Affichage des articles dont le libellé est dépendance affective. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est dépendance affective. Afficher tous les articles

mercredi

15 conseils pour se libérer de la dépendance affective.

Voici 15 conseils pour se libérer de la dépendance affective.
Avertissement :
Ces conseils sont généralistes et ne peuvent en aucun cas se substituer à un suivi thérapeutique  avec un professionnel en TCC

Amour souffrance
Vous êtes dépendant affectif,
 au masculin ou au féminin, 
 vos doutes vous polluent au quotidien.
La dépendance amoureuse peut mettre en danger votre histoire.

Vous vous aimez, 
mais votre partenaire commence à étouffer et vous vous détruisez à petit feu dans ce manque de confiance en l'autre.
Vos questions permanentes le, la plonge dans des gouffres d'impuissance à vous rassurer.

Votre comportement se caractérise par un état permanent de manque.

Vous réclamez -comme l'enfant frustré- des preuves que "oui, il, elle tient à vous..."

Rassuré(e) sur l'instant, le doute insidieux revient très vite.


*Rapide explication  sur la dépendance affective
 Le (la) dépendant(e) recherche la fusion permanente, avec l'autre il (elle) existe.
Seul(e) il n'est rien...enfin il le vit ainsi.
La dépendance c'est le besoin de l'autre pour combler un vide.

Il ne s'aime pas, l'autre doit remplir cette mission.
Impossible !
Le hic : personne d'autre ne peut  vous apporter cette estime de soi-même
que vous même.
Le combat est donc perdu d'avance...si vous ne vous prenez pas en main.

Tant que la frustration, l'angoisse d'abandon dominent aucun(e) partenaire
n'habillera votre manque d'amour de vous-même

Rajoutons la culpabilité à douter et le cercle se referme sur lui-même.

Peut-on modifier un tel comportement ?
Oui.
En travaillant sur l'angoisse, le complexe du mal aimé etc...
Apprendre à s'aimer nécessite un vrai travail thérapeutique, long mais dont vous sortirez
libre d'aimer sans souffrir.
La dépendance affective est un symptôme anxieux.




Important :
acceptez d'affronter vos angoisses, vos peurs...lentement mais sûrement vous parviendrez à dépasser cet état d'attente et de frustration, cette sensation de n'être pas aimé(e)

15 conseils pour y parvenir.


A vos papiers et crayons pour mettre en pratique
         Notez en premier les mécanismes, automatismes à l'instant T
  • la situation
  • vos émotions
  • vos pensées  (voir cet article pour en savoir plus)

           Avant de modifier des comportements, il faut bien en repérer les mécanismes, un constat s'impose. A faire sur deux ou trois jours.

         Ensuite, sur un carnet notez votre défi ou objectif 24/24h à répéter bien sur :

"Aujourd'hui je décide de..."

         Pourquoi noter ? Pour constater vos progrès et ne vous jugez pas.



Soyez le plus objectif possible en vous centrant 
sur vous et non 
sur ce que fait ou pas l'autre.


L'objectif global : gagner en autonomie et amour de soi-même
Objectif quotidien ou plan d'attaque : se fixer un objectif 24h par 24h et s'y tenir.


  1. Attente : comment la combler ? Se poser la question permet déjà de moins stresser. Que puis-je faire pour m'occuper de moi ? Aujourd’hui je fais ceci ou cela
  2. Rassurer : que me faut-il pour être heureux(e) puisque l'autre ne parvient pas à me rassurer ? Quel rôle à cet autre dans mon existence ?
  3. Lien passé/présent : quelles émotions resurgissent pour me plonger ainsi dans l'angoisse ? manque d'amour reçu ou une éducation trop laxiste. Que cherche-je à fuir ou  à retrouver ? Est-ce réaliste ? Suis-je encore cet enfant en demande, en souffrance. Attention, vivre dans le passé occulte le présent.
  4. Ici/maintenant : recentrage sur l'instant par quelques exercices. Vous l'aimez aujourd'hui, restez sur cette idée. Attention aux anticipations négatives.
  5. Les oublis : que suis-je en train de négliger (amis(es), parents, travail) ? Faites en la liste et passer à l'action. Aujourd'hui je contacte...
  6. Culpabilité : crise de jalousie, questions sans fin = culpabilité = angoisse d'abandon décuplée. Aujourd'hui je décide de
  7. Victime ou bourreau :"victime" s'il, elle ne me donne pas ce que j'attends, bourreau parfois, selon le degré de frustration et ce qu'est l'autre. Que puis-je proposer aujourd'hui pour lui faire plaisir ?
  8. Accepter : le "NON" de l'autre qui sature de vos demandes, le, la partenaire vous aidera plus en refusant de répondre à vos angoisses. Aujourd'hui j'accepte la frustration. prenez du recul, réfléchissez afin de canaliser l'émotion.
  9. Le droit : je me donne le droit de faire, aujourd'hui, ce qui me plait
  10. Posez vous des limites : aujourd'hui je lui pose juste une question "je sais que tu m'aimes, mais j'ai besoin de l'entendre". Reformuler ainsi cette question s'allège
M'aime t-elle vraiment ?
   
