mardi

Fille/mère quand la relation se teinte du pardon



Fille/mère : quand la relation se teinte de pardon

Haïr ou aimer ? Vivre cachée ou libre ? Un choix adulte s'impose.

Après l'article sur la relation fille/mère qui vire à la haine, cet article aborde la relation fille/mère  sous le signe du 

« pardon »

Que signifie «pardon », « pardonner » et est-ce possible ?

      Le « pardon » doit s‘ interpréter dans le sens de « compréhension » et de « paix"

Précision, il n’y a pas de solution « prêt à porter » en psychologie, rien n’est obligatoire, rien n’est formaté, si ce n’est le poids social, qui contraint de se conformer à des normes.

La décision de pardonner, comprendre, doit être personnelle et rien que personnelle, individuelle en fonction de soi-même et seulement de cela. 

Ce désir de comprendre est une étape première pour entamer un rapprochement. 

Le plus important  dans cette décision est :

de faire la paix avec soi-même, pour enfin prendre sa propre vie en main en cessant de vivre celle de la mère.

Pardonner pour grandir, devenir plus femme, en accord avec soi-même et se libérer en acceptant un passé douloureux.

Rien ne contraint à pardonner.
Une condition : en assumer le choix.

Comprendre le comportement d’une mère quand elle ne fut pas la mère souhaitée, quand elle fut violente, "abandonnante", absente, comment est-ce possible et cela sert à quoi ?

 Car pour « pardonner » il faut comprendre ce qui motiva une mère d’abandonner un enfant, d’être trop rigide, pas démonstrative etc…

Une évidence : un enfant aime ses parents, à besoin de sécurité, d’un cadre rassurant, un enfant pardonne facilement.

Pourquoi « pardonner » ?

Avant de pardonner, il s'agit de comprendre ce qu'est la haine, les problèmes en découlant avec, parfois, des symptômes psychiques, des somatisations et une incapacité à vivre sa propre vie, à se détachant d'une image maternelle envahissante.

L'amour conduit parfois à la haine et dans cette relation fille/mère ce paradoxe se décline ici dans une douloureuse réalité.

  • La haine empoisonne l’existence du haineux, bien plus que de la personne haïe.
  • Une fille haïssant sa mère, ne s’aime pas puisque elle rejette cette part d’elle-même, elle n’apprécie pas d’être femme.
  • En général, il y a dans ce rapport un attachement fort à l'image maternelle, une fixation inhibant le développement personnelle.
  • L'identité reste fragile car trop imprégnée du rejet "surtout pas comme elle" 
  • La haine ouvre la porte de la frustration, de la colère
  •  Le chemin de vie risque d'être épineux pour elle-même et son entourage.
  • La haine conduit toujours, du moins tant qu'elle domine, à une forme d'auto-destruction, à l'auto-flagellation et ancre dans un passé ruminé en récurrence.
  • L'échec accompagne, souvent, la haine qui fait le lit de la haine de soi-même
  • La culpabilité rôde, car paradoxalement il n'est pas dans la nature d'un enfant, la fille  devenue"grande"  de haïr une mère
Comment comprendre ?
En parlant avec la mère, en insistant sur le besoin de savoir ce  qui provoqua son comportement.
      Que vivait la femme à cette époque là ?
      Oui, la femme car une mère reste une femme.
      Quel rôle joua le père ?
      Quelle est l'histoire de la mère, son enfance, éducation etc. ?
Quel fut le poids de la société dans une décision d'abandon ?
Précision sur l'abandon : qui n'est pas le fait de laisser son enfant devant une porte.
Une fratrie séparée en cas de divorce, l'un ou l'une au père, l'autre avec la mère provoque ce même sentiment d'abandon, comme une vie en internat, comme l'absence trop fréquente des parents.
Et bien sûr, il y a l'abandon en institution car la mère, seule en général, ne peut pas pour x raisons élevée un enfant.
Ce sentiment d'abandon s'installe sournoisement car l'enfant ne se sent pas entourée, pas aimée, pas intéressante etc...
       Si elle fut violente, dévalorisante, lui demander pourquoi ?
       Où était le père, quel rôle eut-il ?

