée ou inquiète par votre article, mais je m'y retrouve énormement! Il y a bientôt deux ans que je suis en couple avec mon conjoint. Comme vous le décrivez, début de relation parfaite, il était exactement ce que je recherchais chez un homme, doux, attentionné, me complimentait... Nous nous sommes installés ensemble il y a bientôt 1 an, et c'est la que les soucis ont commencé à apparaitre. Des désaccords, des conflits, pour des broutilles certes mais qui on pris peu à peu des proportions insupportables et menant à des crises désormais violentes. Seulement voilà, à aucun moment il ne se remet en question. Que ce soit à son travail, dans notre couple ou dans toutes ses relations, des lors qu'il n'est pas d'accord avec son interlocuteur, il faut forcement qu'il le dénigre. Les compliments qu'il me faisait au début de notre relation se sont transformés en reproches, comme si j'étais incapable de faire quoi que ce soit de bien. Il me disait que j'étais intelligente et cultivée, aujourd'hui je fais des grands discours et j'ai une déformation professionnelle (je suis infirmière), il trouvait que j'éduquais très bien mes enfants, qu'il étaient mignons et bien élevés, aujourd'hui il est tout le temps sur leur dos et me fait sans cesse des remarques sur ma façon de m'occuper d'eux, J'étais une bonne cuisinière, aujourd'hui il a toujours quelque chose à redire sur les plats que je prépare. Il insinue sans cesse que je ne participe pas aux taches ménagère... Bref j'ai beau mettre du coeur à ce que tout soit parfait, il sabre tous mes efforts en pointant uniquement ce qui ne va pas. Ma confiance en moi et ma patience commencent à en prendre un sacré coup.Par ailleurs, il est tout le temps en train de me fliquer, j'ai l'impression de ne plus avoir de liberté, je dois rendre des comptes pour tout ce que je fais, ou, avec qui etc... et j'ai beau être honnête et ne rien avoir à me reprocher, il considère le fait que j'ai un jardin secret (qui se limite à mes conversations avec ma soeur et une amie) comme quelque chose que j'ai à cacher. Il me demande tout le temps si j'ai quelqu'un d'autre, si je le trompe ou si je l'ai déjà trompé alors que lui a conservé des photos des son exe nue ainsi que des contacts douteux avec celle ci durant plusieurs mois de notre relation.J'ai l'impression qu'il reporte tout ce que lui a à se reprocher sur moi. Depuis quelques temps, quand il commence a être a cours d'arguments, il en vient aux mains, il y a quelques semaines il est allé plus loin (gifles et coups de pieds) j'étais très choquée, je voulais le quitter mais il a réussi à m'en dissuader... Il ne s'est jamais excusé pour son geste, il le justifie en me disant que je l'avais mérité (car je m'étais défendue alors qu'il me tenait de force), que je l'avais exaspéré... Et c'est comme ça pour tout, il me pousse à bout nerveusement, appuie là où ça fait mal pour me faire sortir de mes gonds pour finalement me dire que je m’énerve pour rien, que je suis une gamine, impulsive... et ne veut jamais entendre que c'est lui qui cause mes réactions. Sa phrase préférée est "c'est pas moi c'est toi". Plus le temps passe plus je me renferme, Je fuis en cas de conflit car je sais très bien que ça ne mènera à rien. Il interprète mon refus de communiquer comme de la bouderie, du mauvais caractère, de l'immaturité...Je suis un peu confuse dans mes écrits, c'est un peu a l'image de ce qui se passe dans ma tête, il m'a retourné le cerveau. Que je dise blanc ou noir j'aurais toujours la crainte de ne pas lui convenir et de me faire encore une fois rabaisser. Je ne peux pas en parler autour de moi car il donne tout a fait le change devant les gens, tout dans les apparences.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avez-vous déjà essayé de lui dire, à distance : "quand tu dis que c'est moi, moi je pense que c'est nous deux" il vous rend coupable de la situation et votre fragilité vous fait accepter cette culpabilité. Peut-être qu'en le remettant en face de sa part, vous pouvez reprendre une place. Mais jamais à chaud, à mon avis.