11. Aimer : c'est partager, donner, recevoir, exprimer. Attention à la manipulation affective. Aujourd'hui je prends ce que me donne l'autre sans me poser de question ni le harceler

12. Empathie:  car aimer c'est également prendre en compte les désirs et besoins de l'autre, surtout ceux que vous n'appréciez pas...Soyez plus attentif(ve) à votre partenaire sur le fond, souffre-t'il ou elle de la situation ? etc... A vous de mettre en application.
Aujourd'hui "je décide de me pencher vers l'autre"
13. Vous faites tout pour l'autre : c'est votre partenaire de vie ou votre enfant, cet autre vous demande t-il de faire autant ? Non, vous en faites trop par peur, par besoin de contrôle sur lui ou elle. Aujourd'hui "je décide" de faire pour moi"
 14 . Séduction : surprendre par une modification de comportement, proposer l'insolite en affrontant une peur. Si vous êtes possessif(ve), jaloux(se) vous évitez la confrontation aux autres, à l'extérieur. Aujourd'hui je l'invite dans un restaurant branché (ceci n'est qu'un exemple) en me concentrant sur nous.
15. Patience : guérir de la dépendance exige d'avancer pas à pas, accepter des rechutes.
 Gagner en estime de soi-même mérite vraiment de s'aider et de se faire aider.

Nous, car une relation c'est un "Nous", constitué de deux "Je" 
Vivre à travers l'autre génère beaucoup de souffrance.
Aimer ne doit pas rimer avec souffrance.
Un partenaire à le droit et le besoin d'exister par lui-même. C'est également votre objectif.
S'aimer c'est s'accepter  avec ses qualités et défauts, connaitre ses propres limites, ne pas mettre la barre trop haut, ni trop bas et savoir donner/recevoir

Pour compléter cet article lire  :
5 conseils pour éviter la dépendance affective, un travail de prévention qui doit commencer dès l'enfance, peut se rattraper à l'adolescence et si la dépendance est là, quelques infos pour éviter les situations à risque

 quelques conseils sur la dépendance
Dépendance et amour
L'anxiété
Doper l'estime de soi
Dédramatiser
Comment se construit une identité
A lire également 18 conseils pour résister à un dépendant affectif

En visitant ce site, vous découvrirez de nombreux articles, le libellé (à droite du site) permet d'accéder aux articles par thématique.
*************
Me consulter en étant hors de ma région
je propose des consultations par téléphone et/ou Skype si vous êtes loin de mon secteur
Les informations sont ici de 30 à 55 euros, paiement sécurisé
Uniquement sur rendez-vous 

Si vous êtes dans le Var (Gassin) je reçois en cabinet
Le site de mon activité :
www.psychotherapie-laurence-rigody.fr/bienvenue

vendredi

La dépendance affective au masculin

Quand l apparence cache la peur de n être pas aimé 
Sortons d'un vieux cliché,
 la dépendance affective se vit, 
également, 
au masculin;
elle n'est pas l'apanage de la femme.

