samedi

Le bal de la Saint-Valentin...les invisibles de l'amour.

Saint Valentin ou fête des amoureux !
Cette année "covidienne" la dessine comme un bal d'invisible.
Le bal de la Saint-Valentin

                       Cette année "covidienne" la dessine comme un bal d'invisible.

Tous mes vœux de bonheur aux amoureux, à ceux se connaissant depuis...un long moment et aux autres !

Pour les célibataires, ou ceux éloignés par la force des circonstances la Saint-Valentin éclabousse d'un goût amer du désir de l'autre.

En cette période croiser l'autre, entre confinement, couvre feu et masque devient un exercice exigeant volonté, ténacité, opportunité et goût de l'inconnu sans oublier la chance de...

Rencontrer l'autre n'est jamais un exercice simple.
Qui est-il ou elle, son caractère, question à laquelle se rajoute aujourd'hui cette autre interrogation :
qui se cache derrière le masque, à qui ressemble-t-il ou elle ?

Nous nous avançons tous avec un masque, même en période sans virus.
Montrer le meilleur de soi-même en jouant un peu, beaucoup etc...
Les timides, méfiants risquent de se refermer sur eux-mêmes.

Evitez de vous résigner en renonçant à une rencontre.

Aujourd'hui le masque, s'il peut ajouter de la séduction et du mystère, couplé à une personnalité ambiguë risque soit de réserver un belle surprise, soit provoquer une immense désillusion.

Il y a comme une notion d'invisibilité, que fait l'autre, pense t-il ou elle à moi ?
 excitation, angoisse, jalousie...tout dépend de ce que vous êtes, du type de relation établie.

Sans oublier les couples séparés justement à causes de ce qui est cité ci-dessus, ces amoureux là vivent une frustration quasi quotidienne, je pense aux étudiants déjà en situation déséquilibrée, lorsque la distance s'y ajoute tout devient plus aléatoire et sujet à questionnement.

Une relation vraie résistera à ces étapes de "on se voit" "on s'éloigne" indépendante du désir de chacun.
Une très nouvelle histoire aura sûrement plus de difficulté à acquérir une vitesse de croisière.

La saint Valentin, ce cadeau d'amour à l'autre sera justement "VOUS" bien plus essentiel que la chose offerte, ceci ne dispense de cela.😉

Pour les couples, majoritaires dans cette saga,
 enfin je vous le souhaite, 
vivant sous le même toit,
 l'hyper-présence de l'autre peut générer de la tension, télétravail, couvre-feu, peu,  les enfants, très peu de loisirs sont autant de sources de conflits qu'il faut apprendre à alléger.

Mon conseil, 
faites la trêve de la *Saint-Valentin* profitez de ce présent pour vous rapprocher, faire la paix et mettre de côté les reproches et autres comportements délétères.

Je vous renvoie à cet article sur l'histoire de la Saint-Valentin, sur ce personnage qui fut un martyr.

Clin d'oeil de l'histoire, peu sympathique il est vrai, 
semble dire :
aimer demande de souffrir un peu et de peut-être donner plus !
Acceptez la part d'inconnue de la relation, de ce qu'est le, la partenaire, transformer la frustration en patience que l'éloignement ou le manque renforce vos sentiments.

Aimez-vous comme vous le pouvez, mais aimez-vous tout simplement. quel que soit votre type de relation.


Me consulter en cabinet
Me consulter par téléphone/Skype ou mail, les infos sont ici : 

Râler, rouspéter sans cesse ou accepter ? Mode d'emploi

Râler et rouspéter sans cesse ou accepter ?
Le stress provoque un isolement...

Quels sont les avantages et inconvénients à râler sans cesse ?
Mais, entre râler une fois et rouspéter sans cesse les conséquences sont autres.
 Rouspéter un peu :
Admettons que cela vous aide à "décharger" vos frustrations dégénérant en colères.
Râler sans cesse :
Installe une anxiété permanente, une insatisfaction envahissante avec des idées très négatives faisant perdre la réalité de ce qui est vraiment et ceci vaut pour toutes les situations de la vie, covid ou pas.

Vous râler d'être coincé à la maison dès 18h, de ne plus voir des amis(es), de ne plus vous attabler autour d'un verre ou de fréquenter tels ou tels restaurants.

Vous rouspétez pour tout ce qui ne vous convient pas, votre vie en manque de liens sociaux, de ce contexte jugé trop contraignant, votre partenaire en retard, sur ce que vous devez faire etc.etc...la liste est longue des récriminations quotidiennes.

INFO : en suivant les liens de cet article vous trouverez de mode d'emploi complémentaire de la TCC

Limités, à moins de totalement transgresser ce qui est ! et là aussi c'est un choix à assumer.
Si, cela vous apporte une tranquillité d'esprit, libre à vous de le faire.