      Supprimer
    2. Quand nous parlons à froid îl est d'accord avec tout ce que je dis, se remet en question, accepte toutes les remarques que je peux faire et s'engage à faire des efforts pour arranger la situation. Cela n'empêche qu'il peut faire tout le contraire une heure après si j'ai le malheur de ne pas aller dans son sens... je remarque que j'ai écrit ce message il y a déjà huit mois et que rien n'a changé. Bien des fois j'ai pris la décision de partir, mais en vain, je suis toujours là, à osciller entre périodes de bien être et de profond désespoir...

      Supprimer
  15. bonjour,
    je suis assez perdue et très perplexe; je vis depuis deux ans en couple , famille recomposée, la quarantaine passée; mon compagnon, je l'aime, il peut être drôle, aimant, câlin, un très bon amant et à coté de cela, je suis perdue : il critique régulièrement mes enfants en mimant leurs attitudes, d'une manière assez théâtrale et dévalorisante pour eux et moi; il me dit que je n'ai pas d'autorité, et c'est vrai que mes enfants ne bronchent plus devant lui, ils le craignent. tous les matins, je crains son attitude, son regard, ses remarques sur tout et n importe quoi; en société, en soirée, il est jovial avec tout le monde, tout le monde l'admire et il fait tout pour l’être ; et ca me met mal a l'aise; il me dit que je suis jalouse, pas assez cultivée, que je ne l'écoute pas assez dans ses conseils. il ne supporte pas que je lui fasse une remarque sur ses enfants et peut même en devenir violent verbalement et physiquement; il me déstabilise complètement; quoique je dise ou fasse, je sais d'avance que j'en aurai le reproche peu de temps après et ça se vérifie; et j'en passe; je me sens coupable, dévalorisée notamment aux yeux de mes enfants; et j'ai beau essayer de partir, je trouve toujours une bonne raison( en me culpabilisant)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une bonne raison pour ne pas partir, c est la fin de votre phrase !
      Et vous, que pensez-vous de ses critiques ? Le danger est de croire en ses propos. Demandez vous ce qui vous retient près de cet homme ? Ne répondez pas l amour, car aimer ne protège pas et ne suffit pas pour tout accepter. Faites vous aider, famille, amis(es) etc. Faites également le bilan de ces 3 années. Bon courage.

      Supprimer
  16. Bonjour Laurence,
    Tout d'abord, je vous remercie de votre article. Voilà un texte qui a de la mesure et des degrés. Beaucoup d'objectivité donc. Je ne me sens pas perverse, mais depuis quelques temps, je me questionne sur moi à ce sujet justement. Je me reconnais à travers certains traits, dans mes relations de couple. Justement aujourd'hui je suis seule, et j'en souffre, mais je pense que le couple est une chose impossible pour moi. Ou peut-être que c'est parce que je n'ai jamais choisi vraiment quelqu'un. Est-ce que le fait de me poser cette question me dédouane d'une éventuelle perversion ? Si vous acceptez de me répondre, je vous en remercie beaucoup.

    RépondreSupprimer
  17. Bonsoir, effectivement vous posez la question dénote la conscience.
    Un narcissique pervers choisi son partenaire, il ou elle ne subit jamais.
    Être choisi ne cadre pas avec ce type de trouble de la personnalité !
    Votre comportement amoureux s apparente plus à une forme d évitement de l engagement, à ne pas se mettre en danger. En résumé être aimée en premier rassure. Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Laurence, merci pour votre réponse. En fait je ne sais pas ce que j'ai. J'ai été mariée 17 ans avec un homme, père de mes trois enfants, qui ne pensais qu'à lui, à son intérêt à divers niveaux. Puis mon compagnon suivant était un eu pareil. Puis le troisième aussi, puis le 4°, enfin toujours prendre ce que je donne et ne rien vouloir donner.j'ai eu beaucoup d'engagements avec eux dans la vie commune (sauf le 4°), mais il ne fallait ps que j'attende un retour. Moi je n'avais pas le droit de vouloir recevoir. J'ai été reniée par mon père et abusée par mon beau-père. Il est évident pour moi que tout ceci est lié. Aujourd'hui, il y a des choses que je ne peux plus donner et à vrai dire, j'ai plus envie de recevoir que de donner maintenant. Recevoir d'abord, donner après. Car je me sais capable du don et c'est vrai que tous ceux qui me connaissant bien le savent et s'étonnent que j'accepte des relations avec des hommes égoistes comme ça. Je ne sais pas si je peux guérir de ces traumas-là. La confiance a été tellement attaquée que c'est comme si il fallait qu'au bout d'un moment, je fasse "payer" l'autre de son non-engagement. Quand j'écris ça, ça me rappelle vraiment quelque chose. Donc ça c'est tordu de ma part, il me cherche, je l'accepte et après je lui reproche en quelque sorte d'être différent de ce que je souhaiterais. Et bien sûr, c'est toujours les mêmes qui me tournent autour, ceux qui ont eu des traumas, abandonnés par la mère. J'espère arriver à sortir de ce cycle infernal un jour. Enfin, là, je n'y suis pas puisque je suis seule.

