mardi

Conseils pour dédramatiser un jour chagrin, un coup de blues

Un petit article, déjà publié sur ce blog, positif pour ne pas s'enfermer dans un coup de blues ou vivre cela comme une catastrophe.
Quelques conseils sur le comportement à adopter.

Hier était un jour baigné de bien être, d'énergie, la vie vous semblait merveilleuse !
Joyeux sous la pluie


Ce matin, un autre registre émotionnel vous submerge : spleen, doute, envie de rien etc...
Ce mal être  vous rend morose avec une tendance à le dramatiser...

Pourquoi ?

Plusieurs causes à cette chute brusque de moral, le faisant passer du rose au gris.

 - L'être humain n'est pas linéaire, subissant ses hormones, la biologie nous noyant parfois dans des états incompréhensibles.

Les femmes y sont plus enclines que les hommes....
 - Certaines personnes sont cycliques, plus émotives que d'autres et ceci sans raison, enfin sans raison apparente.

Quelques conseils pour dédramatiser 

Réfléchissez un peu : auriez-vous occulté une petite contrariété, le déni de l'instant du "petit truc dérangeant" re-surgit parfois abruptement !
 Un mauvais rêve peut "troubler" par sa d&charge émotionnelle !

Sachez le un petit rien  suffit pour que le moral baisse !

Je ne vais pas dresser une liste de ces petits riens associés au coup de blues elle serait trop longue et surtout trop exhaustive.
 En gros : contrariété amoureuse, professionnelle, quelqu'un semble vous ignorer, une invitation  ou une occasion ratée, sensation de ne pas avoir été à la hauteur de... culpabilité, honte de...colère rentrée, météo pluvieuse, ras le bol etc...etc...
vous d'identifier la cause de ce coup de blues...si il y en a une !!!

  Nous réagissons toutes et tous de façon différente à la même situation.

C'est ici que la réaction à ce "matin chagrin" votre capacité à dédramatiser fera la différence.
Plus clairement : votre attitude face à ce coup de blues dépend de ce que vous êtes, de votre psychologie.

- Si vous êtes du style à noircir la moindre chose, à l'amplifier, la ruminer, votre moral au fil de la journée s'assombrira, la courbe de votre humeur plongera dans des abîmes de questionnements sans réponse.
Vous serez "infernalement" grincheux(se) et/ou d'une tristesse accablante, tous ces joyeux états d'âme assortis d'une peur de déprimer longtemps...si vous avez déjà connu des périodes de déprimes.

Stop !
Adoptez une attitude plus objective : "ce n'est qu'un jour sans un moral d'enfer" demain ira mieux.
Si vous avez découvert la cause tant mieux, analysez-la et surtout prenez du recul en dédramatisant l'origine du mal être, qui a priori, ne change rien à votre vie.



Le danger le plus fréquent rencontré par un stressé/inquiet c'est l'anticipation : et si...faudrait que...

La situation n'est pas périlleuse, c'est l'idée que" peut être" il pourrait se passer ceci, à force de rumination l'idée devient certitude que oui vraiment demain sera catastrophique.

Moralité ce jour sans, acceptez-le pour ce qu'il est : "sans", votre mélancolie, vos mauvaises humeurs laissez-les passer, glisser sur vous comme le vent.


Ne confondez pas  :
coup de blues très bref 
et dépression,
 petite contrariété avec remise en question fondamentale de votre être, et puis 
il ne s'agit peut-être que d'un caprice d'enfant frustré...??? 
Souvenir, souvenir !

Donnez-vous le droit de bouder ce jour qui ne vous convient pas.


Cet article s'adresse aux femmes comme aux hommes, parité totale !

Retrouvez-moi sur FB 
Me consulter en cabinet sur Gassin

Pour un entretien par Skype, mail ou par téléphone
les informations sont sur le menu "contact"



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de ne pas employer de propos racistes, orduriers, ni le style sms ou texto. Merci également de vérifier l'orthographe ! Les commentaires sont modérés (contrôlés), ils n'apparaissent pas de suite.Les commentaires doivent décrire une expérience de vie, votre comportement, vos ressentis pouvant servir aux lecteurs et lectrices de ce blog.

Pas de publicité personnelle ! Merci de me contacter via mail si vous désirez une parution