Ah, vous râlez encore : "pas si simple"

C'est un choix !

Ok, mais vous avez le choix d'accepter.
Je vous imagine râler, refuser ce verbe "accepter" rien qu'en le lisant.

Vous continuez à rouspéter cultivant un stress pernicieux, si vous êtes déjà stressé, anxieux vous risquez de vous enfermer dans état anxiogène qui, soyons objectifs, ne changera rien à la situation.

Notre gouvernement est-il liberticide ?
Non, c'est ce virus l'ennemi, les mesures prises le sont pour justement sortir de cette pandémie. 

Le refuser n'amplifie que le problème, à tort ou à raison tous les gouvernements ont opté, privilégié le sanitaire.

Accepter changera quoi ? 
Canalisera le stress, rendra plus "vivable" en famille, évitera les coups de blues durables, voire le burn-out ou un épisode dépressif si vous êtes déjà un anxieux.

Comment faire ?
Modifier vos cognitions (système de pensées)
Posez les avantages concrets à votre style de pensées : elles vous rassurent ou angoissent, vous apportent un mieux être etc. etc.
Idem avec les inconvénients, notez vos émotions, votre état physique, vos somatisations,
le sommeil, la mémoire etc.

Prenez le temps de réfléchir ! en vous posant ces questions
Dans quel "état" vous sentez-vous au top  ou pas ?
Râler vous donne-t-il une bonne image de vous-même ?
Concrètement cela modifie  la situation  ou pas?
Vos relations familiales se colorent en rose, gris ou noir ?
Vous sentez-vous isolé(e), incomprise ?
Ces ressentis sont-ils exacts ?

Nous sommes d'accord sur ce point, la situation n'est guère jouissive, nous sommes des milliard à vivre des restrictions à divers niveaux.

Et, trop ruminer sur le sujet ne fait que le dramatiser en donnant une sensation de "non fin",
ce qui est faux (à mettre en pratique pour différentes situations)
Ce moment désagréable de manques divers et variés cessera, alors ramenez le à ce qu'il est !

Gardez le sourire, riez, donnez vous le droit d'exprimer une lassitude sans sombrer dans le psychodrame.

L'acceptation aide à assumer une situation difficile, permet d'avoir du recul et de se détendre en relativisant votre situation personnelle dans le contexte, car méfiez-vous d'une tendance à vous écarter des autres !

Pour vous détendre ou apprendre à le faire suivez ce lien pour y découvrir des liens audio et des techniques de respiration, relaxation etc.

Suivez-moi sur FB
Me consulter en cabinet
 Me consulter par téléphone/Skype ou mail, les infos sont ici :


mercredi

L'art de s'ennuyer sans ennui. Mode d'emploi.

L'art de s'ennuyer sans ennui. Mode d'emploi

L'ennui à dompter !


Covid, covid et le temps.
Le temps reste une notion difficile à cerner n'étant pas le même pour tout le monde.

 Celui-là nous en laisse du temps pour ruminer, songer, batailler et s'ennuyer du temps qui passe si lentement qu'il en devient agaçant, perturbant et sans fin.

Télétravail, couvre-feu le chez-soi devient enfermement, la maison qui se doit d'être le havre de tranquillité, de rassurance, le cocon douillet dans lequel se retrouver en solo, couple, enfant(s) se métamorphose en source de stress et d'un ras-le-bol de tout et tout le monde !

Autre situation en solo si vous ne travaillez pas : le canapé sur lequel vous comptez les secondes s'égrenant dans une lenteur mortifère semant un parterre d'ennui.
Alternative : utiliser le silence en un moment méditatif
Frustration, procrastination, tristesse et un ennui très ennuyant parsemé d'un zeste de "envie de rien, envie de tout" !

Stop !
Ennui à utiliser pour se faire du bien.

  • Acceptez de vous ennuyer un peu, une journée à ne rien faire, deux journées ok, au delà vous risquez l'angoisse;
  • Calé(e) dans le canapé, au lieu de plonger dans des idées anxiogènes, laissez flotter votre esprit vers des souvenirs agréables en les visualisant.
  • Vous avez le droit de rêvasser !
  • Ou/et concentrez vous sur un bruit, un son en le détaillant, notez vos émotions.
  • Dehors, alors là forcez vous, mais sortez que vous habitiez en campagne, en ville il y a toujours des lieux à découvrir, baladez vous une heure pour dopez les endorphines, l'air frais revigore.
  • Lisez, jardinez, faites la cuisine, bricolez... autrement dit occupez vous, parfois à à ne rien faire.
  • Prenez le temps, vous savez cet éloge de la lenteur qui siffle à vos oreilles "Oui, mais je fais comment ?"
  • Par exemple, évitez de faire dans l'urgence et surtout de pensez que vous êtes obligé(e) de faire tout vite puisque le temps est votre ami.
  • Vous êtes votre seul(e) et unique censeur, l'autoflagellation n'aide pas !
  • Râler un peu, vous en avez le droit, râler beaucoup et trop souvent sur une situation pour l'instant "inchangeable" ne fait que l'alourdir encore plus...Question de choix cognitif ! A modifier je vous prie.
  • Souriez à votre coeur, un petit exercice de détente pour s'aimer chaque jour un peu plus. 
  • EX : dans le canapé, confortablement installé(e), yeux fermés, respirez lentement, concentration sur le coeur que vous nimbez de rose, ressentez ses battements et souriez lui...10/15mn
  • Chaque jour ressemble au précédent qui sera comme celui de demain, même routine...oui, je sais combien ce contexte est lourd. Mais, il ne s'agit que d'un passage à durée déterminée, votre vie en suspend maintenant reprendra son cours et vous râlerez alors " j'en ai marre, je manque de temps."
Appuyez vous sur ce temps complexe à gérer pour vous faire du bien !
Ennuyez vous sans ennui pour tout simplement vivre mieux l'instant présent.