      Supprimer
  18. Bonjour,

    J'ai une "relation" plus qu'irrégulière avec un homme qui a tous les troubles d'une personnalité narcissique. Je ne le pense pas pervers, mais bref.
    Je me pose surtout une question. Lui, a des problèmes de narcissismes, j'en suis convaincue, mais moi, qu'ai-je donc comme "problèmes" pour m'attacher à une personne comme lui?
    Je n'ai trouvé aucun article là dessus. Nous sommes tous absolument lucides...
    Dès le premier soir où je l'ai rencontré, j'ai tout de suite vu qu'il avait un côté "mégalo" (ce qui me faisait un peu rire au départ, car il était presque théatrale), pourquoi n'ai-je pas fui? Je vois bien que toutes les personnes qui l'entourent ne sont que des miroirs pour lui, et que ces miroirs (je m'inclus dans le lot) lui reflètent une image positive et c'est tout ce qui compte pour lui. Il n'a absolument aucune empathie pour les autres et le dit, lui-même.

    Quels troubles de la personnalité ai-je donc pour ne pas réussir à ne plus le voir? Je pense que c'est ça qu'il est important de déceler. Comment peut on s'attacher à quelqu'un qui, clairement, n'a pas d'attache avec les autres. Là, je parle de mon cas, bien sûr, car, comme vous le disiez, il y a des degrés différents de narcissismes, mais je ne suis certainement pas la seule dans ce cas.
    Il possède absolument tous les troubles d'une personnalité narcissique: égo surdimensionné, projets grandioses, se pense supérieur aux autres,etc... Etc...

    Pourquoi donc, sachant qu'il n'a aucun intérêt pour moi, si ce n'est le sien (d'intérêt) je ne l'oublie pas? Je dois avoir un sacré problème. :)

    Je pense qu'il doit y avoir un point commun entre ces personnes et moi, qui côtoyons ce genre d'individu.

    Je me pense responsable de ma vie, et c'est donc à moi de me remettre en question. Lui est ce qu'il est, mais moi, je l'ai choisi.

    J'essaye toujours de ne pas me mentir en trouvant des responsables autour de moi mais ça ne m'aide pas à savoir pourquoi je réagis comme ça.

    Vous me direz peut être que je dois aller consulter et j'y pense... Mais, pour finir, y'a t-il des traits de personnalité communs à ces personnes qui côtoient un narcissique?

    Merci pour votre écoute.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, le manque d'estime en soi-même, la projection, voir en l'autre ce que l'on aimerait être, du moins sur certains traits de caractère, une façon d'être.Et le défi : être aimée, reconnue par un tel individu en est un, réaliste ou pas ?
      S'accrocher à une relation dysfonctionnelle ne traduit pas, un trouble de la personnalité, mais découle de ce que j'écris ci-dessus. Une relation particulière au père peut, également intervenir
      Un article sur ce blog :http://www.attitude-coach.com/2015/10/5-conseils-pour-ne-pas-devenir-un.html
      souvent, tous ces facteurs psychologiques sont présents, et là seule une thérapie vous aidera en comprendre. Bonne journée

      Supprimer
    2. Merci beaucoup pour votre réponse et pour la rapidité de celle-ci

