jeudi

Dépendance affective, amour... Est-ce compatible ?

2, tout simplement !
Amour et dépendance affective sont-ils compatibles ?
Peut-on être dépendant amoureux et aimer ?
Réponse sibylline  : oui et non !

Oui, un dépendant affectif aime mal, égoïstement, mais il aime.

Pourquoi ?
La compatibilité dépend de la personnalité de l'autre, de l'acception ou non de la dépendance amoureuse du, de la partenaire.
Un dépendant aime, mais *il,elle aime mal et dans la souffrance.

L'amour,
magnifique élan vers l'autre,
parant de rose les plus infimes gestes du quotidien.
L'amour,
se vit dans le partage, l'écoute, l'échange et la complicité,
s'auréole de tendresse.
L'amour c'est cela, et bien plus encore, enfin dans l'idéal !

Car dépendance affective ou pas, un couple doit trouver l'équilibre en composant avec l'identité de l'autre.

Pour certaines personnes la relation s'articule dans le pouvoir, la domination.
Car, il y a de cela dans la dépendance amoureuse :
un désir, plus ou moins conscient, de pouvoir sur l'autre !

La dépendance affective :
 une prison mentale dans laquelle l'autre doit respirer au rythme des angoisses du dépendant.
Complexe n'est-ce pas ?
demande une bonne dose d'adaptation et une énorme de tolérance...

Quand l'amour devient souffrance par dépendance, ou peur de l'autre, (le, la partenaire d'un dépendant affectif pour vivre dans une peur de ...)
les valeurs, sentiments et émotions
Amour figé !
citées plus haut se métamorphosent
en grisaille, cris et chuchotements
sur le mode de la complainte permanente, ou presque, exprimée ou non.
Que devient le sentiment amoureux fait de plaisir,
 de contentement, de partage et de liberté ?

Quand demander sans cesse à l'autre:
" tu m'aimes, qu'ai je fait pour te déplaire, tu vas me quitter ?"
"Où étais-tu, ah non, tu ne peux pas me laisser ?"
Etc...etc...

Autre attitude :

Le dépendant ne dit rien mais "montre" par un comportement particuliers son déplaisir.
Le, la partenaire se sent impuissant.
Il, elle encaissera...un peu, beaucoup !

Pour le dominant décrit dans cet article, il s'agira au bout d'un temps de jouer sur ce registre :
" avec tout ce que je fais pour toi, tu pourrais, devrais"
Nous rentrons là dans la ronde infernale du "dénigrement" de l'autre,
culpabilisant, dévalorisant.

Est ce de la dépendance ?

Qui l'exprime, le dépendant ou l'autre ?

Les deux parfois.
Le dépendant qui ne se sent pas assez "écouté" "aimé"...
L'autre qui sature de dire, faire en vain...

Ce comportement peut s'installer créant tension, frustration
Amour perdu !
Pour le partenaire : à force de critiques, d'humiliation, une forme de dépendance auréolée de peur tisse autour de l'individu qui ne sait plus que faire pour rassurer,
un cocon de protection muet...Le partenaire se replie en lui-même ce qui suscite l'angoisse du dépendant.

Le (la) dépendant(e) n'existe qu'à travers l'autre, son identité fragile se teinte
des humeurs des partenaires faussement interprétées.
Et dans sa peur il s'emporte, injurie, critique, manipule etc...
Le couple s'enferme dans un cercle vicieux.

Oui, dépendance affective et amour ne sont pas incompatibles...mais,  ce mais est de taille : l’épanouissement ne domine pas la relation

Quand la peur de l'abandon mène le bal, l'amour se vit
dans la douleur, vous perdez votre but, celui d'être "bien" tout
simplement.
Le dépendant s'enferme dans la souffrance et la peur de l'abandon.
Le, la dominé(e)  se replie sur lui, elle, envahi(e) par le chagrin.

Mais qui est réellement le "dominé" dans ce style de relation ?

La personnalité fera la différence.
Acceptation ou non d'être celui, celle de qui dépend l'équilibre de l'autre.
C'est, le plus souvent, un pari perdu d'avance, car justement, le danger pour le, la partenaire d'un dépendant est de se perdre dans un rôle voué à l'échec tant que l'autre ne soigne pas son anxiété.
Oui anxiété, la dépendance est une addiction, un symptôme anxieux
parmi d'autres.
Amour serein et libre !

Ces deux êtres oublient la notion de choix, pour l'un "guérir" de l'angoisse d'abandon.

Pour l'autre, peut être soumis à cette frustration de ne jamais "rendre heureux l'autre" se rajoute une perte de confiance en soi, si l'identité est fragile.

 Les conséquences  pour un(e) partenaire :
soit il, elle se coupe de l'envie de vivre en  ne se dégageant pas d'une relation très négative,
soit il, elle trouve dans cette dépendance de l'autre un moyen de se rassurer,
soit il, elle rompra pour retrouver un sentiment de liberté !

La dépendance c'est  l'annihilation de deux êtres égarés dans
un amour clos, arbitraire et en souffrance.

L'amour mérite mieux que cela et vous aussi !

****Je propose des séances par téléphone ou Skype:
Allô, une psy à votre écoute,
 le mode d'emploi est ici

Psychothérapeute comportementaliste, diplômée, agrée

Un rendez-vous en cabinet si vous êtes dans le Golfe de St Tropez

www.psychotherapie-laurence-rigody.fr

Retrouvez moi sur FB et aimez ma page

* La dépendance est aussi bien féminine que masculine

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de ne pas employer de propos racistes, orduriers, ni le style sms ou texto. Merci également de vérifier l'orthographe ! Les commentaires sont modérés (contrôlés), ils n'apparaissent pas de suite.Les commentaires doivent décrire une expérience de vie, votre comportement, vos ressentis pouvant servir aux lecteurs et lectrices de ce blog.

Pas de publicité personnelle ! Merci de me contacter via mail si vous désirez une parution