Me consulter en cabinet:
Me consulter par téléphone/Skype ou mail, les infos sont ici :

Quand l'amour se décline en différence d'âge. Discours croisés.

                
S'aimer avec une différence d'âge !


S'aimer alors que tout semble les séparer, l'âge, le parcours de vie.
Justement l'expérience, les épreuves créent une dynamique autre, celle de profiter pleinement de ce que la vie offre, ce cadeau inespéré qu'est l'amour.

Voici un premier article sur ce thème de l'amour et la différence d'âge, d'ici peu de temps j'aborderai cette thématique sous un autre angle.

Je vous présente deux histoires, dans l'une c'est elle la plus jeune, dans l'autre c'est lui !

Je m'inspire, pour écrire cet article, de couples reçus en thérapie, bien sûr ils ne se connaissent pas mais le fond de leur relation est, lui, très véridique.

Elle, la jeune femme c'est Marla, lui Adrien
De l'autre côté, lui Eric, elle c'est Gaëlle

Fuyons les clichés, l'homme plus âgé n'est pas riche, la femme plus âgée non plus.

Nous avons tous besoin de sécurité, quelle que soit la différence d'âge, ce sentiment intrinsèque à l'être humain se manifeste dans une toutes les relations affectives.


Que cache ces relations ? 
 Sont-elles atypiques ou dysfonctionnelles, au vu d'une certaine "normalité" ou d'un "politiquement correct" sûrement paraissent-elles ambigües.

Découvrons, à travers un dialogue croisé, comment se vit au quotidien la relation à l'autre.

Discours croisés entres les quatre protagonistes.

Gaëlle à Marla :
 "raconte moi ce qui te plait chez Adrien ?"
" Marla ; "sa force tranquille "
et toi Adrien :
"Sublime, au début je luis rendais des petits services, j'ai craque au premier regard sur elle, mais pas certain du tout de la réciprocité "

Adrien à Eric :
 "toi qu'as tu vu en Gaëlle ?"
 "Elle tout simplement, si lumineuse, j'ai ressenti comme un choc et l'envie de la protéger"
Marla à Eric :
"tu te positionnes en protecteur ?" 
"Oui, elle semblait fragile et j'aime jouer le sauveur "
Marla toujours à Eric et Gaëlle :
"La différence d'âge homme plus jeune  me semble  difficile à vivre, le regard des autres et des proches pique parfois ?"
Gaëlle: "personnellement je m'en moque"
 et toi Marla: " tu le ressens comment ce regard d'autrui ?"
Marla ;"me dérangeait au début, peu à peu je m'y habitue, en apprenant à mieux connaître Adrien je m'y attache de plus en plus, sa gentillesse, ses attentions me réconfortent"
Eric :"notre histoire se vit  un peu en marge, non pour nous cacher mais pour la paix de l'esprit, nous sommes majeurs et vaccinés tous les deux"

Eric ;"mon coup de coeur pour Gaëlle fut un étonnement, je ne fréquente pas, des femmes plus âgées,  et pourtant j'avais  l'impression de la connaître depuis toujours"
Adrien à Eric : "on appel cela un coup de foudre !"
Gaêlle :"j'évite de me questionner sur le futur, par lâcheté ou peur !"

Tous les quatre en déduisent que l'amour prime sur le reste.

Marla "peut-on se projeter dans le futur malgré ces années de décalage ?"
Gaêlle "bien sur, à partir du moment ou le désir d'enfant n'est pas là ! "

Adrien et Eric "vivons l'instant présent, toute relation ne peut exister qu'ainsi" disent les hommes.