Se vit-elle de la même façon ?
Plus ou moins...
N'oublions pas que la dépendance affective s'inscrit, homme ou femme, dans un schéma de manque, d'inhibition et d'angoisses

Alors voyons pour le "Plus" qui serait surtout "comme" celui de la femme dans le ressenti (l'émotion)
Le "moins" sera de l'ordre du comportement, de la démonstration de cette dépendance car elle touche un essentiel chez l'homme : la virilité !
Ce qui le fait se sentir homme...
Oui, les traces de  la culture et la religion pèsent très lourd dans ces schémas (croyances) primitifs et ceci se décline bien sûr au féminin.

Restons, toutefois, prudents car ici le comportement ou expression de la dépendance découle de la personnalité, ce principe vaut pour une femme.

La dépendance masculine peut-elle dégénérer en violence ?
  Non, la dépendance ne signe pas la violence, loin de là !
  Oui, sous condition que la violence  physique soit déjà un mode d'expression et que le  verbal soit faible ! Attention, un jaloux n'est pas automatiquement un dépendant affectif.
Quand le mot manque la violence s'installe, quand la frustration vire à la haine de l'autre, la réponse se traduit par un geste brutal.
  Mais là, il y aura déjà des signes annonciateurs, hyper jalousie, possessivité...
et prudence, la jalousie n'est pas, ne sera jamais un signe d'amour, bien au contraire, idem pour une femme

Revenons à la normalité.
Un homme dépendant se fige t'il en mode attente ?
  Oui, mais il ne le dira pas.
Monsieur vit la dépendance dans le silence ou par des questions insidieuses ou par des éclats de colère inappropriés, une futilité sera prétexte au dérapage.
  Ou la fuite si la peur de l'abandon, de souffrir domine...

 Attention et j'insiste sur le fait que l'identité fera vraiment la différence au niveau de 
du comportement.
 A ce sujet je vous renvoie aux 3 articles sur les profils psy qui vous apporteront quelques explications sur votre comportement.
   Le premier article des profils

Un homme dépendant affectif est atteint dans l'expression de sa virilité, déjà fragile, car l'image qu'il a de lui-même ne coïncide pas avec ce qu'il veut être ou croit être.
Se découvrir dépendant affectif est un cataclysme psychologique par perte des repères.
Et plus cet homme sera accompli socialement et plus la déferlante sera brutale

Quand l'amour se teinte de gris foncé, que l'autre par lassitude s'envole ailleurs, cet homme a, aura peur d'aimer car la dépendance le rend vulnérable.

La passivité face à la peur de l'abandon, 
l'inhibition à agir, 
l'angoisse de ne plus être aimé, quitté va renforcer les vieux schémas inscrits depuis l'enfance et dévirilise totalement.
Cet aspect se décline plus fortement au masculin qu'au féminin.

Les causes de la dépendance affective sont identiques à celles de la femme, et là je vous renvoie à cet article sur le "pourquoi" de la dépendance; qui apparaît toujours sur une personnalité anxieuse, stressée.

J'ajoute ci-dessous quelques données

Revenons un peu à la genèse, à l'image de la mère, grande pétrisseuse avec la génétique, du devenir d'un garçon.
Bon papa a un rôle  à jouer dans la construction, solide ou pas, identitaire du fils ! 
  Maman donne l'amour, plus ou moins, inconditionnel, elle est plus présente que le père en générale.
    Anxieuse, inquiète de tout elle générera un sentiment d'insécurité puisque le monde sera pressenti comme dangereux.
   Si en plus de son  anxiété elle est trop stricte, sévère et peu valorisante, risque de castration psy.
    Trop protectrice, envahissante elle véhiculera une image tronquée de la femme (inconsciemment) avec le désir de trouver maman et/ou de fuir ce style là.
     Trop absente ou dominante elle sera soit idéalisée, soit admirée et détestée en même temps.
     Maman pour laquelle le fils est l'homme de la maison, celui qui a le rôle de protecteur, de confident etc...pour un enfant c'est une trop lourde responsabilité, d'autant que ce style de mère utilise le chantage affectif... la personnalité de l'enfant fragilisée, castration psy en vue...