      Bonne journée à vous

      Supprimer
  19. Bonjour,

    Votre article m'interpelle beaucoup car je suis en couple depuis maintenant 7 mois avec une personne qui à des comportements qui m'intriguent bcp. J'ai beaucoup observé et réfléchis et après avoir enormement recherché je pense bien qu'elle a une personnalité narcissique mais non-perverse. Cependant j'aimerai vous en dire plus afin d'avoir des eclaircissement. Voici ce que je peux observer chez elle:

    -Grand manque d'empathie envers les autres. J'ai l'impression qu'elle pense que tout le monde voit ou devrait voir les choses comme elle, et n'arrive pas à comprendre qu'on puisse penser autrement qu'elle et n'arrive pas à voir à l'interieur des gens. Je vois bien qu'elle n'est pas toujours connectée avec la réalité des choses et n'arrive pas à comprendre ou percevoir les émotions et sentiments des autres. Lorsqu'elle va bien elle pense que tout le monde va bien même si la personne à côté se sent mal.
    Je me rappel d'une scene où elle jouait avec un enfant et je voyait clairement que l'enfant se sentait mal, n'aimait pas et pourtant elle ne le voyait pas et continuait à s'amuser et rigoler "avec" lui à un point où j'ai eu de la peine pour l'enfant. Mais elle ne s'en ai pas rendu compte pour elle ils ont bien rigolé.

    -Parle énormement et coupe beaucoup la parole. Dans les début de notre relation il arrivait que parfois on marchait dehors pendant une heure et que du début à la fin il n'y ait qu'elle qui parle. Comme si elle n'attendant pas de retour de la part de son interlocuteur, qu'elle veut simplement qu'on l'écoute mais pas qu'on réponde. Elle ne pose aucune question et ne s’intéresse pas du tout par elle même à la vie de l'autre. Elle dit tout ce qu'elle pense, tout ce qui lui vient en tête mais.
    -très souriante avec un visage d'enfant et des yeux pétillants, elle est quelqu'un d'humeur très joviale, rigole tout le temps et ne prend rien au serieux. Elle aime énormement les gens qui vont dans son sens et qui font attention à elle comme moi ou son père, mais méprise et à une certaine haine envers les gens qu'elle ne connait pas ou qui ne vont pas dans son sens. Par exemple moi je vois clairement qu'elle m'aime, mais parfois j'ai l'impression que ce n'est pas moi qu'elle aime mais seulement l'attention que je lui donne. Même dans sa façon de me regarder je sens quelque chose de bizarre.. Comme si elle à de l'amour dans les yeux mais pas envers moi mais du fait qu'elle se sent aimer. C'est etrange et difficile à exprimer.
    - chercher tout le temps à captiver mon attention. Si je detourne mon attention d'elle par exemple en lisant un livre ou en restant au téléphone 10min avec un ami, elle ne trouve pas ça normal et se sent fortement délaissée et blessée. Quand j'essaye de parler de quelque chose qui ne la concerne pas où que je viens à parler des mérites d'une autre personne je sens qu'elle à une haine envers cette personne et je ressent que ce que je lui dis lui déplait un peu.
    -Aime énormement les compliment et les petites attentions envers elle: cela la rend vraiment hyper contente, elle est vrmt aux anges et elle remercie beaucoup par les mots: cela la touche beaucoup. Cependant il y a rarement des retours par les actes. En fait elle aime bcp qu'on fasse des choses pour elle mais elle fait rarement des choses pour les gens et ne va JA-MAIS faire prévaloir l'envi d'une personne sur la sienne. Elle ne va jamais faire de concession pour quelqu'un. Mais elle trouve cela normal.

    RépondreSupprimer
  20. Bonjour,
    Etant en couple depuis 7 mois avec une personne dont ses comportements m'intriguent et me laisse beaucoup de questions, j'ai recherché longtemps et pu emettre l'hypothese qu'il s'agit d'une personne narcissique mais non perverse. Cependant j'aimerais être certain de cela et je voulais vous faire part de mes observations pour que vous puissiez m'aider.. Voici ce que j'ai pu constater sur 7 mois :