Pour les autres profils de mère du précédent article sur la relation fille/mère, il sera plus facile de pardonner.
 Ce que l'ado, la jeune fille détestait chez cette mère, la femme l'intégrera en cessant de rejeter une part d'elle-même.

Mon conseil : essayez de comprendre cette femme, votre mère, faites le maximum pour
cerner des faits. 
Éventuellement se mettre à la place de la mère, par empathie, peut aider à comprendre. 

Faites le pour vous, surtout pour vous
en comprenant le sens du "pardon" qui doit vous libérer de la haine tout, 
de tout le monde 
et 
de vous-même,
 qui "subissait" une éducation, un environnement.

Ce pardon amènera, peut-être, un rapprochement et si tel n'est pas le cas, il doit vous ouvrir les portes du futur,le votre pour, enfin créer un demain dont vous serez la principale interprète.


Le chemin sera, peut-être, long avant de parvenir à cette délivrance.
Se  décoller de cette vieille peau  qu'est la haine demandera des ajustements, suscitera des doutes, mais ce voyage vers vous-même en vaut le coup.
La haine, est, restera une prison mentale sans avenir
!

Aujourd'hui, vous avez le choix d'aimer ou non cette personnalité maternelle.
Vous avez une obligation envers vous-même,
celle de vous "aimer" chaque jour un peu plus et plus encore si vous êtes mère.

Quand le pardon succède à la haine,
la personnalité peut éclore.


Avertissement : cet article est informatif, généraliste et ne peut se substituer à une consultation avec un professionnel

INFORMATION : Bonjour, vos histoires m'intéressent. Pour une émission de témoignage sur France 2, nous sommes à la recherche de femmes étant en conflit avec leurs mères. Si vous souhaitez que nous en discutions ensemble :nina.jacob@reservoir-prod.fr - 01 53 84 31 24 


Retrouvez-moi sur FB
Me consulter en cabinet 
Me consulter par téléphone/Skype ou mail, les infos sont ici :

2 commentaires:

  1. Bonjour,
    Je viens de découvrir que je suis dépendante affective,mon mari est parti depuis 1 an ( il a une relation extra conjugale ) et je souffre énormément, je comprends pourquoi maintenant ;mon mari est aussi je viens de le comprendre un dépendant affectif ( toujours la peur de ne pas être aimé - il aime qu'on l'aime dit il) .
    Il n'a jamais eu d'autorité sur notre fille et lui a toujours tout passé, de peur qu'elle ne l'aime plus.
    Je suis suivi depuis peu par une psychologue et les séances sont très difficiles à vivre.
    J'aimerai faire entendre et comprendre à mon mari, les réactions que j'ai pu avoir durant nos 28 ans de vie commune ( dépendance affective que je ne connaissais pas en moi suite au décès d'un grand frère et je suis arrivée après ).
    Et qu'il revienne à la maison .
    J'ai besoin de votre aide et de vos conseils.
    Je vous remercie par avance.
    Cordialement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, le message précédent vient d un prénom masculin bien qu écrit au féminin... Bref, mon accompagnement et conseil ne se fait que dans le cadre de consultation par Skype ou téléphone. Les commentaires sont des témoignages et seulement cela. Pour me consulter reportez vous au menu. : Mode d emploi du site. En premier lieu il serait sûrement judicieux de parler à la personne en question et à votre psychologue puisque vous êtes suivie. La dépendance est-elle vraiment la cause de la séparation ?
      D autres facteurs sont souvent présents. Cdlt

      Supprimer

Merci de ne pas employer de propos racistes, orduriers, ni le style sms ou texto. Merci également de vérifier l'orthographe ! Les commentaires sont modérés (contrôlés), ils n'apparaissent pas de suite.Les commentaires doivent décrire une expérience de vie, votre comportement, vos ressentis pouvant servir aux lecteurs et lectrices de ce blog.

Pas de publicité personnelle ! Merci de me contacter via mail si vous désirez une parution