Il y a d'autres cas de figures...
Tous ces rapports à la mère peuvent, pas obligatoirement, rendre un garçon anxieux en manque de repères, de confiance en lui même et l'amour restera un champs de bataille sur lequel la dépendance s'inscrira.
  Le rôle du père temporisera ou pas, l'entourage également

Autre cas : garçon issu d'un milieu violent, battu, dévalorisé ou abandonné en manque affectif, selon son tempérament il peut souffrir de dépendance affective, d'angoisse d'abandon.
 Et enfin : le garçon aux parents laxistes, trop permissifs, ou l'enfant roi idolâtre peut manquer du sens des limites, avoir des attentes irréalistes et se positionner comme le centre de l'attention avec risque d'une dépendance.
  Il ne supportera pas, devenu adulte, de n' être plus le seul objet d'amour de l'autre, refus de la frustration rimera avec contrôle absolu de l'autre pour se rassurer etc...
 Schémas valables également pour une fille.   

La jalousie signe t'elle le dépendant affectif ?
  Pas nécessairement
La possessivité indique t'elle de la dépendance ?
  Pas obligatoirement
L’infidélité peut-elle coexister avec la dépendance ?
  Oui, par peur de l'abandon, d'être quitté.
Un narcissique peut-il être dépendant affectif ?
   Non pour un hyper narcissique, encore moins pour un pervers narcissique (très rare)
   oui pour une personnalité auto-narcissisée (s'aimer pour avancer, signe une carence      affective)

La dépendance affective indique t'elle un amour sincère ?

  Entre besoin de contrôle, de rassurance, une nécessité à n'exister qu'à travers le regard de l'autre il y a pollution du sentiment amoureux.
  Etre aimé importe plus qu'aimer...un peu, beaucoup...
Se libérer de l’anxiété donc de la dépendance permettra de juger réellement de l'amour en jeu.



Pour en savoir plus sur la dépendance :
9 conseils pour...  inspirez-vous de cet article 
Amour prison
Se libérer de 
Amour addiction
Conseil au partenaire, homme ou femme

Guérir de l'anxiété c'est gagner en estime de soi, vivre avec moins de peur et se libérer de la dépendance.
Si vous entreprenez une thérapie, cultivez la patience, se construire  ou consolider les fondations psy demande du temps.



Pour un conseil, établir un plan d'attaque, je propose des entretiens par téléphone

Pour des consultations en cabinet 











lundi

Amour addiction ! Dépendance affective ou shoot à l'amour ?

Découvrons aujourd'hui d'autres formes de dépendance affective.
Amour drogue, amour passion, amour thérapie ?

Il existe plusieurs façons d'aimer et le, la partenaire n'a parfois que le rôle de faire valoir, d'objet de plaisir.
Amour interrogation

Certains et certaines vibrent comme à contrario sur la gamme amoureuse.

Entres fausses notes, mauvais accords ils et elles confondent amour et "être" !


S'il est vrai qu'aimer et être aimé(e) fait s'envoler vers des cieux merveilleux, le sentiment amoureux se décline sur des modes, émotions fort variées.

Jouez, jouez mais jouez juste, enfin le plus juste possible.

Peut-on établir un lien entre la réelle dépendance affective
 et le besoin viscéral d'être amoureux ?

Oui,
  avec des nuances très importes dans la manifestation du sentiment amoureux et dans la façon intime de le vivre.
Pour  le dépendant affectif,
 se traduit par une incapacité à faire seul(e), à se figer dans l'attente.
à se conformer aux attentes(suposées) de l'autre
Pour le shooté à l'amour,
l'autonomie reste présente, il/elle ne vit pas que pour l'autre, il/elle n'occulte pas ses besoins personnels mais être aimé(e) le métamorphose ce qui peut le/la rendre étouffant(e).

Pourquoi ce besoin d'attention exagérée, exaspérée et exaspérante ?
L'histoire commence il y a longtemps.
Mémoire du passé:
"Petit(e) déjà vous sollicitiez le regard des adultes, qui sont toujours bienveillants envers un enfant agréable et encore plus quand un petit enfant, fille ou garçon, les amuse".

Que cherchiez-vous ?
 Rien & tout, à être aimé(e) sûrement et plus encore ?
Le besoin de se "différencier" marque, très tôt, certains enfants.
L'innocence revêt toujours un caractère captivant et drôle.


Amour/souffrance = amour prison
Vous captiez la galerie comme d'autres volent la liberté en transgressant les limites.