    -Enorme manque d'empathie. Elle semble comme dans sa bulle avec sa propre conception des choses, comme si elle n'etait pas connectée à la réalité. Si elle va bien elle pense que tout le monde va bien et vice versa.
    -Elle aime ENORMEMENT qu'on la complimente, qu'on ai une petite attention envers elle. Le fait qu'on lui achete une rose par exemple la rend si heureuse comme une petite enfant, et elle remercie bcp par la bouche en disant qu'on est super gentil etc. Cependant il n'y a rarement de retour et elle n'a jamais de petite attention envers l'autre. Elle ne va jamais faire de concession pour quelqu'un si cela entrave sa propre personne. Un simple exemple j'ai beau être extremement fatigué car pas dormi depuis deux jours, dans le lit au telephone avec son amie elle va parler et rigoler tres fort elle ne ferait pas attention a parler doucement ou bien aller ailleur pour ne pas me deranger. Mais quand je lui fais remarquer par apres elle avoue que c'est vrai. Mais si on ne lui fait pas remarquer alors elle ne se le dis pas par elle meme. En fait elle ne fait jamais attention à ne pas deranger les autres ou quoi bien qu'elle n'a pas non plus l'intention de le faire.
    -Elle demande beaucoup trop d'attention, en fait si mon attention n'est pas dirigé vers elle pendant un moment elle va être vexée et va vite s'enerver.
    -Bien que très souriante et d'humeur joviale, je ressens beaucoup de froideur en elle et peu de compassion. Ses humeur ne sont que joie/colère/haine/ mais je ne vois jamais de tristesse ou bien je ne la vois jamais émue. De même elle est très souriante quand elle parle ou quoi mais si moi je lui dis quelque chose qui me rend content ou autre et bien elle ne souri pas ni n'exprime de la joie pour moi ou autre.
    -Impossible d'avoir une conversation interessante avec elle et d'échanger des idées, même de disctuer simplement, c'est plutot des monologues. Je remarque aussi en analysant qu'elle ne va jamais poser des questions par elle même a quelqu'un pour en savoir plus, toutes ses phrases sont comme des affirmations et on sent vraiment qu'elle est très sur d'elle chaque fois qu'elle dit quelque chose. Elle fixe dans les yeux et est très convaincante lorsqu'elle parle, cependant quand moi je lui parle elle ne m'écoute qu'à moitié et me regarde rarement, souvent fait autre chose et je ressent clairement qu'elle ne m'écoute pas totalement bien qu'elle me dise que si lorsque je lui fais la remarque. En fait parfois elle dit clairement "on s'en fou" puis change de sujet, mais sans méchanceté pour autant.
    -Je me sens absent et inintéressant excepté lorsque mon intention est dirigée vers elle.. Et elle est souriante charmante et gentille mais pourtant je ressens une grande froideur dans de nombreux moments..

    RépondreSupprimer
  21. (...) -Elle à un caractère proche de celui d'un enfant c'est à dire qu'elle rigole pour un rien, s'enerve et se vexe pour un rien également.
    -Elle ne culpabilise jamais, n'arrive pas à penser par elle-même une seconde qu'elle pourrait être en tord et n'arrive pas non plus à se dire qu'elle peut peut etre gêner la personne si elle fait ceci ou cela.


    Cependant malgré je vois bien qu'elle ne fait pas tout cela volontairement, elle n'en est pas vraiment consciente et pour elle tout cela semble normal. Et quand je lui en parle et lui donne des exemples de ce qu'elle fait elle à parfois un déclic et me dit que c'est vrai et qu'elle va essayer de changer. Mais après plusieurs fois je constate que sa nature revient au galop et j'ai comme l'impression qu'on ne peut pas changer ce genre de trouble. J'espère me tromper. J'ai l'impression d'être un papa qui prend soin de son enfant d'être quelqu'un à l'écoute mais pas écouté. Elle n'est pas méchante pour autant et moi je n'ai pas besoin de bcp d'attention donc cela ne me derange pas vraiment mais il y a quand même des fois où c'est trop et où j'ai l'impression d'etouffer et où je suis aberré par ses comportement et par le fait qu'elle n'est centrée que sur elle-même. J'ai parfois fortement envi de la quitter mais je me dis que si moi qui suis quelqu'un d'assez patient et comprehensible je n'arrive pas, je ne vois pas comment elle fera avec son futur mari et j'ai peur qu'on lui fasse du mal et qu'on la traite de manière violente (car il faut avouer que son comportement fait bcp de mal et peu rendre violent quelqu'un qui ne sais pas prendre sur lui du fait de se sentir inéxistant).