Marla : "Je vois en Adrien, non le père mais l'homme mûr sachant ce qu'il veut, il me rassure sur ce point là."
Eric ;"Gaëlle est tout pour moi sauf une mère, elle est bien trop libre et femme pour endosser ce rôle là, j'ai déjà une mère avec laquelle j'ai une excellente relation
."
Gaëlle à Adrien ;"si je comprends bien, notre expérience, notre passé, nous offre la capacité de vivre aujourd'hui cette relation à l'instant "T" sans angoisse particulière ? moi je la vis ainsi !
Adrien " je ne suis pas si serein car j'aimerais aller plus loin avec Marla, je m'adapte et j'ai bon espoir, je crois en sa sincérité.

Ils sont tous d'accord sur un point : 
l'amour est là, l'attirance aussi et le désir que se perpétue la relation, comme n'importe quel couple le souhaite.
Au quotidien ces amours se vivent sans s'interroger sur la différence qui ici crée la complémentarité😊

Faut-il une certaine sagesse pour s'engager, aimer un(e) plus jeune ou un(e) plus âgé(e) ?

Sûrement, l'homme plus jeune doit posséder une certaine maturité pour se sentir à l'aise car cette relation dans laquelle son rôle ou statut peut sembler paradoxal à la société l'oblige à
affronter le regard des autres sans honte, une maturité émotionnelle donc une bonne estime en soi-même garantie la sérénité face aux critiques.

Dans ces histoires :
 Gaëlle et Eric partagent des passions diverses.
Lui, Eric à l'aise dans son rôle de protecteur.
Gaëlle assume une différence
Marla rassurée par Adrien, sa présence apprécie sa culture
Adrien admire Marla pour ce qu'elle est, sa force fragile l'épate.

Pour répondre à la question du début de l'article :
"que cache ces relations" ? 
Elles existent sous la vibration du sentiment amoureux.
Oui, elles existent assez intensément pour ne pas pas sombrer dans l'ennui, pour ne pas s'endormir sur l'acquis de l'autre, elles restent "vivantes" quelle qu'en soit la durée.




Me consulter en cabinet 
 Me consulter par téléphone/Skype ou mail, les infos sont ici :

Année 2021, un chemin à découvrir.

Année 2021, un chemin  à découvrir !
Bonne Année à tout le monde



L'année 2020 se termine dans le repli, la frustration et l'incertitude.

Elle nous indique la superficialité de nos sociétés occidentales assises sur des paillettes, et des buissons d'épines puisque le pseudo "équilibre" repose sur de l'hyperactivité
Voyager juste pour voyager vite et en masse.
 Ne pas voir ni entendre au risque de n'avoir fait que "survoler" les sites visités juste pour dire : "je suis allée à..."
Voyager oui, de façon intelligente avec l'esprit de la découverte impliquant de prendre son temps.
Acheter pour se prouver que...
Flatter son Ego, montrer de soi une réussite ou pour faire comme tout le monde.
Et plus que tout elle dénote l'égoïsme narcissique d'enfants trop gâtés refusant la frustration et la difficulté !
Tout recevoir, donner peu, râler, critiquer.
Je décris ici une certaine frange de la population, riche, pauvre le débat n'est pas là, jeune ou plus vieux, voire très âgée !
Cette frange là n'admet pas les contraintes et il y en a...

Refus du changement...peut-être ?

On parle d'essentiel mais qu'est-ce ?
 Le vital soit "manger" un besoin dont dépend la vie !

Anxiété de perdre...angoisse de la maladie, les plus anxieux dramatisent, s'enfermant dans un "aujourd'hui" sans fin.

Réfléchir, penser par soi-même pour n'être pas dupe et construire solidement une identité en adéquation avec ce que nous sommes.

La défiance de tout génère de l'angoisse, le repli sur soi-même et renvoie à ses propres échecs déniés, refusés.
Il est plus confortable de rendre l'autre, les autres RESPONSABLES de tout que de se remettre en cause 😏

L'avenir nous narrera la suite !

Que nous raconte encore 2020 ?
 que l'écart se creuse entres pays riches et les pauvres qui le sont de plus en plus.
Qu'il y a une impérieuse nécessité à "repenser" un futur autrement, encore sous forme d'esquisse.

2020 se termine dans l'aridité, le vide avec toutefois une possibilité de prises de conscience 

Evitons de devenir un pays en voie de sous-développement.

Alors 2021 ?
Nous respirons tous dans l'espoir de jours plus heureux, ceux de l'échange, de la joie partagées,
des concerts, des feux d'artifices...de la VIE tout simplement.
Exister et cela nous le pouvons même dans ce contexte morose.
Nous vivons dans un pays libre  n'en déplaise à certains et j'espère qu'il le restera.

Je vous souhaite, en petit comité, un 31 décembre chaleureux, de l'amour, de la tendresse et un immense océan d'espoir.

Tous mes voeux pour cette nouvelle année !




Me consulter en cabinet
Me consulter par téléphone/Skype ou mail, les infos sont ici :