Comme  la main tendue vers ce miroir reflet de la beauté ou de la laideur ?
 Renverra t'il la vérité ou la peur teintée de manque de confiance faisant s'interroger sur sa propre existence ?

Se shooter à l'amour pour se sentir "être" que l'on soit dépendant ou addict à l'amour se traduit par des comportements similaires.
Le rôle de l'autre dans la relation :
Il est objet  

Qui suis-je dans le regard de l'autre ?
Ce regard qui n'a qu'un devoir : 
celui d'être "posé" sur vous avec attention, délicatesse et amour !

Sans Amour vous n'êtes pas !
Vous le savez et composez avec cet état.

L'autre, s'il déroge et que son regard s'égare...
 gare à la sanction, à la scène qui sera orageuse, passant de quelques gouttes/larmes à la menace pour se terminer en un éclat fracassant de cris, effondrement et/ou une bouderie d'enfant !

Comédie ou sincérité ?


Boulimique de l'amour, addicte au regard, sollicitant sans cesse l'attention et les intentions comme l'enfant qui tâtonne ne sachant où se situe la limite de l'amour, celui reçu ou donné.
L'amour procure au dépendant comme au shooté à l'amour
la preuve de sa légitimité.

Il est, a le pouvoir sur l'autre !

La dépendance c'est, entre autre, la recherche de la fusion mère/enfant, le besoin du corps à corps à jamais nostalgique.
Nostalgie !
Disons le franchement la dépendance dénote un stade psycho-affectif fragile et infantile.


Une nuance toutefois l'addict à l'amour c'est  :
 l'amoureux(se) de l'amour,
 le besoin d'adrénaline, le shoot du coup du foudre, le désir de l'émotion  première, celle de la rencontre, de  la sensation enivrante et forte.
Aimer pour vivre, vivre pour aimer toujours dans l'exaltation et le désir/plaisir. 
C'est aimer à fond, avoir besoin de l'amour, sans le vivre dans la souffrance !
L'ennui terrifie !
Lorsque la passion s'éloigne, ce dépendant là cherche un(e) autre partenaire.

Mais, 
Un amour parfait !
il en est parfois de même pour le dépendant affectif, du moins au tout début de la relation dans l'après à force de vivre l'amour sur le mode souffrance pensera trouver, enfin, la personne idéale amoureuse à vie et rassurante toujours !

Toutefois le vrai dépendant affectif quitte plus difficilement que le shooté à l'amour

Deux formes de dépendance amoureuse,
 une toile de fond commune :
"l'autre" perçu comme porteur de "vie" et de bonheur et de "sentiment d'existence".

La même désillusion :
ces amours n'offrent jamais la "rassurance" totale pour l'un et pour l'autre la recherche d'un" amour idéal".
Si, le doute s'estompe au début de la relation et il reprend toute sa place au fils du temps.

N'oubliez pas que la dépendance est un symptôme anxieux, que le besoin de shoot à l'amour traduit une peur !

Une psychothérapie  en TCC aide à comprendre les mécanismes de ces comportements

 Le "pourquoi" de ces dépendances et le "comment"  les affronter
Le véritable amour ne peut s'épanouir que dans la liberté!
 permettent de vivre en s'acceptant, de canaliser ces peurs de l'amour et la crainte d'en manquer.

Pensez à consulter les articles sur la dépendance, voir "libellés" à droite du site"dépendance affective"


Question, doute, un conseil je consulte par téléphone :
toutes les informations sont : http://www.attitude-coach.com/p/me-contacter.html

Je reçois en cabinet, pour en savoir plus c'est ici






vendredi

18 conseils pour résister à un dépendant affectif.



Vous aimez un(e) dépendant(e) affectif(ve) mais ses doutes vous étouffent ?Comment sauver le couple ? Article à lire à 2 !
La dépendance affective, un poison lent pour une relation !



Information : les conseils sont d'ordre généraux et ne peuvent se substituer à la consultation avec un professionnel
******** Je conseille au dépendant affectif de lire cet article qui  fournira des indications sur les modifications de comportement.
Cet article concerne le couple...
 Bonne lecture et surtout mettez en application.

Vous aimez tout, ou presque chez lui ou elle, ses petits travers vous amusent, 
vraiment vous l'adorez !