    En bref j'aimerai savoir à quel genre de trouble tout cela pourrait il s'apparenter, si c'est vraiment narcissique ou si cela pourrait être autre chose (j'avais entendu parler egalement du syndrome de peter pan) et finalement savoir si elle pourrait changer et arriver à faire en sorte que sa vision des choses devienne plus en contacte avec la réalité des choses.

    RépondreSupprimer
  22. (..)PS : je voulais aussi ajouter que j'ai rencontré sa maman et j'ai remarqué qu'elle est fort identique sur bcp de chose : sa maman parle enormement, il ne l'interesse que de faire comprendre et de mettre l'autre sur son point de vue, mais le pt de vue et la pensée de l'autre ne l'interesse nullement. Elle est extrement frustrée et offusquée lorsqu'on la contre dit ou lorsqu'on lui fait comprendre qu'elle n'a pas raison et fait preuve d'enormement de froideur dans ces moments même envers son enfant si celui ci ne va pas dans son sens. Elle peut ne pas parler à son enfant et lui faire la tête même s'il reviens pour s'excuser. Quant au père, il est très compréhensif et très protecteur envers sa fille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, difficile de définir un profil car en général plusieurs facteurs sont présents, plusieurs "traits" se croisent créant un comportement. Le manque d empathie, de désintérêt pour autrui correspondent à de nombreux profils. Une énorme immaturité chez votre amie, de la rigidité, manque de confiance etc...Regardez les profils psychologiques dans le libellé et seul un face à face permet de déterminer s il y a un vrai trouble de la personnalité (rare) ou des traits de caractère... Un conseil, protégez-vous !

      Supprimer
  23. Bonjour Laurence,
    Je voudrais vous demander des précisions par rapport au fait que vous disiez de ne surtout pas jouer le rôle de la maman. Car mon mari, narcissique manipulateur, est, et a toujours été avec moi comme si j'étais sa mère, et moi, je me rends compte aujourd'hui, j'ai toujours joué le rôle de maman pour lui. Quand je lui ai annoncé que je voulais divorcer, il a agi comme un enfant que sa mère rejetait. Alors que nous avons 3 enfants et que cela fait 20 ans que l'on vit ensemble!
    Il a commencé à devenir différent à partir du moment où je suis tombée enceinte de notre premier enfant. Méchancetés, dénigrement sournois, victimisation... Je suis tombée dans la dépression (je suis toujours sous anti dépresseurs), je suis devenue migraineuse (à un stade très poussé). Mais depuis que j'ai décidé et que je lui ai annoncé que c'était fini entre nous, les migraines ont instantanément disparu ! D'ailleurs, après cette énième méchanceté de sa part, mon amour pour lui s'est arrêté net. Je n'éprouve absolument plus rien... Je ne me comprends pas moi même, étant quelqu'un qui d'ordinaire oublie très vite ce qu'on me fait de mal, qui pardonne très rapidement et facilement, là, je n'arrive pas à éprouver ne serait-ce qu'un mg d'amour ou d'affection... Et pourtant, j'aimerais pouvoir pardonner, oublier comme j'ai toujours fait pour ne pas être obligée de chambouler la vie de mes enfants par un divorce... Pourriez vous m'expliquer pourquoi je n'ai plus rien ressenti pour lui du jour au lendemain, depuis cette dispute ?
    Et pourquoi dites vous de ne surtout pas jouer le rôle de maman ? Merci !