 MAIS,
 sa dépendance amoureuse commence à être lourde.
Vous vous sentez impuissant(e) à remplir les vides, les manques de l'autre !
Le/la quitter n'est pas l'ordre du jour. 
Alors que pouvez-vous mettre en place pour pérenniser cette relation sur un autre mode ?

"L'amour rend idiot" partait-il ?
Du style :"je ne sais plus qui je suis" ou " sans lui, elle je n'existe pas" etc...
Émotions classiques dans les premiers temps d'une rencontre.

Tout se complique quand vous rencontrez un(e) partenaire vivant dans cet état permanent de manque.
 Je parle ici, de l'amour  "étouffant, captateur, vampirisant"
Vous donnez, montrez des preuves de vos sentiments..toujours en dessous de ce qu'attend le ou la partenaire.
Épuisant !

Vous l'aimez, mais cette relation devient un enfer dans lequel à force de compromis avec vous-même pour ne pas blesser cette femme ou cet homme vous en arrivez à douter de votre existence et de la relation.

Si votre partenaire peut se remettre en question en prenant conscience de sa souffrance et de la votre, le couple sera sauvé.

Pourquoi ce ou cette partenaire est-il (elle) si sensible à votre regard ?

Rapide explication :
  Dans le sentiment amoureux, le (la) dépendant(e) recherche la fusion permanente, avec l'autre, il (elle) bouillonnera de l'intérieur, vos émotions colorent les siennes.
 Son "Moi" se liquéfiant au rythme des attentions que vous aurez ou pas !
Il, elle vibre au moindre signe de "désamour", interprète tout à l'envers, dominé(e) par la frustration.
Elle, il oscille entre joie et tristesse selon vos actions et réactions etc...etc...

 Cet amour là transforme votre vie un enfer d'insatisfactions.
Rien ne va, ne suffit jamais à satisfaire l'autre.
Comment réagir, lui faire comprendre votre sincérité ? Et le peut-on ?

OUI, si l'autre accepte le changement !

Ces amoureux (ses) là se rencontrent, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie parfois !
  Et comme l'exprime ce personnage..."c'est pas juste"
  Mais comment vivre avec ces personnalités là...
Entre les demandes récurrentes d'attention, la suspicion au moindre propos, vous frôlez la crise de nerf !
Et, oui, il y a des individus ainsi fichus, mal fichus, bigrement "étouffants" qui ne savent aimer que sur le mode souffrance et doute...


Important :
Pour résister à un dépendant affectif comprenez que c'est en le, la mettant face à sa peur que vous l'aiderez à se guérir.

18 conseils pour ne pas sombrer, soutenir l'autre et sauver votre relation !



  1. Ne pas rassurer sans cesse, après tout l'autre est adulte, ce n'est pas à vous de porter à bout de bras sa peur
  2. Rien ne le (la) sécurisera vraiment, à part lui, elle même
  3. Ne pas culpabiliser, vous n'êtes pas parfait (e)
  4. Ne pas succomber à son côté "victime"  larmoyante et/ou boudeuse !
  5. Vous avez le droit de dire "NON" tu m'en demandes trop !
  6. Prenez du temps pour vous, rien que pour vous, sachez vous rendre indisponible.
  7. Sachez ou apprenez à poser des limites aux désirs et demandes de "preuves" du style : "tu m'aimes, t'es sûr(e)"
  8. "T'es fâché(e) contre moi, tu m'en veux"...etc...etc...ne tomber pas dans le panneau 

    9. Particularité
    *Vous l'aimez comme un père, une mère ? Ce rôle là vous plait ? Assumez !
     *La dépendance de l'autre vous nourrie, vous donne de l'importance ? 
    *Vous êtes aussi névrosé (e) que ce partenaire, c'est parfait et complémentaire.  
    *Vous pouvez vivre très heureux ainsi 
     Non, je ne plaisante pas. Le manque de l'un comble le manque de l'autre, vous trouvez un équilibre