    RépondreSupprimer
  24. Bonjour, je ne peux, ici, vous répondre car ce n est pas le but de ces commentaires. Un sursaut suite à la souffrance vous a donné la force de partir. Restez sur cette décision semble le plus sensé, ne perdez pas de vu le pourquoi de cette décision. Bon courage. Consultez un psychologue pour mieux comprendre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Laurence,
      Juste une petite clarification : je ne suis justement pas encore partie, d'où mes interrogations...
      D'autre part, vous n'avez pas répondu à ma question, à savoir pourquoi dites-vous "ne joue surtout pas la maman" ?
      Merci !
      Cordialement

      Supprimer
    2. Castrophique dans la majorité des relations... Votre partenaire est-il votre enfant ? Non ! Lisez cet article : http://www.attitude-coach.com/2014/04/masculin-et-feminin-comment-se.html
      Et consultez un psy pour vous comprendre, connaître. Cdlt

      Supprimer
  25. Votre article est flou plus ou moins narcissiques plus ou moins pervers en bas de l'échelle le light.
    Je pense être narcissique mais pas en haut de l'échelle moi je moi je c'est moi parfois je me saoule d'ailleurs ! Lol et avec une tendance perverse cruel je peux être franche direct cash plutôt face à des personnes spychorigides dominatrices machos moi je sais tout vous êtes nulle .
    Au début je fais de la spycho phylo et si l'autre me provoque exprès je le crucifix je suis cool mais ta un moment faut remettre l'autre à sa place .
    Face à des p.n. trouble de la personnalité je parle pas de tendance.
    Là c'est l'enfer ils sont vraiment à la masse mytho parano incapable de communiquer de façon claire et constructive.insinuation allusion tjrs peu flatteuses injonction induction contradiction flou paradoxe .
    Froid calculateur aucunne empathie aucunne sensibilité aucunne humanité envers autrui sauf par stratégie,lâche ,boudeur ..
    Un conseil barrez vous ils sont fous .
    Ils parlent mais ils font rien tjrs des excuses à en plus finir .
    Je pense que si on a pas empathie pr autrui il est impossible d'être en relation avec autrui
    Relation intime sans affection sans amour où c'est constamment des rapports de forces chantages menaces manipulations constantes ou l'autre veut tjrs dominer et aime les conflits voir l'autre souffrir c'est invivable à moins d'être maso.
    Plus ou moins plutôt et avec empathie pr l'aute
    Un trait de personnalité comme vous dites c'est pas un trouble de la personnalité c'est différents eux ils sont percher et incapable de se remettre en question sans cela il est impossible de progresser d'evoluer et d'apprendre de ses erreurs et des autres.
    Les p.n. sont figés jeunes vieux ils restent de gros idiots des enfants tyrans ds des corps d'adultes critiquant tout le monde constamment et pleurnichant sur eux les pauvres !!!!
    Un introverti avec une extraverti ça fonctionne plutôt bien .
    Tjrs des tendances ....
    Le vrai narcissique est lourd est le pervers très toxique invivable .
    Ils vous bouffe vous envahis vous harcelés et très jaloux pr rien .Trop curieux .Un boulet quoi !

    RépondreSupprimer
  26. Bonjour Candy, cet article parle d un narcissisme légèrement teinté de perversion. D autres articles du site abordent le PN et le trouble narcissique. Il y a toujours des degrés dans les pathologies.
    Merci pour ce commentaire.

    RépondreSupprimer
  27. Bonjour,

    Voilà 8 ans que je partage la vie d'une femme manipulatrice. Notre relation a commencé sous le signe de la violence. Durant la grossesse de notre première fille (cela faisait à peine trois mois que nous nous étions rencontrés), l'ambiance a déjà commencé à devenir lourde au sein de notre couple : cris, insultes, rabaissement, tout cela de sa part. Son explication : ses hormones qui lui commandaient de me détester. N'y tenant plus je lui ai dit de s'en aller. Son frère vient chercher ses affaires et me frappe. Elle me laisse là, seul, groggy dans l'appartement et s'en va. Je me suis pourtant accroché à cette relation, ne pouvant admettre que notre fille n'ait pas de père. Se faisant mes parents et ma sœur ont refusé notre mariage et ne sont pas venus à la cérémonie, ni à la naissance de ma fille. J'ai accepté de défendre ma femme contre eux, malgré tout ce qui s'est passé. Mais se faisant durant plus d'une année j'ai été totalement isolé et notre relation n'allait guère mieux. Toujours des crises, tous les un à deux mois, pas le droit d'émettre un quelconque avis, ignorance de mes propres besoins, bref Madame faisait ce qu'elle voulait comme elle voulait, que je sois d'accord ou non. Une fois encore j'ai accepté, m'excusant à chaque dispute qu'elle lançait, sans qu'elle n'exprime la moindre excuse. De toute manière tout était toujours de ma faute. Nous avons continué ainsi, cahin-caha, puis est venue notre deuxième fille. Ma femme a alors manifesté le désir de reprendre une formation. Je n'étais pas d'accord, elle l'a quand même fait. La situation financière qui était déjà très préoccupante est carrément devenue catastrophique. J'ai été sollicité toutes les aides possibles pour nous en sortir, les choses ont repris peu à peu après bien des difficultés. Je l'ai soutenue durant toute sa formation, l'aidant pour ses examens, rédigeant son travail de fin d'année, acceptant la présence de sa tante qui gardait nos enfants la journée (payée, nourrie et logée), assumant le reste le soir vu qu'elle travaillait quasiment tous les soirs. La tante étant vraiment difficile à supporter (notre appartement était son appartement), alors j'ai dû exiger son départ. Après bien sûr une nouvelle dispute qui s'est soldée par une énième semaine de "tirage de gueule" (grande spécialité de mon épouse) et de nouvelles excuses de ma part. C'est bien là sa spécialité : je fais la tête, je t'ignore, le temps que tu n'en puisses plus et que tu viennes t'excuser pour des choses que j'ai moi-même commises. Ca marche à tous les coups. Jusqu'à ce que la dite tante redébarque, virée une fois de plus de la chambre qu'elle occupait chez une dame. Ma femme exige que nous la reprenions chez nous. Je refuse. Elle me dit : "Fous le camps". Ce que j'ai fait, pour mieux revenir 3 heures plus tard, incapable de renoncer à mes enfants qui sont si précieuses à mes yeux. Il est vrai que durant ces 3 dernières années nous avons liés des liens très fort, surtout que leur mère ne s'en est que peu occupé. Je suis devenu le papa-maman, mais j'adore ça. Ma femme me traite de femellette, me dit que je ne suis pas un homme, mais fait tout pour m'empêcher d'assumer mon rôle d'homme : aucune prise de décision, tâches ménagères dévolues à moi, c'est même moi qui console les enfants. Il est vrai que la compassion ce n'est pas son truc. Généralement elle se la joue dur : arrête de pleurer, ça va passer. Je prends peu à peu conscience de sa personnalité complexe. Parfois je lui cherche des excuses : elle a été victime toute sa jeunesse de mauvais traitement, baladée de foyers en foyers (toujours dans sa famille), violée. Je me dis qu'elle reproduit ce qu'elle a vécu. Mais je ne me sens plus en sécurité non plus. Hier soir elle paraissait être sur le point de me frapper. Et que va-t-il advenir de nos enfants ? Je n'ai pas envie de les laisser dans cet enfer...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, que ce témoignage est lourd. Monsieur, prenez rendez-vous avec une assistante sociale et un avocat, le seul moyen de vous sauver avec vos filles de cet univers destructeur dans lequel vous sombrez lentement.
      Il y a bien autre chose que le narcissisme chez votre compagne.
      La violence qu elle dégage signe un autre trouble que le PN qui ne devient violent que dans l extrême et lorsqu'il perd tout.
      Bon courage et cherchez les solutions pour sortir de cette prison familiale pour vous et vos enfants. Bon courage

      Supprimer
    2. Merci beaucoup pour votre réponse. Je suis un peu perdu, je l'avoue. Pas facile de faire le deuil de toutes ces promesses que j'ai cru pendant 8 ans. Et difficile aussi d'échapper à l'emprise séductrice de mon épouse. Je la craint autant que je l'aime, c'est étrange comme sentiment. Les jours qui viennent seront assurément cruciaux.

      Supprimer

Merci de ne pas employer de propos racistes, orduriers, ni le style sms ou texto. Merci également de vérifier l'orthographe ! Les commentaires sont modérés (contrôlés), ils n'apparaissent pas de suite.Les commentaires doivent décrire une expérience de vie, votre comportement, vos ressentis pouvant servir aux lecteurs et lectrices de ce blog.

Pas de publicité personnelle ! Merci de me contacter via mail si vous désirez une parution