        10.Si, les 2 rôles ci-dessus vous déplaisent,  vous désirez une relation "adulte" 
    11. Modifiez  les codes de la relation en refusant cette manipulation affective dans laquelle vous enferme l'autre
    12.Faites lui comprendre: "aimez oui" "jouer le sauveur, non"
    13. Aimer, c'est aussi prendre en compte les besoins, désirs de l'autre, les vôtre par exemple, il, elle doit comprendre cela.
    14. Autre cas de figure, il ou elle fait "Tout pour vous faire plaisir" ..manipulation assez inconsciente, difficile de vous opposer aux demandes sans culpabiliser. Résistez !
     15 . Dites haut et fort "  STOP, je t'aime, je t'adore, mais tu me POMPES" !Le combat, le défi, vous serez 2 à le relever.
     Vous pour ne pas faillir 
    Partir ou céder sera souvent votre dilemme.
    L'autre qui "couine", pleure ou hurle, manipule, passant de l'amoureux(se) éploré(e) à "pourquoi me fais-tu ça" pour ne pas se modifier, soutenez-le ou la.
    Bon courage .



     Besoin d'un suivi, d'un soutien,
    Une psy en ligne Téléphone ou Skype
    http://www.attitude-coach.com/p/me-contacter.html
    ou
    Conseil par mail : Question/réponse



    Vous habitez dans le Golfe de St Tropez, je reçois à mon cabinet sur rendez-vous.
    www.psychotherapie-laurence-rigody.fr



    Pensez à lire :
    9 conseils pour se libérer de la dépendance affective.
    La dépendance affective c'est quoi et pourquoi
    Vivre sans l'autre, quand la dépendance tue l'amour
    Blessure d'enfance, violence verbale ou physique
    La dépendance "déguisée" amour et manipulation

    Lire également les articles sur l'angoisse, le stress...
    Si vous avez quelques difficultés à vous affirmer face à la dépendance du partenaire
    cet article vous aidera 

    Vous aimez cet article, partagez-le sur vos réseaux sociaux


    lundi

    Un bon début de semaine ! Info dépendance amoureuse.

    Et hop ! Exit la St Valentin...
    J'espère que ce début de semaine vous accueille encore bercée par la douce ambiance du 14/02 ?

    Comme une façon de continuer sur le mode compréhension ! 
    Que cela dure, perdure et se pérennise dans votre vie.




    Articles sur la dépendance affective
    Les articles les plus consultés étant ceux sur la "Dépendance affective"
    je vous renvoie à celui-ci :
    http://www.attitude-coach.com/2012/02/blessure-denfance-quand-la-violence.html
    et
    http://www.attitude-coach.com/2013/06/amour-addiction-entres-dependance-et.html

    Lisez cet article, il concerne également le, la partenaire "dépendant affectif"
     : 18 conseils pour résister à un dépendant, 

    Un regard sur le "libellé des messages", à droite du site, donne accès à tous les articles par thème.

    Sachez lire un article entres les lignes, c'est à dire l'adapter à votre situation, en étant le plus possible objectif(ve)


    Un excellent début de semaine à tout le monde que vous soyez en vacances ou pas !



    samedi

    Comment résister à un dépendant affectif ? 18 conseils.

    "L'amour rend idiot" disent certains... Idiot ?
    Du style :"je ne sais plus qui je suis" ou " sans lui, elle je n'existe pas" etc...
    L'union des contraires.


    Émotions classiques dans les premiers temps d'une rencontre.


    Tout se complique quand vous rencontrez un(e) partenaire vivant dans cet état permanent de manque.
     Je parle ici, de l'amour  "étouffant, captateur, vampirisant"
    Vous donnez, montrez des preuves de vos sentiments..toujours en dessous de ce qu'attend le ou la partenaire.
    Epuisant !

    Vous l'aimez, mais cette relation devient un enfer dans lequel à force de compromis avec vous-même pour ne pas blesser cette femme ou cet homme vous en arrivez à douter de votre existence et de la relation.

    Si votre partenaire peut se remettre en question en prenant conscience de sa souffrance et de la votre, le couple sera sauvé.

    Pourquoi ce ou cette partenaire est-il (elle) si sensible à votre regard ?
    Rapide explication :
      Dans le sentiment amoureux, le (la) dépendant(e) recherche la fusion permanente, avec l'autre, il (elle) bouillonnera de l'intérieur, vos émotions colorent les siennes.
     Son "Moi" se liquéfiant au rythme des attentions que vous aurez ou pas !
    Il, elle vibre au moindre signe de "désamour", interprète tout à l'envers, dominé(e) par la frustration
    Elle, il oscille entre joie et tristesse selon vos actions et réactions etc...etc...


     Cet amour là transforme votre vie un enfer d'insatisfactions.
    Rien ne va, ne suffit jamais à satisfaire l'autre.
    Comment réagir, lui faire comprendre votre sincérité ? Et le peut-on ?

    OUI, si l'autre accepte le changement !


    Ces amoureux (ses) là se rencontrent, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie parfois !
      Et comme l'exprime ce personnage..."c'est pas juste"
      Mais comment vivre avec ces personnalités là...et d'autres encore tout aussi compliquées ?
    Vous l'aimez, c'est certain, vous ne souhaitez pas le (la) quitter !
    MAIS ?
    Entre les demandes récurrentes d'attention, la suspicion au moindre propos, vous frôlez la crise de nerf !
    Et, oui, il y a des individus ainsi fichus, mal fichus, bigrement "étouffants" qui ne savent aimer que sur le mode souffrance et doute...


    Astuces et trucs pour ne pas sombrer et sauver votre relation !


    Tout se joue ici !
    1. Ne pas rassurer sans cesse, après tout l'autre est adulte, ce n'est pas à vous de porter à bout de bras sa peur
    2. Rien ne le (la) sécurisera vraiment, à part lui, elle même
    3. Ne pas culpabiliser, vous n'êtes pas parfait (e)
    4. Ne pas succomber à son côté "victime"  larmoyante et/ou boudeuse !
    5. Vous avez le droit de dire "NON" tu m'en demandes trop !
    6. Prenez du temps pour vous, rien que pour vous.
    7. Sachez, apprenez à poser des limites aux désirs et demandes de "preuves" du style : "tu m'aimes, t'es sûr(e)"
    8. "T'es fâché(e) contre moi, tu m'en veux"...etc...etc....
    9. Particularité
      1. *Vous l'aimez comme un père, une mère ? Ce rôle là vous plait ? Assumez ! 
    10. *La dépendance de l'autre vous nourrie, vous donne de l'importance ? Vous êtes aussi névrosé (e) que ce partenaire, c'est parfait et complémentaire. 
    11. *Vous pouvez vivre très heureux ainsi ! Non, je ne plaisante pas.
        1. Suite des trucs et astuces
    12. Si, les 2 rôles ci-dessus vous déplaisent, ne sont pas vous, réaction saine d'un individu désirant une relation "adulte"
    13.  Refusez cette manipulation affective dans laquelle vous enferme l'autre
    14. Faites lui comprendre: "aimez oui" "jouer le sauveur, non"
    15. Aimez, c'est aussi prendre en compte les besoins, désirs de l'autre, les vôtre par exemple, il, elle doit comprendre cela.
    16. Autre cas de figure, il ou elle fait "Tout pour vous faire plaisir" ..manipulation assez inconsciente, difficile de vous opposer aux demandes sans culpabiliser. Résistez !
     Dites haut et fort "  STOP, je t'aime, je t'adore, mais tu me POMPES" !
    Un stop gentil mais ferme !


        Le combat, le défi, vous serez 2 à le relever.
         Vous pour ne pas faillir ! Partir ou céder sera souvent votre dilemme.
        L'autre qui "couine", pleure ou hurle, manipule, passant de l'amoureux(se) éploré(e) à "pourquoi me fais-tu ça" pour ne pas se modifier, soutenez le ou la.
        Bon courage.


        Pensez à lire :
        9 conseils pour se libérer de la dépendance affective.
        La dépendance affective c'est quoi et pourquoi
        Vivre sans l'autre, quand la dépendance tue l'amour
        Blessure d'enfance, violence verbale ou physique
        La dépendance "déguisée" amour et manipulation


        Dans le libellés de messages à droite (sous le formulaire de contact) du site vous avez accès à tous les articles ...
        Infidélité, estime de soi,  stress, amour, vous et l'autre etc....



         Besoin d'un suivi, d'un conseil, d'un soutien,
        Une psy en ligne 


        Vous habitez dans le Golfe de St Tropez , je reçois à mon cabinet sur rendez-vous.
        www.psychotherapie-laurence-rigody.fr